Dogville

Pou !

Je ne peux pas dire que j’ai été déçu, parce que je ne m’attendais à rien en particulier. Mais je n’ai pas aimé, j’ai trouvé ce film trop long et trop passionnel dans ce genre d’histoires cosettisées à leur paroxysme ! Ce n’est que 3 heures de totalitarisme et perversité de l’Homme envers un être faible et sans défense. Vraiment j’ai eu du mal à soutenir cela.

Néanmoins, la forme du film est excellente. J’ai beaucoup aimé ce faux décor dont on s’affranchit très vite tant les acteurs sont bons et transcendent leurs rôles. Nicole Kidman est extraordinaire, elle exprime ses émotions déchirées avec une réelle sincérité.

La structure du récit m’a fait pensé à La ferme des animaux d’Orwell, et j’ai aussi fait le rapprochement avec un vieux film français de 1969 peu connu : La fiançée du pirate, qui narrait une histoire de cruauté collective d’un village sur une pauvre fille.

C’est too much pour moi, mais ça ressemble bien à Lars Von Trier cette manière de pousser la passion jusqu’à une extrémité des plus inhumaines et désincarnées. Et je trouve tout de même ça intéressant…

Dogville

3 Commentaires

  1. Oui en effet. Je me rends de plus en plus compte (depuis hier je cogite, lol) que c’est ma sensibilité à la souffrance d’autrui et à la cruauté/perversité qui m’a fait ne pas aimer le film. Et c’est finalement aussi mon attitude à peut-être trop me mettre dans le film !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages