Le Village

Je pensais que j’allais être déçu par un film qui encore une fois caricature le propre style de Shyamayayayaylayan (je n’arrive jamais à le prononcer correctement) et son premier film qui était vraiment quelque chose de fort et original. A force de pondre des 6ème sens, pollués en plus par des tiers comme Mel Gibson, je redoutais un petit peu ce film.

Mais j’ai été au final plutôt agréablement surpris. Evidemment, on reconnaît la patte de l’auteur qui ne peut s’empêcher de nous coller une surprise de dernière minutes et un emboîtement de retournements de situation pour bien nous surprendre. Et puis, il nous refait le coup de l’ambiance sombre, glauque, mystérieuse avec des personnages tout aussi inquiétants. Il ne peut non plus éviter les coups de speed dans ses scènes de frayeur, je crois d’ailleurs que ce type est un fétichiste des gens qui sursautent de peur dans leurs fauteuils de cinéma.

Il fait donc tout ça encore une fois. Mais il le fait bien, et même très bien. Ajoutez à cela de très bons acteurs (Sigourney Weaver, William Hurt, Joaquin Phoenix, Adrien Brody) qui sont bien dirigés, et une histoire qui tient la route et qui, même si on s’attend à être surpris par un truc auquel justement on ne doit logiquement pas s’attendre, est plutôt bien menée de bout en bout. La musique aussi m’a bien plu, l’omniprésence d’un violoncelle dont les plaintes sont presque humaines et soulignent encore plus la peur qui s’instille dans les personnages, effrayés par ces bois monstrueusement hantés.

L’histoire est simple, on est dans l’Amérique au temps de la petite maison dans la prairie, mais seulement le village est complètement isolé, à cause de la présence menaçante de créatures monstrueuses qui hantent les bois alentours, et forcent les habitants à l’autarcie. Evidemment, certains sont tentés d’outrepasser les limites du Village pour diverses raisons, et des événements tragiques vont conduire les gens à se remettre en question.

Les images du films sont vraiment très belles, et le réalisateur donne vie à la forêt avec beaucoup de talent. On se met vraiment à la craindre, et à ressentir la peur qu’on lit sur les visages des protagonistes. Le rapport à la peur qui est l’élément central (à bien des égards…) donne vraiment à ce film tout son intérêt.

PS : A lire, la critique de JP (avec spoilers) qui déchire sa race tellement qu’elle est bonne.

Le Village

11 Commentaires

  1. Eh ben, moi, je fais partie des gens que les films de ce M. Night Salmahayek n’impressionnent mais-alors-vraiment-pas-du-tout… C’est donc au cinéma que vous alliez, Matoo, hier en toute fin d’après-midi ? Il me semble vous avoir croisé rue du Faubourg du Temple. J’allais (car c’était sans doute plutôt moi que vous) à… euh… contre-sixième-sens :gene: Ben voilà, c’était seulement pour faire ce jeu de mots à deux cents et 1/2.
    :boulet:

  2. Hummm ce n’était pas moi je pense… le film on y est allé avec Oli et Mr Peer jeudi soir aux halles (et je suis arrivé direct du boulot). Sinon vendredi soir ? Je suis rentré chez moi vers 18h50… et reparti plus tard, mais jamais en passant concrètement par la rue du Fg !
    Alors :joker:

  3. Je me demande si on a vu le même film !
    C’est franchement le plus mauvais film de Shyamalan (et dire qu’on le compare a Hitchcock !). Les rebondissements (aux nombres de deux ! on ne peut pas faire plus simpliste) sont tellement téléphonés qu’on en arrive très vite à s’ennuyer. Et ce n’est pas les dialogues, le surjeu des acteurs très mal dirigés (qui ne semblent absolument pas croire à ce qu’ils jouent et qui n’arrive pas à transmettre cette « peur » censer guider le film – la palme à Joaquin Phoenix et Adrien Brody qui on du avoir le scénario 3mn avant le début du film), le mou dans les scènes censées effrayer (au final il n’y en a qu’une seule le reste étant tellement téléguidé !) et les constantes images de cette forêt, donne l’impression qu’on a surtout fait du remplissage entre les deux génériques. Ce film n’a absolument rien de fantastique, c’est un bon gros nanar.
    Le seul point positif du film c’est la musique.

  4. Sans être aussi négatif que la majorité des gens autour de moi qui ont vu ce film (ils le trouvent nullissime), je dirai que c’est plutôt très très moyen. Mis à part une belle photographie et de jolis costumes, le reste me donne le sentiment que Chayamachin a voulu surfer sur la vague de son succès en sortant vite vite un film baclé. Le sujet aurait sans doute mérité quelques mois de travail supplémentaires, car il me semble intéressant. Et puis, le réalisateur compte beaucoup trop sur la naïveté et la crédulité de son public. Trop d’invraisemblances, de contradictions. Et puis, la chute, cette explication, donnée à la fin du film, de la raison de l’isolement de ce village, est bien mince. J’ai comme le sentiment que Night avait ta trame du film et avait envie de raconter cette histoire-là, mais qu’il n’a pas su l’expliquer, ni la justifier. La fin est comme une excuse qui tente de justifier tout le film. Dommage…

  5. Bah moi j’ai trouvé ça pas mal ! Nah ! :help: (lol)
    Frenzy> Je n’étais pas dans la rue à proprement parler, mais toujours pas loin puisque même le trome Goncourt est au croisement avec l’av Parmentier !

  6. l’idée (du film) est tres interessante… attention spoilers !
    j’ai été énormément surpris en voyant ivy passer la cloture…
    mais ensuite, je trouve qu’il y a un certain nombre d’incohérences assez nulles: genre ils sont une douzaine d’anciens (a savoir la vérité), et y a peut etre une centaine de personne dans le village… je veux bien qu’ils soient tous plus jeunes (imaginons que le village a une trentaine d’années) mais ils venaient d’ou au départ? c’est pas les 12 vieux qui les ont pondus?
    puis les betes écorchées? genre aucun des vieux ne semble se demander qui fait ca et dans quel but (c’est quand meme gore, on imagine mal faire ca « juste pour faire peur », meme si c pour maintenir la vérité)…
    effectivement, je pense que ce cher Shyamalan surfe un peu facilement sur sa vague 6ieme sens, et essaie de vendre juste parce que son nom est promesse de rebondissement de derniere minute (et oui effectivement il y en a un)… mais il aurait mieux fait de travailler le détail du script, afin de donner plus de profondeur au film, et donc moins le discréditer…

  7. Fred > Quoiiiii ?????? Son plus mauvais film ? j’ai trouvé (ainsi que mon cher et tendre) qu’il s’améliorait de film en film… J’ai été tellmement emballé par Le Village que, pour le coup, ta critique m’a énervé un peu beaucoup, mais bon, chacun son opinion :gene: « nanar », c’est vraiment injuste. Je souhaite à n’importe quel réalisateur de nanar de trouzième zone diffusé le samedi soir sur M6 de créer une atmosphère comparable à celle qui s’installe dès les premières minutes de ce film. « Surfer sur la vague du 6ème sens » (qui n’étai pas son premier film, d’ailleurs)alors qu’il a quand même sorti Incassable et Signes entre deux, je trouve ça aussi un peu facile, comme remarque. M.N. Shyamalan possède des tics scénaristiques, et alors ? Chacun de ses films – du moins ceux que j’ai vus depuis 6ème Sens – explore à la fois une facette de la peur et un thème particulier. On ne peut pas accuser un auteur de se répéter alors qu’il cultive un style et approfondit ses thématiques et son style.

  8. Attention! Dans un instant, Shyamalan va zoomer sur la forêt, mettre des bruits de vent dans les feuilles, et y rajouter de sinistres « hou hou »… Et là un porc-épic habillé de rouge va sortir… Mais heureusement l’amour sera là pour sauver le monde… Film très drôle, il a juste manqué le faux fantôme habillé d’un drap pour qu’on ait vraiment peur! La seule chose qui ressort c’est Bryce Dallas Howard, qui surnage vaillament aux milieu de tous ces cabotins. A voir dans l’avion, comme dit l’autre…

  9. Et bien ! que dire ? tout simplement que ce film est bien fait, au point de vue du contenu, des images et des musiques. Mais il est plus que ça, il est génial. C’est tout à fait normal plus qu’il reflète le génie du réalisateur. Beaucoup se plaignent d’un dialogue trop léger…et des plans sur la forêt trop répétitifs…Mais n’est ce pas plus novateur et plus difficile que de faire passer une émotion simplement à travers des décors, des images et du son plutôt qu’à travers des paroles ? parce que rien n’est plus simple que de parler et que de combler le vide avec des mots !. Shyamalan est très doué, il a su capter des sentiments et les faire ressentir par la suite aux spectateurs. Et la beauté des paysages est inégalable, et indispensable au film simplement parce que c’est plus qu’un film: c’est une oeuvre.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages