Dress-code Gay Pride

Je me prépare gentiment pour aller à la Gay Pride toute à l’heure. J’espère seulement que le temps va se lever. Je suppose que malgré tout ce que j’ai pu lire contre la marche dans les blogs ou forum, ce sera comme d’habitude du pipi dans un violon, puisqu’en général tout le monde finit par y aller. Moi je n’en démords pas, et toujours pour les mêmes raisons je dis qu’il faut y aller.

D’ailleurs, hier je buvais un verre avec Sébastien, Cédric et Olivier rue des lombards, et quelques supporters avinés sont passés en nous traitant allègrement de tous les noms. Voilà, à Paris, Hôtel de Ville, en juin 2004, nous ne sommes toujours pas à l’abri. Et bien sûr, les événements passés extrêmement graves comme celui de Sébastien Nouchet doivent nous rendre encore plus vigilants. Non seulement l’homophobie n’est pas caduque, mais très vivace en dehors des ghettos où l’on veut bien nous voir paître, puisqu’en tant que vache à lait, nous sommes plutôt considérés comme des citoyens de premier plan.

Et puis, je radote mais je crois que je le dis tous les ans à qui veut bien l’entendre, la Gay Pride cette année est aussi pour moi une manière de rendre hommage à mes copines de Stonewall, qui en 1969 à New-York ont retroussé leur collants et se sont révoltés contre les répressions policières homophobes à coups de talons-aiguilles. Cela fait donc 35 ans cette année. Happy Birthday !! Aussi notre combat pour la reconnaissance simple et évidente de l’homosexualité est très jeune, et très fragile, il ne faut pas croire que tout a toujours été comme ça. Et ce sont bien les trans, travs, folles qui ont le plus souffert et se sont battus pour notre liberté de penser, agir et baiser. Elles y étaient obligées par le fait qu’elles ne peuvent pas se cacher alors que se dissimuler parmi les hétéros serait certainement encore notre manière de nous assumer si elles ne nous avaient pas émancipés. Donc c’est un peu facile de maintenant s’assumer en marquant sa différence, et en faisant comme s’il existait une bonne manière d’être pédé, comme si la Gay Pride ne donnait pas une bonne image etc. FUCK la bonne image ! FUCK les bonnes manières ! FUCK la respectabilité !

Il s’agit d’être soi, d’être bien dans sa peau et en accord avec ses principes.

Bon allez, moi c’est pas tout, il faut que je saute dans la douche. :mrgreen:

Si jamais on se croise, je porterais mon ticheurte French Connection « FCUK » pour faire écho à mes revendications (lol). Et comme certains pensent que je ne mets pas de sous-vêtements, voilà le boxer DIM noir que je porte ! :langue:

We’re here ! We’re queer ! Get used to it !

Dress Code Gay Pride 2004

23 Commentaires

  1. nos vieilles soeurs de stonewall! elles ont fait le sal boulot et faut pas oublier que si on est là aujourd’hui à fêter et à déambuler en revendiquant les différences (vraiment??), c’est en partie grâce à elles. bien peu de gens ont ça en mémoire, hélas…

  2. Bravo.
    Je ne supporte pas l’argument absolument homophobe qui consiste à dire « oh la gay pride toutes ces drag queen avec des plumes, ça fait du mal à la cause c’est pas comme ça que ça va évoluer etc. »

    Si pour se faire accepter, il faut gommer toutes nos différences, alors l’intégration laissera un goût amer.

  3. Pour réagir à ce que dit nycboy : en même temps, si la place dans la société des hommes doit se limiter à la seule expression des différences, sans intégration, je trouve pas ça génial non plus !

    Je ne sais pas pour toi, mais je me sens Homme (avec un grand H comme dans Humanité – le genre humain et pas le journal) avant de me sentir homo.

    Je préfèrerai un monde où l’homosexualité est acceptée pour ce qu’elle est et où on peut vivre dans la norme sociale sans qu’on vienne m’emmerder pour ce que je suis, plutôt qu’un monde où on a besoin de faire appel à une sous-culture pour donner un sens à sa petite existence.

    La revendication homo a un sens ; par contre, les codes, us et coutumes de la so-called communauté, je trouve ça, au mieux navrant, au pire, pathétique.

    Désolé de jouer les rabats-joie ! :salut:

  4. pire que le défilé… le retour du défilé dans les rues de la capitale.

    j’étais consterné.

    je ne veux même pas penser deux secondes que je fais partie de cette communauté de tapiaules en colants, pantalons en cuir, travelos et trans.

  5. Merci pour le billet (j’adore « ticheurte ») et t’as raison: Fuck les bonnes manières (l’histoire efficace d’Act Up en est la preuve) ! J’espère aussi que tu t’es bien amusé !

  6. Mouarf ! Comment ai-je fait pour louper un joli T-Shirt comme ça ^^
    Cela dit, même si je me suis bien amusé hier, j’aurais voulu être ce matin dans le Marais pour voir les tronches défaites des gens après une nuit de bringue, niark niark niark…

  7. Complètement d’accord avec Urobore, mais en même temps cette image là a un caractère historique et je n’imagine pas un instant qu’il faudrait « les » exclure (Ils représentent un peu notre Puy-du-Fol, arf)
    Nous on s’est collé au camion Act Up, comme d’hab, et en plus ils choisissent toujours des musiques qui nous plaisent bien, sauf que la il y avait un Renato au micro et c’était difficile d’en faire abstraction.

  8. Urobore> Hey, on a encore le droit d’avoir des opinions différentes des miennes !! Ca n’empêche pas qu’on se respecte et s’aprécie ! :mrgreen: Surtout que ce que tu dis est finalement identique à ce que je prône (si si !). Pourquoi pas rejoindre la « norme » en effet… tour ce que je veux c’est qu’elle ne soit pas édictée en règle de conduite unique et validée par un autre que moi.

  9. mais, urobore, je suis tout à fait d’accord, il faut une véritable intégration des homos dans la société plutôt qu’une simple « tolérance » à vivre à côté des autres mais sans pouvoir se mélanger… le « droit à l’indifférence », en somme
    le seul truc que je dis, c’est que si pour ça, il faut se fondre dans le moule et dans la norme, alors non, le combat ne mérite même pas d’être mené si le résultat est un piètre « vivons heureux vivons cachés » à peine amélioré…

    inside–> mais la communauté gay est multiple et protéiforme ! il y a une majorité « comme tout le monde » et puis il y a ces drags trans etc. « minorité de la minorité », souvent ostracisés par les hétéros comme par les homos.
    pourtant eux aussi ont droit de vivre leur différence. et c’est plus dur pour eux.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages