Berlin, Ta gueule !

Bon, je me suis dit que je n’allais pas tout résumer en un seul post, parce que sinon ça va vraiment être trop chiant, enfin long quoi ! Arf. Je sais bien que ce sera aussi long comme ça, mais je ferai illusion en en faisant plusieurs thèmes. Et pis, j’vé même faire des efforts pour être concis !

Tout d’abord, un événement de la plus haute importance. Nous sommes arrivés à l’aéroport et Lara Fabian partait pour Nuremberg et avait enregistré ses bagages au même comptoir que nous trois minutes plus tôt, alors que nous partions pour Berlin. Je trouve que c’est un drôle de concours de circonstances, je me suis alors dit que je n’avais vraiment pas une vie vaine. Et l’hôtesse de rajouter d’un air complice et entendu : « Lara est vraiment une femme charmante et extrêmement aimable. ». Rhaaa, je le savais !

L’avion est envahi d’américains, on se demande quelle en est la raison. J’ai deux bonhommes texans de 187kg à ma droite et à ma gauche, qui débordent sur mon propre siège. Charmant… Je discute avec l’un d’eux et j’apprends ainsi qu’ils vont faire un échange avec une ville allemande. C’est pour cela qu’ils sont accompagnés d’une ribambelle d’étudiants made in USA, plutôt pas mal… hum. Je pensais qu’ils venaient pour D-Day au début, même si cela me paraissait un peu bizarre, et je l’évoque au prof texan à ma droite. On se met à tchatcher et le gars se révèle vraiment adorable. Il me renseigne donc sur la nature de l’échange et de la joie qu’il a de montrer l’Europe à ses élèves. Moi je joue mon lèche-cul (mais j’étais sincère) et lui explique que les célébrations sont énormes en France, et donc en Normandie, et qu’on doit beaucoup aux américains pour cela. Je sens qu’il comprend mon geste, et la manière dont je l’exprime, puisqu’il me sourit et me répond qu’en effet, il aimerait que ce soit encore le cas maintenant. Et lui le texan me dit qu’aujourd’hui, il a honte de l’image que les US donnent au monde avec la guerre et leur manque d’humilité global, et qu’il espère bien que ça va changer.

J’en prends pour mon grade ! Voilà un texan de 187kg avec un accent de garçon-vacher qui me redonne espoir en la grande et belle Amérique. Je le lui dis et nous nous quittons en très bons termes !

L’avion amorce sa descente et l’hôtesse cheftaine décroche son bigo pour nous faire son annonce : « Mesdames, Messieurs, nous arrivons à l’aéroport de Berlin… TA GUEULE ! » et là silence… elle s’arrête, on entend un gargouillis, et elle reprend mais en se retenant de rigoler. Moi interloqué, je ne comprends pas vraiment, et me mets à rire très fort. Diego, derrière moi, répond tout haut : « Hey mais toi-même la meuf ! ». Et là je comprends que ce n’est que le nom de l’aéroport « TAGEL » qu’elle a dit de la même manière qu’on aurait dit « ta gueule » en français. La répétition dans les trois langues fut laborieuses, mais la cheftaine est restée le plus stoïque possible. Merde, c’est Air France tout de même !

Aéroport de Berlin - Tegel

9 Commentaires

  1. Ah, elle sait s’amuser Natacha!
    Euh, sinon, je tiens à rassurer tout le monce: les américains savent bien que c’est la politique de Bush qu’on aime pas. Les anti-américanistes primaires, qu’ils aillent se friter aux french-bashers (inventeurs, à défaut d’utilisateurs, du Liberty Kiss et bouffeur de liberty fries)

  2. lèche cul…

    j’aime pas ce concept de dette éternelle.

    si le geste de libération n’avait pour utilité que ça, ce serait vraiment navrant.

    je vois pas pourquoi on devrait les remercier 60 ans plus tard. ça va quoi. à ce compte là, ils devrait aussi nous remercier de les avoir libérer du colonialisme anglais. c’est vrai quoi. on a autre chose à foutre que de compter les points.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages