Internet, et moi, émois, et moi !

Suite au post de la poupée flippante qui demandait s’il y avait quelques volontaires pour se faire interviewer par un de ses potes de Rennes, pour son mémoire en socio. Et comme il cherchait des pédés avec « l’experience des chats et autres moyens de rencontres sur internet », je me suis dit que j’avais toutes les qualifications requises. Et puis ça me fait marrer de participer à une étude, en plus du fait que je suis capable de ne parler que de moi pendant deux heures sans trop de problèmes. :mrgreen:

Le p’tit Gabriel est donc venu hier soir à ma maison à moi que j’ai, et j’ai parlé du mieux que j’ai pu de mon expérience internet gay. En fait, l’étude se voulant précise sur les cobayes, j’ai carrément résumé le Matoo Intégral avec tout ce qui me paraissait saillant à dire (rien de sexuel lol) pour me cerner. Cela va de mon background à ma famille, mon coming-out et ce par quoi je me définis en tant que pédé (mon côté militant ou la fréquentation du marais par exemple…).

Mais surtout, cet entretien fut l’occasion pour moi, un peu hallucinante et vertigineuse, de retracer sur ce fond chronologique mes expérimentations sur internet qui vont de 1997 à nos jours. Je n’ai pas eu trop de mal à établir le fil des années et des périodes, car il y a certains jalons qui sont des marques indélébiles de mon développement pour moi.

Allez, en une phrase : mes premières expériences fugaces de 16 à 18 ans, ma dernière copine à 19, ma rencontre avec Caro qui m’a fait connaître la vie d’un pédésexuel moyen avec des premiers mecs et pas de plan Q (non l’amûûûûûûûr seulement je voulais), 1997 (20 ans) Thomas et le coming-out, 1998 (21 ans) le premier studio minuscule à Bastille, la connexion à caramail et le déniaisage (ouai quelques plans Q pour être sûr que je pouvais moi aussi le faire), les PA sur citegay, premier coup de coeur pour le fantastique site Ooups (pédéblog avant l’heure), les dîners et rencontres caramail sont fécondes (merveilleuse histoire avec Dadou), Yarps en 2000 et le système de profil qui s’affirme, Fosfoo (de Transcodage) devient Gayvox et commence sa montée en puissance tandis que Citegay est No1, 2000-2001 je suis avec Nico (pendant 1 an et demi) rencontré sur Yarps et je socialise à donf (trop) sur les sites gays, beaucoup moins sur caramail, fin 2001 fin de Yarps et migration massive vers Gayvox, Dialh s’impose comme le N°1 de la boucherie, premiers échanges orageux avec M. sous forme d’insultes très originales, rencontre M. de visu lors d’un dîner pour la fin de Yarps, putain on appelle ça « love at first sight », avril 2002 le démarrage M. et une socialisation accrue sur Gayvox, fin 2002 je tombe sur garoo sur fsh et de fil en aiguille je découvre la blogosphère (et GayAttitude), avril 2003 impossible de résister plus longtemps, je me mets au blog et renoue avec les communautés gays en ligne, avril 2004 finis les M&M’s, je traîne assidûment mes guêtres sur Gayvox, Rezo-G et GayAttitude, je rencontre des blogueurs et réalise la proximité entre les deux typologies de communauté (les pédéblogs ne sont, en gros, que des profils de rencontre détaillés, qui servent à commu-niquer).

Voilà tout cela raconté avec plus ou moins de détails au mignon petit rennais qui m’a patiemment écouté (et enregistré), en me posant des questions et en canalisant ma logorrhée. J’ai autant apprécié lui rendre service et me prêter à cet exercice de compilation, que j’ai eu les boules de réaliser toutes ces heures passées sur le web, toutes ces rencontres, et puis merde disons-le, toutes ces années déjà écoulées. Ouai je ne suis plus de la première fraîcheur, et je sentais ses mirettes de 23 ans qui me le disaient. :mrgreen: Bon ben, j’assume ! Matoo le Vétéran.

Vers 21h00, j’ai rejoint Xavier et Yann, à qui j’avais donné rendez-vous à Oberkampf pour aller dîner. De la théorie à la pratique, je passais alors la soirée avec deux pédéblogueurs récemment couplarisés « grâce » à GayAttitude. Et les voilà en train de se papouiller pendant que je leur parle. Ah ben d’accord ! :mrgreen: Arfff. En fait, c’est chou les z’amoureux, j’aime bien. Nous avons dîné à l’Autre Café, 62 rue Jean-Pierre Timbaud, qui est un endroit que je trouve sympa. Après de longues tractations, ils ont réussi à se mettre d’accord sur qui allait dormir chez qui, ce qui m’a beaucoup fait rigoler.

Et pis chuis rentré, tout seul. Quatre consonnes et trois voyelles…

23 Commentaires

  1. Oui, moyennement d’accord sur les blogs qui seraient des profils améliorés. Pour certains sans doute, mais je ne généraliserais pas : suffit de voir combien de pédéblogueurs sont déjà maqués parmi ta longue liste de favoriblogs…

  2. Ouais alors bon… Nos tractations n’ont pas été si longues que ça quand même. Et pour ce qui est de la séquence « retournons nous sur notre histoire », je comprends que ça soit pas mal émouvant, déconcertant et même étonnant de repasser en accélérer le fil de la mémoire, d’égréner ses souvenirs. Quelques mots pour solder des centaines d’heures sur un clavier. Quelques phrases pour résumer des découvertes, des rencontres, des engueulades, des échecs… Moi souvent, je préfère oublier l’inventaire : une fois les choses écrites (sur le papier avant, sur le blog maintenant), le « devoir de mémoire » est suffisamment assuré à mon goût. Tendance « J’y pense et puis j’oublie »…

  3. raphael… merci mes amies fans… moi aps du tout :p
    encore un blog où on a envie de prendre par les épaules pour te câliner! Au passage, si tu passes sur rennes… ;)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages