Sobriété névrotique

Hier soir, j’ai fait la rencontre de deux blogueurs ! C’est hallucinant, je blogue depuis 17 mois, et je suis déjà un vieux blogueur. Tant se sont arrêtés depuis que j’ai commencé, et beaucoup ont démarré aussi, mais apparemment c’est dans la majorité des cas, une lubie passagère. BrainNotFound avait écrit un excellent billet à ce sujet.

Je discutais déjà un peu avec ces deux messieurs (Eric et Olivier) par mail, messenger ou bien des sites malfamés, et nous avons dîné en terrasse au Comptoir. J’ai passé une très chouette soirée en leur compagnie, et j’ai pas mal appris sur eux. Je me suis encore fait remarquer par ma sobriété et mon coca-light traditionnel (non ceci n’est pas un post publicitaire), tandis que mes deux compères dissertaient sur les qualités et spécificités des vins de la carte. Eric nous avouant même son penchant pour la bouteille, il a affirmé qu’il buvait du vin chez lui tout seul chaque soir ! (Mwarf arf arf :mrgreen: tu vois je t’avais dit que je te dénoncerais mon chou)

Eh bien, oui, sauf rare exception, je ne bois pas d’alcool, je n’aime pas le vin, je n’aime pas le champagne, et même pas le cidre ! Eurk ! Comme je me suis bien forcé pendant des années, j’arrive à ingurgiter le contenu gazeux d’une flûte à champagne lors d’un mariage ou un truc comme ça. Mais ensuite, il faut rapidement que je m’assoie car cela me fait tourner la tête, voire me rend nauséeux. Ouai je sais, c’est drôle. Et le jeu consiste souvent en soirée à me voir consommer un verre d’alcool fort : « Ooooooh Mathieu, il boit !!! Hey, regardez les mecs, IL BOIT !!! ». Top challenge ! :mrgreen:

Et pourtant c’est dommage, je pense que je rate quelque chose en n’appréciant pas cela. Mon père essaie depuis des années de me convertir à son intérêt pour l’oenologie, mais je goûte avec à chaque fois avec la même expression genre : « pouahh ! ». Il faudra que je demande conseils à Eldrakan !

Je pense que ce n’est ni un avantage, ni un inconvénient. C’est simplement une névrose de plus, mais qui est à la fois perçue comme une marque de vertu, et peut être vécue comme un handicap social à certaines occasions. Je parle de névrose car je pense que c’est un rejet qui est plus que simplement lié à une préférence gustative. Je fréquente depuis toujours des gens qui consomment de l’alcool, que ce soit en famille ou bien en soirées avec des potes. J’ai connu les beuveries adolescentes, les ivrogneries estudiantines et l’alcoolisme pédémondain, et je pense que j’aurais simplement pu être comme la plupart des gens consommer pour le plaisir, en « abusant modérément » ! ;-) Je me demande si l’alcoolisme « héréditaire » qui a sévi pendant des générations entières dans ma famille (des deux côtés) n’est pas un peu lié à cela. J’ai peut-être une sorte de névrose transgénérationnelle qui s’est exprimée en me faisant rejeter justement ce qui a pu causer la perte de mon ascendance (et à laquelle inconsciemment je suis sensible) !?

Et j’ai fait le même blocage avec les drogues en général, à part internet et les autres drogues qui ne sont pas répertoriées comme telles tout en étant des dépendances (si je n’étais que raisonnable, je serais encore plus chiant que je ne suis aujourd’hui). Sinon, jamais d’X, de coke ou même de teush, et pourtant j’ai commencé à sortir en 1994 en rave !!!!!

Ce que les gens n’imaginent pas, c’est ce qui peut se passer dans ma tête lorsque je suis à une soirée, et que tout le monde est bourré ou défoncé. Evidemment, c’est déjà un excellent moyen de faire naturellement parler les gens et d’obtenir des informations confidentielles sur plein de sujets (gnark gnark). Mais surtout, les gens qui sont dans un état second lié à de l’alcool ou de la drogue sont dans leur trip, et ressentent aussi souvent une sensation de groupe plus forte. Des délires peuvent ainsi naître dans un groupe, et j’ai assez souvent du mal à y adhérer à cause de mon décalage.

Ainsi, on a souvent tendance à dire que les gens s’isolent dans la drogue, et que c’est chacun pour soi. Eh bien, moi c’est parfois le contraire, je me retrouve comme isolé dans ma sobriété et dans ma lucidité. Alors, un univers complet s’ouvre à moi, et c’est un sentiment que j’adore. Imaginez, vous êtes dans un endroit bondé, la musique est tonitruante, des gens vous entourent mais vous perçoivent plus qu’ils ne vous appréhendent réellement. Et là, c’est comme l’ouverture d’un vortex vers un monde parallèle. On pourrait croire que ce sont les autres qui sont dans leur univers avec leur vision trouble et leur démarche titubante, mais non, c’est moi qui suis seul dans mon monde « net ». Incroyable sensation d’acuité redoublée, de clairvoyance et de discernement.

Les meilleures expériences en la matière furent indéniablement les raves des années 94-96 (18-20 ans). Je rentrais alors avec un pote dans des endroits dingues (ah les rendez-vous de la Porte Maillot) pour des free parties déjantées avec des gens perchés comme on ne peut pas imaginer, mais surtout un sentiment de fête et de bien-être tel que je l’ai rarement ressenti. Et j’évoluais comme dans un épisode de Star Trek au milieu de ces gens tous adorables, en tripant comme un dingue sur la musique qui me défonçait naturellement. J’avais alors acquis la réputation (ironique) d’être le seul teufeur qui sécrétait tout seul de quoi s’éclater pendant toute une nuit. Sauf que j’allais me pieuter vers 10h le lendemain matin, alors qu’eux continuaient toute la journée. Evidemment, je vis aujourd’hui des expériences un peu moins palpitantes (j’ai passé l’âge !), mais je crois que je n’ai pas beaucoup changé. Toujours aussi sobre, toujours aussi ouf !

27 Commentaires

  1. je ne suis pas le seul « fêtard » à sécrété ma propre drogue!!! Yeeepi!:langue:
    En tout cas j’adhère, une discussion avec un hétéro complètement beurré, ça permet d’en apprendre un max sur l’illusoire 200%hétéro qu’ils affichent à jeun!! :ok:

  2. Tssss, Matoo, ton coca c’était du pepsi (et hop un coup de pub gratos :censure:). Et vi, j’assume, je me tape mon ptit verre de vin à table pendant mon repas, mais surtout avec mon fromage… :cool:

  3. Ah ah moi on croit que j’aime pas boire passke je refuse vin, bière et tout, mais par contre on me propose un whisky coca ou n’importe quoi de sucré avec de l’alcool dedans et je bondis ^^

  4. La sécrétion naturelle de susbtances plus ou moins licites dans l’oganisme, ça existe: la preuve en est ma nièce, qui n’a que 5ans… Voir des vaches collées au plafond, et partir dans un délire entre des dauphins qui marchent, un aigle (qui n’est pas un oiseau), un requin qui court parce qu’il a peur d’un kangourou… Tout ça en pleine journée…
    Moi je l’ai toujours dit, les Cokoglandes, ca existe.

  5. Huuum du bon vin. En effet avec Eldrakan t’en apprendras un rayon. On a visité un chateau ensemble (celui de Caladroy). Bon je ne dis pas que nous en sommes sortis indemnes mais il est vrai qu’avec un connaisseur, le vin (que j’apprécie déjà énormément … copain Eric ;-) )prend une toute autre ampleur.

  6. Avec tous les blogueurs qu’il a rencontré ce vieux matoo, il pourrait au moins nous faire un catalogue de blogueurs avec des notes et des photos. Que je puisse choisir qui je veux rencontrer, quoi.

  7. Le bon Buzet choisi par Monsieur Eric et les épices de la soupe aux calamars nous ont permis de ne pas frissonner et trembler de froid en terrasse comme Monsieur Matoo avec son cocapepsi glacé. Prochain diner en terrasse et T-shirt à Montpellier en octobre !

  8. Chacun choisit ses addictions, y a pas que l’alcool ou les fumettes, y a aussi les bonbons, le chocolat, les frites, les cacahouètes, les macdo, ne pas écouter, voir des films, internet, faire la sièste, se gratter, dire des méchancetés

  9. Je suis légèrement à part, je bois de temps en temps par plaisir un apéritif ou un verre de vin, mais je n’ai jamais compris pourquoi en soirée, il « faut » boire ou fumer pour s’amuser. De toute façon au délà du 3e verre je ne suis plus là :gene: donc autant m’arrêter au 2e. Par contre je jubile quand je vois des gens réduit à l’état de loque ou avec un mal de crâne épouvantable et que moi je me sens très bien. :mrgreen:

  10. je viens de lire ce que vous avez écris sur l’alcool et moi aussi je ne moi presque jamais. Je n’aime pas trop le vin, le cidre et non plus la vodka. Pourtant, ayant vécu en france et venant du Pays de Galles, je peux vous dire que les boissons alcooliques en France et ici en UK ne sont pas du tout la meme chose. Il y beaucoup plus de choix ici et je vous conseille d’essayer qqs unes des boissons qu’on boit ici en boite/au bar… Si vous voudriez en essayer, je vous enverrai des échantillants avec plaisir. Christophe.

  11. m@nu > je ne fais que transcrire les délires de ma nièce endocoaïnomane. Elle a bien fait la distinction entre un aigle et un oiseau… moi j’y peux rien!

  12. rhho moi les drogues – à part fumer des ptis trucs sympa très occasionnellement – j’ose même pas essayer… c’est ainsi que cette nuit je suis encore passé pour la gourdasse de la bande en refusant de prendre un poppers (rien que de les voir sniffer le truk ça m’a mis mal !) … m’enfin bon ! j’ai besoin de mes neurones MOUA, et quand sait le nb qu’on perd quand touche à ça… ola je vais encore passer pour le boulet, j’arrête ;-) bisou matoooooo

  13. Il y a un lapsus remarquable sur cette page « je ne moi presque jamais ». Il révèle bien le noeud du problème: Evite-t-on de boire, de façon forcenée, par peur de ne pas se maitriser?^^

  14. Moi non plus je ne bois jamais (par goût: personne n’a encore réussi à me faire croire que c’était une névrose ;-)). Et quand on fait la fête, finalement, on n’en a pas besoin: quand tout le monde est bien chauffé sur de l’alcool, la dynamique de groupe enivre, et on peut dire des choses aussi connes que si on était bourré, ou :petard:. Sauf qu’on n’a pas l’excuse d’être bourré, bien sûr!!!

  15. allez, hop : moi non plus, je ne bois presque jamais. en tout cas jamais seul.

    cela dit, matoo, si tu n’aimes pas, ne te force pas. il faudrait monter une dégustation à partir de tes goûts actuels pour trouver les vins qui te conviendraient potentiellement… c’est très faisable, mais ça prend un peu de temps.

    christophe du pays de Galles> tout à fait d’accord avec toi sur le choix des boissons au UK. pour les échantillons, je suis preneur aussi !! ;)

    pour les dégustations au domaine, il suffit de me laisser un mot quand vous passez en bourgogne, je réserve et hop ! on y va ;):langue:

  16. Ne commencez jamais à boire de l’alcool ou de fumer des cigarettes ou toutes autres drogues. Elles ont détruitent ma famille et moi je me bat seule pour m’en sortir.
    Cette société est compléte atteinte et j’ai décidé d’aller vers ceux qui vivent sans drogue.
    J’espère que je trouverai mon chemin.
    Bises

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages