Un PaCS hétérogène

Samedi, je me suis levé assez tôt et pas mal en forme. J’ai invité M. à manger un morceau au Xtra Old Café, et puis j’ai filé à l’Arbre à Lettres (ma librairie favorite, rue du faubourg Saint-Antoine) faire le plein de lecture. Je me suis procuré le dernier Christophe Donner, que je suis pressé de commencer (quand j’aurais terminé le bouquin de SF que je relis actuellement).

Le soir, nous étions invité à la fête de PaCS de T., un ami d’enfance de M., et sa petite-amie S. Ma première fête de PaCS, et donc, conclu entre deux hétéros ! C’était un peu spécial car originellement, je savais que la raison de cette officialisation légale était financière. Il s’agissait en effet d’avoir la possibilité de lever des options sur des actions avant la date autorisée afin de réaliser une substantielle plus-value. Donc au début, il n’y avait pas vraiment d’échos à faire de cet événement, et puis, petit à petit, l’idée d’une fête a germé. Idée qui a donné lieu samedi soir à une quasi-célébration.

On ne savait pas trop comment gérer cela avec M. et surtout on se demandait dans quel état d’esprit aborder cette teuf. Finalement, on y est allé dans l’optique de fête seulement, bien sûr on s’est planté. Ils étaient tous super bien fringués et on se serait cru à un vrai mariage. Putain, la honte avec mon ticheurte Replay rouge pétasse et mes pompes Diesel. Rhalalalala. On savait qui était le couple pédé du jour au moins ! La famille était rassemblée et même les potes étaient sur leur trente-et-un. Heureusement, vers 22h, les gens invités à faire la fête sont arrivés en masse et nous nous sommes plus fondus dans le décor. La soirée était réussie, on a bien ri et dansé. J’ai laissé M. se rouler dans la fange avec ses potes jusqu’au bout de la nuit (parfois M. me fait penser à Marina Fois chantant « alcool »), et je suis rentré avec une copine J. qui a passé la nuit chez nous.

Dimanche, nous avons passé une journée tranquille. Brunch au « Pain Quotidien » rue Montorgueil avec F. et J., et puis cinéma (Pollock) avant de se rentrer sereinement et de passer une soirée calme à l’appart.

1 Commentaire

  1. le pain quotidien a été créé à new york par un belge. il y en a plein là bas, qui marchent très bien. Et puis le mponsieur belge il a tout revendu pour recréer ça en europe.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages