Moulti-Pass

Nous avons continué notre périple avec Dieg, et avons parcouru île après île toute la ville de Stockholm. On en a plein les pattes, mais aussi plein les mirettes. Je trouve que cette ville est vraiment magnifique, et puis on a de la chance d’errer depuis jeudi en ticheurte sous un soleil agréable et avec des températures clémentes jusque tard dans la nuit.

Le fait que Stockholm soit un chapelet d’îles lui donne un charme particulier. C’est comme si la cité était parcourue de gigantesques fleuves qui lui donnent un côté balnéaire en été particulièrement saisissant, et en même temps l’architecture « vieille Europe » et l’empreinte monarchique révèlent tout leur potentiel et beauté.

C’est bien connu, lorsqu’on part à l’étranger, on rencontre des tas d’autres visiteurs étrangers et très peu d’autochtones. Hier soir, nous sommes d’abord allés dans un bar appelé « Tre Kungar » (kungstensgatan, heum, oui oui c’est le nom de la rue) pas très loin de l’hôtel et à côté de la boite où nous allions ensuite. On a cru qu’on avait interrompu une teuf parce qu’il y avait un grand buffet en plein milieu de la salle avec des tables autour et des gens en train de se restaurer. Nous avons immédiatement été la cible de tous les regards d’une vingtaine de tapioles sur le retour et de leurs amis. :mrgreen: Rhaaaa, quand on choisit un bar comme ça sur une carte, on ne sait jamais où l’on va atterrir !

Nous nous sommes dirigés très fières et distinguées vers le bar, et le barman nous a expliqué que c’était open-buffet ce soir jusqu’à 23h. Diego est alors allé se servir, tandis que j’ai fait un mégablocage. Impossible d’aller me chercher à bouffer et ensuite manger devant tous ces gens. Je suis alors resté kéblo, et me suis contenté de boire mon verre. Ouai je sais, je suis taré parfois !

Ensuite, une folle hurlante avec un chapeau, la chapelière-folle je l’ai surnommée, est entrée en trombe et a jeté son dévolu sur Diego et moi. Elle titubait et nous parlait en suédois apparemment, ne comprenant pas que nous ne pipions mot à son galimatias. Et puis se faisant un peu trop insistante, nous avons pris le parti de l’ignorer (et pourtant on parlait français bien fort pour qu’elle comprenne). On s’est vite rendu compte que le barman ne la supportait pas plus, et elle s’est mis à danser, faire des allers-retours entre l’entrée et le bar… bizarre… Enfin, encore une belle tranche de rigolade. Et puis, nous nous sommes faits accoster par un type super étrange qui n’arrêtait pas de rire. Top chelou. Il finit par nous dire qu’il est vénézuélien et nous demande si nous parlons espagnol. Même Diego a nié connaître un seul mot en ibérique. :langue:

Dans la journée, nous étions retournés au Chokladkoppen sur Stortorget (île de la vieille ville sur Gamla Stan) où nous avions revus le serveur canadien sympa, Chris, et un autre jeune mec pas mal qui a grave maté Diegito. Et dans ce bar glauque, voilà que Chris débarque avec le mec en question et un autre gars. Le jeune gars (« ticheurte rouge ») a réussi à se présenter et à nous parler en allant au bar (il s’appelle Hans). Un peu saoulé, nous sommes finalement allés au Tip-Top (Sveavagen) vers 23h.

On débarque là-dedans, et l’ambiance n’est pas trop mal, mais vite fait nous tombons d’accord avec Dieg pour trouver potables les deux mecs du fond. Du coup, on prend un verre et on s’assoit éhontément à côté d’eux. Nous comprenons rapidement qu’il s’agit de deux italiens, et c’est cool, Diego et moi trouvons chacun l’un des deux à notre goût. Et d’ailleurs, par chance, cela semble réciproque. Nous faisons donc connaissance, et puis la soirée s’est rapidement précipitée. Chris, Hans et des amis (américains et suédois) à eux ont débarqué et nous avons tous passés une chouette soirée ensemble.

La boite est assez grande avec un lounge, deux pistes de danse et une backroom. Et ça parle donc italien, anglais, suédois et espagnol (Hans est moitié espagnol, moitié suédois, je ne vous dis pas le bon mélange que cela donne) dans une plus grande confusion et joviale atmosphère.

Et en fait, ce soir, nous nous sommes donnés rendez-vous avec nos nouveaux comparses dans une autre boite, le Mondo à Medborgarplatsen, où un des suédois, Nicolas, nous a promis une soirée avec des « mecs mecs ». :mrgreen:

Heu… si je ne parle pas de musée, ne vous inquiétez pas, on en a pas encore visité un seul ! On marche des heures et des heures en flânant au gré de nos envies. On se perd, on passe d’île en île, dans la nature, dans la ville, sur les bords de mer, dans les bois, on s’assoit à des terrasses, on boit des cafés et on mange du cheesecake. ;-)

9 Commentaires

  1. Mais pourquoi tu ne rencontres (presque) que des touristes dans tes pérégrinations, et que tu tombes direct sur les bars (plutôt) sympas??? Moi y a que sur des indigènes et les bars sont tous des boites à cul glauquissimes! C’est pô juste!!!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages