Next generation

On est dimanche soir, je ne m’inquiète donc pas d’être déprimé et las. Habituellement, je me fais un ciné, ou un resto avec des potes pour éviter la descente de fin de week-end, mais pas aujourd’hui ! M. est chez ses parents pour dîner avec eux et sa grand-mère, donc j’en profite pour recouvrer un peu de quiétude et d’isolement (je m’en plaignais aussi quand j’étais célibataire, nous sommes ainsi faits… hé hé hé) et vaquer à mes plaisirs solitaires (non je ne vais pas me toucher la nouille).

Hier nous sommes allés chez un ami d’enfance de M. et sa copine, ils nous ont annoncé qu’ils attendaient un bébé !!! C’est chose de plus en plus fréquente, et c’est normal, chez nos potes. Beaucoup d’entre eux ont déjà des enfants, et maintenant on compte plutôt ceux qui en sont dépourvus. Cela me fait toujours une étrange impression, je sens que vraiment ça change beaucoup de choses non seulement dans leur vie, mais aussi dans leur philosophie ou manière d’appréhender leur futur. Et puis, c’est également le ciment inaltérable (en théorie) du couple et les fondations d’un authentique cocon familial. Evidemment, en tant que tapiole, je me sens un peu en porte-à-faux dans ce type de comportement social.

Etrangement, j’ai deux réactions plutôt distinctes. D’une part je pense qu’avoir un enfant avec quelqu’un (je ne vois pas cela comme une démarche solitaire, que ce soit avec un homme ou une femme) est essentiel à son équilibre. Bien sûr, on peut vivre sans et être tout à fait heureux, mais je crois qu’élever un enfant et lui donner de l’amour est une expérience à vivre pour s’épanouir entièrement en tant qu’homme. D’autre part, je suis absolument sur le cul quand je vois des gens qui sont en couple depuis un an ou deux et qui se lancent dans l’aventure. Mais c’est justement parce que c’est naturel pour eux que cela ne les effraie pas plus que ça. Je me suis toujours dit que c’était une responsabilité que je ne me sens pas d’assumer sans avoir d’abord vécu une vie de couple qui laisse sa place à cela. Un sens de la responsabilité dont je ne présage pas de l’évidence ou la légitimité chez moi. Et vues les barrières que je me mets concernant un acte si simple pour un couple hétéro, je ne suis pas prêt de vouloir avoir un môme. Enfin, je pense que lorsque cela deviendra plus simple pour les homos, nous serons aussi plus à même de moins nous sentir sur la sellette et surcontraint à l’idée de désirer un enfant.

Toute à l’heure, nous avions des amis qui étaient là pour bruncher et passer l’après-midi à l’appart. C’était très sympa, et on a mangé comme des porcs. :) Un couple était là avec leurs deux gamines de 4 et 2 ans et demi. Après quelques heures, en compagnie des Erinyes, j’avais revu ma copie concernant mon envie d’avoir des enfants. On est si bien à deux, je vais tâcher de le rester dans un premier temps, ce sera déjà un bien beau challenge à relever. Certains potes nous surnomment les M&M’s pour mieux nous inséparabiliser, inch’allah. :mrgreen:

17 Commentaires

  1. Je sais, j’ai rien a dire et je ferais mieux de bosser ma maitrise, mais je trouve que c’est super mignon comme surnom, les M&M’s. Fondent dans la bouche, pas dans la main, c’est bien ca, non? :euh::langue:

  2. > je crois qu’élever un enfant et lui donner de l’amour
    > est une expérience à vivre pour s’épanouir
    > entièrement en tant qu’homme.
    C’est beau, on croirait entendre papy Wojtyla.

  3. moi je refuse d’avoir des enfants.
    je refuse de me reproduire.
    je pourrais exposer 10 000 raisons qui motivent ce choix, mais je préfère juste dire que je n’en veux pas.

  4. Moi je suis beaucoup trop égoïste pour imaginer une seule seconde élever un enfant. Et d’abord, comme gamins, j’ai déjà 20 étudiants en DEUG, ça me suffit largement. :-)
    À la limite, tant qu’à en avoir, je préférerais en adopter à un âge où ils savent déjà parler, parce que les bébés ne m’intéressent pas du tout et que les plus âgés, justement, ont toujours du mal à se faire adopter.

  5. Faire des enfants pour soi même, n’est-ce pas l’ultime narcissisme ?
    Les enfants, surtout dans notre cas, chers amis homo, c’est quand même pour EUX qu’on les « met en route », non ?
    Contrairement aux hétéros en couple, ils n’arrivent aps au hasard pour les homos, ils sont voulus. Il faut se demander pourquoi ils sont voulus…
    Je n’ai a priori rien contre les enfants d’homos, bien au contraire, mais il faut savoir à quoi s’attendre…
    Cependant, je suis d’accord avec Matoo, avec l’évolution de la société, dans 20/30 ans, il paraîtra normal que deux femmes ou deux hommes élèvent ensemble un enfant… :)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages