Le Seigneur des Anneaux : le Retour du roi

Je ne suis pas un fan du Seigneur des Anneaux, mais je suis allé voir la trilogie car c’était un bon divertissement, à la fois dans le fond (Tolkien sait bien écrire des histoires passionnantes) et dans la forme (effets spéciaux, bons comédiens). Et puis Peter Jackson c’est tout de même le réalisateur du film qui a failli me faire vomir : Bad Taste. Je vous le conseille. Je l’ai vu alors que nous dînions avec mes parents (dans le débuts des années 90), et mon frère nous avait mis la cassette « pour rire ». Après quelques minutes, nous avions eu droit à la scène la plus haute en couleur, où un mec se met à vomir des immondices dans un saladier, et que ses comparses se le repasse à la suite afin de boire cette soupe de gerbe fumante. L’apothéose c’est quand le chef boit à son tour et s’exclame « Merci Robert, j’ai eu un gros morceau. ». Mon père a alors simplement tourné sa tête vers mon frère en infléchissant un sourcil de la manière la plus suggestive. Mon frère a immédiatement couru arrêter le magnétoscope en s’excusant afin d’éviter les foudres paternelles.

Mais le même Peter Jackson avait grave assuré dans les deux autres opus, donc je m’attendais à ce qu’il abatte ses derniers atouts pour ce final que tout le monde attendait. J’ai trouvé que les deux autres avaient beaucoup de qualités qui sont reproduites dans le « Retour du Roi », il s’agit de la beauté des plans, des décors naturels, des effets spéciaux et de l’interprétation des comédiens. Je ne peux pas m’empêcher d’y trouver les mêmes faiblesses aussi, mais qui sont plus du fait de mon goût personnel que d’une mauvaise transposition du bouquin. En effet, le truc de la quête, je trouve ça passablement chiant. L’histoire se résume, pour moi, en un groupe constitué pour aller d’un point A à un point B. Sur le chemin, ils rencontrent plein plein de méchants, et ils perdent au fur et à mesure quelques combattants mineurs. Et puis, ils arrivent, hop c’est fini. Du coup, je ne peux m’empêcher de trouver l’histoire un peu trop simple et linéaire, même si le cas pour pas mal de romans ou films. Et dans le cas de Tolkien, l’intérêt réside finalement moins dans le récit de l’épopée que dans la manière dont il crée un univers complet et cohérent, et la façon dont il nous fait rentrer dans un monde imaginaire très crédible dès lors qu’on s’affranchit un peu de ses normes adultes. Aussi j’ai trouvé les deux premiers films très divertissants et sympas, mais plutôt longs et pas vraiment haletants (en plus je savais que le fin mot était pour le dernier seulement).

Ce film m’a donc beaucoup plus tenu en haleine, et j’ai moins été gêné par la durée. Encore une fois, les décors et les effets spéciaux sont bluffant. J’ai trouvé notamment la scène de bataille finale extraordinaire à tout point de vue. Par contre, la fin n’en finit pas (c’est le cas de le dire !) et je me demandais bien où il voulait en venir. Une bonne ellipse aurait suffit pour moi au lieu de détailler comme cela ce qui arrivent à tous les personnages. Par contre, j’ai été un peu déçu de la manière dont certaines histoires ont été entaillées, par exemple on ne comprend pas trop ce qui arrive à Arwen, on la voit à la fin, et hop, les épousailles !

En définitive, j’ai aimé le film mais une fois au cinéma (ah oui impossible à la télé) me suffit largement. Oubliez-moi pour les marathons avec les trois épisodes version longue pendant 12 heures (pop-corn, coca et sondes urinaires fournies par la salle).

Le Seigneur des Anneaux - le Retour du Roi

5 Commentaires

  1. Je suis d’accord que la fin est trop longue. Mais c’est vraiment la faute de Tolkien, qui ne sait pas conclure son roman et se croit obligé d’en mettre une bonne soixantaine de pages après que l’Anneau a été détruit (dans mon édition en un volume, l’Anneau est détruit page 982, et les appendices commencent page 1070). Évidemment, les fans vont me tomber dessus pour avoir dit ça, comme ils seraient tombés sur Jackson s’il avait trop abrégé la fin (et encore, il a coupé, avec raison à mon sens, tout l’épisode du Sauvetage de la Comté, et la fin de Saruman et tout ça).

  2. La quête est un élément essentiel dans cette littérature. Alors dire que c’est simpliste, c’est quand même remettre en cause toute une littérature qui trouve ses bases dans les mythes et autres légendes de l’Antiquité au Moyen-Age… La plupart des livres nous amène d’un point A à un point B, puisque un écrit fait nécessairement trace en déplaçant un petit quelque chose…

  3. Humm, tu as raison ModeratoCantabile (‘tain c’est long à écrire ça), j’ai changé car « simpliste » est trop péjoratif par rapport à ce que je voulais exprimer. J’ai écrit plutôt « simple et linéaire » qui est plus précisément ce que je pense.

    Je ne dis pas que c’est nul, mais simplement que ce n’est pas ce qui me tient en haleine car il me manque un truc (truc qui est dans les bouquins et pas assez dans le film, mais c’est normal car sinon cela ferait un film super nul et chiant !! Dilemme !).

  4. Ok les films sont bons, très divertissants pour qui veut s’évader pendant plus de 3 x 3 heures (même s’ils ont tuyé mon elfe préféré –c koi son nom déjà ??– pendant la bataille du Gouffre d’Elm).
    Par contre, si Tolkien avait du génie créatif, c’était un bien piètre écrivain : son style est tellement indigeste que j’ai jamais pu passer outre la 10° page du 1°tome !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages