Le dernier Samouraï

Je crois qu’il était très difficile de pondre un film plus convenu, plus conventionnel, plus hollywoodien ! Je me disais que je sujet forcerait un peu les auteurs à donner un souffle épique à ce film qui pourrait le faire un peu sortir de l’ordinaire. Et bien oui pour les décors, les costumes et l’ambiance, mais alors Morphéus le dialoguiste et Tom l’Omnipotent ont vraiment tout gâché.

Le scénario est horriblement classique, mais alors classique de chez classique, genre t’as tout compris dans les cinq premières minutes du film. Et toute cette première partie, avant le départ au Japon, est surréaliste. Je n’avais jamais vu Tom Cruise surjouer à ce point. Et on nous sort les violons américains habituels, « on s’en veut d’avoir massacrer les indiens, c’est mal, mal, mal ». Tom Cruise est un espèce de vétéran du Vietnam mais en 1876, et c’est à Little Big Horn qu’il a vécu son drame psychologique. On lui propose un job au Japon, il s’agit de former des soldats à la mode américaine, afin de combattre des rebelles Samouraïs. On envoie Tom au casse-pipe trop tôt (pourtant c’est pas faute de les avoir prévenu), et lui et ses soldats nippons inexpérimentés se font pétés la tronche par des Samouraïs vachement en forme. Résultat, Tom est fait prisonnier après avoir tué un guerrier et avoir fait acte d’une bravoure qui a étonné le chef des Samouraï (sacré beau gosse en passant).

Ensuite, le scénario s’améliore un peu, tout en restant classique (faut pas rêver). On a droit aux clichés les plus éculés sur le Japon, et toute la symbolique y passe… les cerisiers en fleurs en figure de proue ! Evidemment, pour corser le tout, on le loge chez la femme de celui qu’il a tué… évidemment il conquiert peu à peu la donzelle. Enfin rien que de très banal. Il apprend à aimer la morale du Bushido et petit à petit se forme au sabre. En quelques plans, il se fait d’abord pété la gueule, et puis égalité, et hop il finit par gagner. Waow ! Ensuite, il rejoint le clan des Samouraïs et se bat avec eux. Youpi ! En plus, comme il s’est même trouvé une meuf, la vie est belle. Et puis, ce n’est pas compliqué Tom Cruise est sur TOUS les plans. On a droit à toutes les expressions de son visage et les cadrages les plus divers.

Et pourtant, le fond n’est pas si mauvais, car la rencontre de l’orient et de l’occident est intéressante, et donne le ton à quelques scènes cocasses et émouvantes. En outre, on peut adhérer à certaines scènes à l’émotion poignante, mais tout est foutu en l’air par un pathos affligeant qui dégouline, tout de suite, il faut en faire des tonnes à coups de musique grandiloquente, yeux qui vibrent… Too much !

Les combats sont excellents, je les ai trouvés bien orchestrés et mis en scène. Les décors, costumes et l’atmosphère du 19ème sont aussi drôlement bien ficelés. Et puis c’est un divertissement… comestible on va dire. Je te ferais un petit montage là-dessus pour supprimer une heure de film et on y verrait déjà plus clair. Il fallait tout le monde sauf Tom Cruise pour jouer le rôle du Samouraï yankee, mais bon c’est Hollywood. Et puis la fin est merdique de chez merdique, tellement amerloque de base, tellement au ras des pâquerettes, alors qu’ils auraient pu limiter les dégâts en terminant le film en une apothéose qui au moins mettait en exergue l’honneur et le code des Samouraï, mais nan !

PS: Merci à Olivier d’avoir vu ce film avec moi. C’est très très très gentil et miséricordieux d’avoir accepté. lol

Le dernier Samourai

13 Commentaires

  1. Eh oui Tcruise est une plaie dans le cinéma depus pas mal de temps (ne pas mélanger avec le grand Steven Seagal!! yen a ki on trien compris au cinéma)
    N’empêche les samouraï sont cool et le film est pas trop mal là dessus, et pas plus carricatural du japon que lost in translation
    ug

  2. Salut Matoo !!!! Comment vas-tu ???? Je viens de découvrir ton blog !!!! C’est cool !!!!
    Ben en ce qui concerne ce film, je m’attendais à ce que cela ne soit pas terrible…Vu ce que Tom Cruise tourne comme films en ce moment (des fours la plupart du temps !).
    Mais faut-il faire une comparaison Hero avec Jet Li et Dernier Samouraï avec Tom Cruise ? Car j’avais beaucoup aimé le premier (je l’avais vu en V.O., un vrai régal !)

  3. Moa Tom Cruise avec 12 kg de muscles en plus, je veux bien le voir sous toutes les coutures ça me dérangerait pas trop même……dailleurs, Matoo il le sait pas mais demain je l’ai inscrit en KikBoxing pour commençer avec cours de BodyPump le mardi soir. Et on fera plein de petits tom sarimatoomcruise et là ça sera bien.
    Hum.

  4. Y a pas un taré sur internet qui veut venir faire des cours de hip hop avec moa sérieusement car tout le monde fuit quand je propose autour de moi ?

  5. Oui. Merci. « Merdique de chez merdique », c’est bien ça. Une pauvre petite histoire racontée à la va-comme-j’te-filme. Début, fin, en plein milieu un type comme ça ! Cette vieille illusion que le destin d’un individu ou d’un petit groupe recouvre le destin collectif ou l’explique. C’est à peine croyable qu’on puisse raconter de telles conneries, de cette ma-nière-là, et finalement on voit ça partout. Du tout venant, de l’ordinaire qui dit toujours la même histoire. D’abord que les sociétés traditionnelles sont supérieures au monde moderne – entendre occidentale d’aujourd’hui, pour l’occidentale du moyen âge, c’est ok. Il faisait bon vivre dans le Japon d’avant l’Ouverture. Bel ordre social en harmonie avec la nature, au touche-touche avec l’au-delà. Arrive l’homme blanc et tout se brise, se perd, l’honneur, les valeurs, la beauté. Voilà c’est cette dimension politique que je pointe vite… Ce n’est pas Little Big Man. L’exact opposé. On y lit l’actualité, la réaction américaine néo-cons. (Conservateur), et la glorification de la féodalité.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages