J'aime les femmes

Oui c’est inhabituel, je me sens obligé à cause de la FOG qui me trouve trop « gay » en ce moment. Je montre trop peu à quel point je kiffe grave les bonnes meufs. Comme j’ai passé les dernières 24 heures chez mes parents, et ce soir avec M. en cocooning intensif et merveilleux dans le canapé, ce fut l’occasion d’un télévisionnage soutenu et acharné.

Ce midi, chez mes parents, je regardais « + Clair » en mangeant des sushis que ma maman avait acheté pour me faire plaisir (adorable !). Et je dois dire que j’ai une passion certaine pour Daphné Roulier. Elle est intelligente, fine, posée, incisive et avec un caractère bien trempé. Elle représente tout ce que j’admire et je révère chez une femme. Elle recevait une autre femme que je trouve absolument irrésistible, Maïtena Biraben, qui présente « Maternelles » sur France5. Cette dernière est aussi battante et indépendante que charmante et désarmante. Et pourtant, tout ce que je peux dire d’elles, me donne à penser que ce ne serait pas les premiers adjectifs qu’un mec donnerait pour décrire la nana idéale. J’en conclu que je suis bien un gros pédé.

En rentrant, j’ai vu cette même Daphné chez Pascale Clark pour un « En aparté » des plus singuliers. La demoiselle Roulier était des plus tendues et nerveuses, elle a fumé clope sur clope en étant extrêmement réservée. J’adore cette personnalité assez abrupte chez elle, elle est autant féminine que glaciale dans son port et son apparence. Et Pascale Clark est de même une femme d’exception, dotée d’un incroyable talent pour interviewer et d’une grande sensibilité. Plus tard, j’ai aussi vu Elisabeth Quin. Aaaaah. Quand je pourrais avoir son éloquence et son sens de la rhétorique, je serai un homme accompli. Outre cela, je trouve que c’est une femme délicieuse et gracieuse. Elle flirte avec une gamme d’expressions hallucinante qui la rendent drôle, ironique, sérieuse, émue ou outrée avec la même force et authenticité.

Et puis, il y a les mythes, les femmes que je vois à la télévision, qui ne sont que des chimères mais pour lesquelles je nourris de véritables émois et une sincère dévotion. Ruth, la mère dans « Six feet under » est un personnage des plus troublants et émouvants. Elle est noyée dans ses névroses et ses problèmes existentiels, empêtrée dans ses moeurs traditionnels et parfois inique dans ses jugements, mais aussi incroyablement attachante et si aimante envers ses enfants. Et puis, elle a pu montrer sous ses abords coincés, qu’elle pouvait s’émanciper, refaire sa vie, faire aussi n’importe quoi et même complètement dépasser les bornes et sombrer dans le délire le plus fantasque. Sa fille dans la série, Claire, représente la partie obligatoire de la relation typique mère-fille… passionnelle et orageuse ! J’aime beaucoup Claire pour sa fragilité et sa sensibilité à fleur de peau. Elle est jeune, pétillante et libre, elle est radieuse et a un tempérament de feu. Dans le même temps, elle se prend aussi la tête sur son avenir, elle a le coeur brisée par des histoires amoureuses malheureuses, et elle ressent la vie avec ses tripes. Et là, en ce moment même (M. dort à côté… arf), je regarde « Sex and the city ». Inutile de préciser que, comme tous les gays de l’univers, je suis un inconditionnel de cette série aussi signée HBO.

Carrie, Samantha, Charlotte, Miranda… Difficile de croire que cette série ne s’adresse pas aux pédés ! On s’identifie aisément à chacune d’elles, et elles sont l’essence même de femmes irrésistibles de mon point de vue. Carrie pour son charisme incroyable, son côté gonzesse chiante tellement séduisant et surtout une femme qui vit sur ses sentiments et qui a besoin d’être rassurée. L’hédoniste Samantha est le personnage haut en couleur par excellence, et surtout un pédé dans un corps de femme ! Elle inverse les rôles à la merveille, et a une philosophie tellement désopilante et singulière que ne renieraient pas certains de mes potes. Et puis, il y a Miranda aussi, qui est un mélange explosif de femme attractive, intelligente, cultivée et ambitieuse. Elle est aussi complexée et a un mal fou à assumer ses « capacités », et du coup à se retrouver à l’index pour des hommes qui recherchent autre chose chez une femme. Son ironie et son sens de la dérision me font aussi totalement craquer. Enfin Charlotte, la sage et attirante Charlotte est une bourgeoise parfaite qui va de désillusions en désillusions quant à ses piliers moraux mais y croit toujours autant. Elle se laisse déniaisée par ses amies et recèle des qualités de loyauté et d’honnêteté qui lui donnent une aura particulière.

Je sais que ce sont des personnages de fiction, mais pour le coup, je les vois autrement. Ces séries sont carrément réalistes et les protagonistes qui en résultent sont hyper attachants parce que justement proches de nos préoccupations, de nos petits travers et faiblesses, de nos désirs inavoués ou assumés, de nos tabous et au final, une catharsis qui fait du bien.

Je le dis donc, haut et fort, oh oui, j’aime les femmes ! Je parle des femmes de télévision parce que ce serait gonflé de parler ainsi de mes amies, mais dans le fond, je peux m’exprimer à leur sujet exactement comme cela. :langue:

12 Commentaires

  1. ;-);-);-);-);-);-);-);-);-);-)j’aime un homme je veux un homme un homme un homme un homme & un homme:love::love::love::love::love::love::love::love::love::love::love::love::love::love::love::love::love::love::love::love::love::pleure::pleure::pleure::pleure::pleure::pleure::pleure::pleure::pleure::pleure::pleure::pleure::pleure::pleure::pleure::pleure::pleure::pleure::pleure::redface::redface::redface::redface::redface::mur::mur::mur::mur::mur::mur::mur::mur::mur::mur:

  2. Mat est un gros pédé euh !!!Mat est un gros pédé euh !!!Mat est un gros pédé euh !!!Mat est un gros pédé euh !!!Mat est un gros pédé euh !!!Mat est un gros pédé euh !!!Mat est un gros pédé euh !!!Mat est un gros pédé euh !!!Mat est un gros pédé euh !!!

    bon en même temps c’est vrai que Maïtena c’est une sacré nana…moi je me régale tous les matins en regardant « Les maternelles »… et chaispas mais elle a tout ce qu’il faut où il faut pour plaire…elle a de l’humour et on sent bien la chaudasse contenue…Si je devais me taper une nana j’aimerais que ça soit elle en tout bien tout honneur lol

    Quand à Daphné elle prend de l’ampleur petit à petit…à suivre…

  3. Entre les lignes, on distingue que ce que tu imes chez les femmes, c’est ce qui te manque en toi ? C’est aussi le côté masculin de ses dames… donc t’es vraiment un pédé :-)
    Ce que j’aime dans ce que tu as écris, c’est que je suis d’accord à 100%, donc jaloux parce que t’y a pensé en premier.
    :-p

  4. Mais euh..ben c’était pas dans ce sens là tu sais. Je me moquais mais je ne doute pas que tu aimes des femmes tout en restant un gros pédé :)
    Mais bon, je deteste Pascale Clark que je trouve assez hautaine. Je l’aimais bien quand elle faisait ses revues de presse qui ont rythmés mes départs vers le lycée/la fac mais maintenant je ne sais pas..j’ai l’impression que son but unique c’est que l’on pense comme elle. elle n’incite pas à la réflexion -enfin dans Tamtam- parce que je n’ai pas la télé.
    Sinon Quin m’enerve aussi…mais juste à cause de sa voix.
    Conclusion: je suis une intellectuelle bourgeoise refoulée.
    Sinon, le reste j’approuve des deux gants.

  5. Un fond d’écran Daphné Roulier,
    existe en 800×600, 1024×768, 1280×1024 et 1600×1200 rubrique « Fonds d’Écrans  » du site !:!:!:!

    [img]http://img40.imageshack.us/img40/3864/dara4if.jpg[/img]

    :ok:

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages