L'affaire Nicolas Le Floch

Décidément, je suis un véritable fan de cette série de Jean-François Parot. Nicolas Le Floch est ce commissaire du Châtelet du temps de Louis XV, à qui il arrive toujours des histoires incroyables. Un peu comme Jessica Fletcher à Cabot Cove, mais en plus « 1776 ».

C’est le quatrième de la série, et c’est rare mais ces aventures vont même en se bonifiant je trouve. En cette funeste année, Nicolas est de tous les malheurs, non seulement on vient d’assassiner sa maîtresse mais Louis XV est sur le point de succomber, et on ne sait jamais ce que peut réserver aux gentilshommes l’accession au trône d’un nouveau souverain.

Il nous entraîne encore dans une intrigue policière des plus emberlificotées, avec un récit toujours aussi riche de ce langage du 18ème, de ces personnages historiques que Le Floch croise et qui font résonner mes cours d’histoire de collège. Et puis, il arpente les rues et boulevard d’un Paris qui, à la fois nous apparaît inchangé, et la page d’après un endroit complètement différent, c’est une sensation (de lecteur parisien) vraiment grisante. Et cette fois-ci, l’auteur envoie Nicolas en Angleterre et évidemment lui fait rencontrer la ou le mystérieux Chevalier D’Eon.

Les intrigues policières s’enrichissent de plus en plus au fur et à mesure des bouquins, et on finit par en savoir plus sur la ribambelle de personnages secondaires, et surtout sur la vie privée de Nicolas. J’aime bien ce phénomène lié aux séries littéraires, un peu comme dans les séries télévisées, on a plaisir à retrouver les travers et attitudes de certains protagonistes, comme si on pouvait , à l’avance, devenir leurs actes parce qu’on les connaît bien.

En tout cas, le bonhomme qui écrit cela est incroyablement documenté, et surtout a un talent particulier pour écrire avec un style qui nous plonge complètement dans la France d’il y a deux cents et quelques années. Je suis vraiment conquis !

Jean Francois Parot - l affaire Nicolas Le Floch

14 Commentaires

  1. bonjour, c’est par hasard que je suis tombée sur cette page et je suis un peu impressionnée! est-ce une seule personne qui fait, lit et voit tout ça?!! en tout cas c’est agréable de s’y promener. Et puis je suis contente de trouver un amateur de JF Parot, que je trouve également excellent croqueur de la vie parisienne du 18 eme siècle, doué d’une culture immense. Je viens de lire le dernier qui vient de sortir en poche : Le crime de l’hôtel Sint-Florenin et on y rerouve autant le plaisir de l’ambiance que l’improbabilité de l’histoire, le bonheur quoi!
    salut et au plaisir de lire ta critique
    mo

  2. Je ne partage pas ton enthousiasme pour L’Affaire Nicolas Le Floch et les ouvrages de
    Jean-François Parot que j’ai tous lus.Ces histoires sont le plus souvent trés alambiquées
    et il n’a guère le souci de la vraisemblance. Ces livres sont en outre embarassées par un
    excés d’érudition – il est historien de formation – qui frise parfois la pédanterie.
    Est-il vraiment nécessaire dans L’Affaire Nicolas Le Floch, par exemple, de nous détailler des recettes de cuisine
    comme il le fait telle ou telle recette de cuisine? C’est vraiment indigeste et ça
    alourdi inutilement son récit. N’est pas Alexandre Dumas qui veut!
    Monsieur Parot devrait choisir un métier ou prof d’histoire ou écrivain auquel cas il a
    encore beaucoup à apprendre en matière stylistique. Au fait il est diplomate ce qui
    atteste que cette trés honorable profession laisse à ceux qui l’exercent beaucoup de
    loisirs.

  3. Je ne comprends pas Pierre-Nicolas qui dit ne pas apprécier « L’Affaire Nicolas Le Floch » et les ouvrages de
    Jean-François Parot et qui les a tous lus !
    J’en suis à mon premier, je trouve l’ambiance historique intéressante et les recettes de cuisine sont amusantes et ajoutent à la couleur du récit. Par conséquent, je vais m’attacher à en lire d’autres … comme Pierre-Nicolas ! ;-)

  4. petite série de livres bien sympathique, nicolas passe un peu pour un super héros immortel, mais bon, quand on est plongé dans le bouquin on en resort difficelement et c’est le but recherché!:ok:
    les petites recettes de cuisisne, je prends ça pour un clin d’oeil de l’auteur,;-) et pourquoi ne pas les essayer chez soi?!
    je me lance dans le sang des farines!!:-)

  5. « Est-il vraiment nécessaire dans L’Affaire Nicolas Le Floch, par exemple, de nous détailler comme il le fait telle ou telle recette de cuisine? »
    OUI !!!
    Carrément oui, c’est indispensable. Personnellement, je ne lis pas les aventures de Nicolas Le Floch pour l’intrigue (souvent simpliste), mais pour me plonger dans l’ambiance de l’époque; les bruits et les odeurs, les vêtements, le langage, le bas-peuple et la cour, le bordel de La Paulet, le théâtre et l’opera, la petite gazette.
    Bravoi à Jean-François Parot de nous faire vivre cette époque qu’on ne connaîtra jamais.

  6. Je suis fan absolue, je pense qu’il n’y a aucune « pédanterie » dans les romans de Parot !! bien au contraire j’ai l’impression qu’il me tire par le haut en m’offrant un vocabulaire riche et élevé….un tel vocabulaire dans un roman policier, avouez que c’est rare tout de même !! moi j’adhère !!

    Je finis à peine le deuxième avant de me jeter dans le troisième avec un appétit gourmand !!

  7. Je trouve cette série de roman vraiment passionnante, je me plonge dans chaque aventure de Nicolas le Floch avec grand plaisir.Quand aux recettes de cuisine « miam ».

  8. bonjour,
    je souhaite lire les romans de jean-françois parot les enquetes de nicolas le floch
    y a t il une chronologie ? ou puis je lire n’importe lequel ? quel est le premier  » tome  » ?
    merci pour votre reponse
    stephane

  9. bonjour
    fan de JF PAROT j’ai lu tous tous ces romans mais une chose m’insupporte c’est qu’il faut à chaque fois se reporter à la fin du livre pour y trouver une référence.
    c’est beaucoup plus simple et plus aisé de mettre celle ci en bas de page.
    qu’en pensez vous ???

  10. Bonjour
    J’ai découvert par hasard ces romans. Je lisais déjà le même style de romans, mais d’un autre auteur, Jean d’Aillon et son héros, Louis Fronsac.(autre époque, XVII ème siécle)
    J’ai dévoré « L’Énigme des Blancs-Manteaux » et « L’Homme au ventre de plomb « .
    Je viens de commencer  » Le fantôme de la rue Royale  » et je suis à fond dedans.

    J’aime l’époque, comment Mr Parot explique l’ancien régime et nous fait découvrir l’ancien Paris. Et aussi, les recette de cuisine :-)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages