Du rêve à la réalité

Me revoilou à Paris. Je suis à la fois content d’être rentré, et en même temps complètement désemparé d’être ici seul sans M. Ses bras et son odeur me manquent déjà… Pou ! Enfin, il reste quelques jours chez ses parents et me revient en fin de semaine. Je vais mettre ce temps à profit pour prendre soin de moi (je ne suis pas assez attentif à mon bien-être), voir Diego et surtout essayer le moins possible de penser à mardi prochain… au taf quoi. Arrggggh ça y est, j’y pense… Aaaaaah.

Bon mais le titre du post concernait tout autre chose. En vacances, je n’étais pas très concentré et seul pour écrire. Là, je me sens plus disert et reprends mes pérégrinations.

Vous vous souvenez de Gérard de Nerval et de son Allée du Luxembourg, c’est un poème que j’avais appris à l’école il y a bien longtemps, et bien je me fais aussi des films bien graves en cinémascope et technicolor.

Souvent je rêve moi aussi et cela tout éveillé, j’ai l’esprit qui divague et j’aime bien ça, je ne crois pas à ce qu’on m’en dise que ça soit le cas pour tout le monde. Ouai ok, j’ai 27 ans, mais la plupart du temps, tout démarre d’une action banale qui se passe sous mes yeux et d’une attitude plutôt contemplative et neutre de ma part. Je suis dans le train, ou bien en bagnole, ou alors en train de faire bronzette au soleil. Quand on ferme les yeux, on rêve tout de suite, on est dans ses pensées en fait et elles peuvent tout à fait être imagées et prendre une forme onirique. Et bien, quand je laisser flâner mon regard, mon rêve prend très souvent la relève et continue l’action comme bon me semble. Evidemment, je suis toujours une espèce de héros ou de démiurge essentiel à l’action, et au centre de l’événement. Cela doit être l’évocation d’un sacré orgueil de ma part encore une fois. Cette manière que j’ai de me projeter en héros ou sauveur est aussi, je pense, le reflet de bien des peurs, d’une grande insécurité, et de pas mal de complexes.

Certains rêves sont récurrents et sont de reflets de désirs de gamins. D’ailleurs je crois que c’est la fibre la plus authentique de ce qu’il me reste de mon esprit de môme. Finalement mes rêves éveillés n’ont pas beaucoup changés et sont toujours autant scotchés à certains mythes. Ces images et situations qui reviennent souvent sont celles du justicier. Souvent, je suis à la rescousse d’une catastrophe avec une gamme de super pouvoirs plus ou moins collés à la réalité. En gros, j’évolue d’une « super Jamie » aux gambettes bioniques jusqu’à un vrai héros de comic à la X-Men. Mon imaginaire s’est toujours nourris de beaucoup de bédés (notamment les Marvel), de dessins animées, et de films. C’est de là que j’ai tiré beaucoup de mes trames de rêve. Il est donc courant que tout en marchant dans la rue, sur le trottoir, je croise une suite de petits poteaux métalliques, du genre de ceux qui empêchent les bagnoles de se garer, et que je m’imagine alors me faisant agresser, réussir à les arracher du sol avec une certaine maîtrise d’un champ magnétique que j’aurais créé à cet effet (du genre de Magnéto dans X-Men) pour me débarrasser de mon vilain. Evidemment, ces visions fantasmatiques sont adaptées au contexte, c’est ainsi que croiser un joli garçon dans la rue me fait autant, voire plus, divaguer (avec moins de super pouvoirs à l’appui sinon celui d’un irrésistible sex appeal). Et souvent, il ne s’agit que de faire des choses que personne d’autre ne pourrait faire, des choses incroyables telles que voler d’un immeuble à un autre, ou simplement flotter dans les airs. Parfois, je me prête une certaine faculté à la télékinésie qui me permet de déplacer des choses et de faire bien des prodiges. Et comme dans le poème, un simple bruissement ou un mouvement inopportun peut me réveiller de ma torpeur. Alors c’est comme on passait brutalement de l’image de mon rêve à celle voisine de la réalité. Les personnages disparaissent en un instant, les poteaux regagnent sagement le bitume, finalement le beau mec ne s’est pas retourné, et je continue sobrement ma route.

J’en ai parlé à M. qui évidemment me prend pour un fou (ndla – il a raison). Ces visions oniriques ne sont jamais réelles sauf quand je dis à M. que je me vois en train de faire des cochoncetés avec lui, alors on arrive aisément à passer directement de la théorie à la pratique ou bien du rêve à la réalité.

3 Commentaires

  1. Ca rassure de n’être pas le seul dingue sur terre, pfiouuu… Enfin je passe pas encore du rêve à la réalité. Manque d’expérience sans doute :)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages