L’Y part en couille !

J’ai appris ça en lisant « La Recherche » Juillet-Août 2004, le chromosome Y, qui nous différencie en tant que mec, est en fait un vieux machin déglingué qui date de la nuit des temps, qui est rabougri et qui n’arrête pas de faire des conneries. En fait, ce magazine fait un point sur l’Evolution de Homme, et dans cette quête, on sait que les mutations génétiques sont l’élément clef du processus. Vous vous rendez compte, le Y ne porte que 78 gènes, contre 3 ou 4000 pour le X, et apparemment dans un processus d’évolution normal, ça va aller en diminuant !!

Steve Jones, un généticien britannique, affirme même :

« Les porteurs de l’Y déclinent à mesure que la civilisation avance »

Alors que va-t-il se passer ? On nous a pourtant appris que la reproduction sexuée était un élément essentiel de l’évolution, un mécanisme qui sert à la fois à se différentier de génération en génération, mais aussi à corriger certaines erreurs génétiques. En fait, Il existe beaucoup d’espèces qui se débrouillent très bien par clonage, ou même plus simplement que nous, en ayant des chromosomes XX (voire un seul chromosome sexuel pour une espèce de rat-taupe d’Arménie) mais en déterminant autrement l’appartenance aux deux genres.

Et ce qui est fou aussi (enfin que j’ignorais plutôt !) c’est que :

« X et Y sont les lointains descendants d’une paire de chromosomes ordinaires, qui sévissaient voici 300 millions d’années environ, peu après la séparation entre le monde des oiseaux et le nôtre. D’après le modèle proposé par les théoriciens, un premier gène déterminant la masculinité serait apparu à cette époque sur l’un de ces deux chromosomes. D’autres gènes de virilité s’y seraient accolés. Le bloc ainsi formé aurait pris une autonomie croissante, pour finalement trouver le moyen de cesser de se recombiner avec le chromosome homologue – l’ancêtre du X. Comme quoi Eve n’est pas née d’une côté d’Adam : c’est l’inverse. »

(Et là mon côté féministe jubile !)

Je ne vais pas résumer les quelques pages consacrées à cela car ce serait fastidieux, mais on en apprend des tonnes sur ce chromosome, donc la force réside aussi dans la préservation de son information (sans presque évoluer depuis ces 300 millions d’années), et même d’une structure en forme de palindrome pour éviter les erreurs de codage (la proximité entre la génétique et les techniques utilisées en transmission de données numériques pour éviter les erreurs me laisseront toujours aussi pantois).

Mais bon, tout cela explique en partie le fait que notre reproduction sexuée soit particulièrement fragile du côté des queutards ! En effet, ce Y de daube est sensible à la pollution (et on produit autant de sperme par jour qu’un hamster lol) et expliquerait certains cancers ainsi que la vulnérabilité accrue du foetus mâle. Et surtout, a priori, on pourrait aller vers un développement de l’humanité sans Y !! Plus de mec !

Conclusion : nous allons tous devenir lesbiennes ! Yeaaaah baby !

16 Commentaires

  1. mouais mais faudrait savoir …soit Y change presque pas en 300 millions d’années, soit il dégénère…paske s’il dégénère a une vitesse si faible m’est avis que la disparition des Y sur terre viendra sans aucun doute à cause d’autres facteurs appliquant une force de sélection beaucoup plus importante…pikom les nanas elles font pas encore d’autofuck ( j’ai toujours appelé l’autofécondation comme ça) bah elle risque de partir en même temps que nous les drolesses lol
    Keskisson prêts à diçre pour se faire interviewer les scientoches lol

  2. Non en fait c’est juste la peur de l’inconnue et aussi une curiosité énorme de savoir ce que ça fait de bouffer uen chatte mais ça n’a rien à voir …:langue:

  3. Ce généticien est assez critiqué dans le monde scientifique car il a mal étayé ses affirmations. En particulier, les mécanismes de renouvellement du matériel génétique sont bien plus variés que ça ( crossing-over etc) et toujours assez mal connus. Bref, c’est à nuancer (oui je sais je suis chiant:gene:)

  4. je suis entièrement de ton avis Etienne te le fait est qu’on a ajamis pu voir d’échantillon génétique sur suffisamment de génération chez l’homme pour savoir réellement vers quoi on va…
    faut pas oublier un truc la génétic c’est que des stats…

  5. B Sykes qui est à l’origine de cette théorie est un charlatan. Voir l’article suivant :http://www.nouvelobs.com/dossiers/p2067/a243820.html
    quelques citations quand même (pour rire ) :
    Précision utile, car l’affirmation de Sykes est tout simplement fausse: en 2003, presque au même moment que paraissait le livre du généticien d’Oxford, deux articles décisifs sur le chromosome Y paraissaient dans la célèbre revue britannique «Nature» (19juin 2003). L’équipe de David Page, au Whitehead Medical Institute, Massachusetts, analysait le chromosome en détail et mettait en évidence un type de recombinaison particulier, différent du mécanisme habituel, mais assez efficace pour permettre d’affirmer que l’idée d’un Y moribond était largement exagérée.
    Tout compte fait, le chromosome Y se porte fort bien, merci pour lui …

    … Par conséquent, toute la démonstration de Sykes s’écroule .Sa théorie d’un monde où les hommes sont voués à l’extinction relève plus du fantasme que de la réalité…
    … Mais il est aussi intéressant de remarquer que si Sykes tire des élucubrations pseudo-scientifiques de ses fantasmes, ceux-ci sont largement partagés… …

    Bref c’est du flan que cette théorie.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages