La dernière ligne droite

La semaine a été difficile, et je ressens un peu ce week-end comme la dernière ligne droite avant l’arrivée. J’ai bossé comme un ienche toute cette semaine, et j’ai du annuler pas mal de choses pour me consacrer uniquement à mon boulot. J’ai plus ou moins réussi à conserver la cadence de mon blog, mais les journées étaient vraiment trop longues. Je devrai me rattraper la semaine prochaine avec les gens que j’ai un peu mis de côté ces jours-ci du coup.

Là je suis en train de taper ces quelques lignes de mon ordinateur portable directement connecté en VPN au boulot… et rebelote ! J’ai deux bonnes journées de dur labeur (pas vraiment de week-end donc), mais mardi prochain, c’est la quille ! C’est toujours comme ça dans la période qui précède un lancement de produit, mais je pense que le jeu en vaut la chandelle, vu tout ce qui est prévu pour cette fatidique date.

Ce n’était pas la dernière ligne droite que pour moi cette semaine, c’est marrant d’ailleurs cette conjonction de moments « intenses » pour mes deux amis les plus proches, Virginie et Diego.

Virginie a passé les nuits de mardi à hier soir chez moi, elle donnait la dernière touche à sa thèse qu’elle soutient la semaine prochaine à Paris. Elle est donc venue de Montpellier, et je pensais qu’on aurait l’occasion de passer du temps ensemble, or on a plus dormi ensemble qu’autre chose ! :mrgreen: En effet, je suis rentré plutôt tard tous les soirs et bien crevé. Mais tout de même, mardi soir, nous avons dîné avec Donato tous les trois dans le Marais, et hier soir, on a squatté l’appartement en soufflant un peu. Je m’étais accordé cette soirée pour me reposer et l’avoir avec moi, et elle avait imprimé et remis son précieux document de fin d’études. Là, elle est repartie chez ses parents, et je me remets au boulot. :hum:

Hier soir, nous avons regardé mes photos d’école au lit, et on a ri comme des fous. C’était un super moment de complicité, car on a aussi regardé nos photos de lycée avec tous ces visages, ces noms et ces personnalités que l’on a connu, il y a tout juste dix ans. Evoquer cela, c’est aussi évoquer certains tourments de mon adolescence, que j’ai mis de côté car cela me fait encore mal d’y penser. Je lui ai montré aussi quelques feuillets que j’avais écrits lorsque j’avais 17 ans, et qui pompeusement sont sensés décrire les différentes personnes que l’on fréquentait. On s’est bien marré à regarder ça, et à se remémorer nos histoires de lycéens, sans parler de nos tronches d’il y a dix ans… :gene:

Jeudi soir, je suis passé après le boulot (vers 22h lol) chez Diego pour l’aider à déménager un énorme pot avec un laurier chez sa voisine. Une entreprise de déménagement est venue le lendemain lui emporter tous ses cartons, et à l’heure où j’écris cela, il ère comme une âme en peine (avec son chat Kefta) dans son gigantesque appartement de 85m2 à côté de la Grand Place de Bruxelles. Le pôôôôôôôôvre ! :mrgreen: Nous ne nous sommes pas beaucoup vus ces derniers temps, moi occupé par le boulot, et lui par son déménagement et tout ce que cela implique comme tracasseries administratives.

On s’est appelé toute à l’heure, et il en a gros sur la patate. Ca y est, il est bruxellois et je ne le verrais plus autant qu’avant. Moi aussi, je n’en mène pas large même si j’essaie de le booster au maximum. Je sais qu’il va être extrêmement bien là-bas, c’est une ville agréable, et tout de même vraiment proche de Paris. Et puis, on est tous les deux autant motivé pour précieusement conserver et continuer à cultiver notre amitié.

Bon allez ! Qui dit dernière ligne droite, dit aussi que c’est bientôt l’arrivée ! Donc plutôt que d’écrire ici, je m’en vais changer la face du monde avec mon super méga plan marketing de la mort qui tue. (Ô putain de chiotte de merde, ce que je n’ai pas envie de faire ça… Au secouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuurs !!!!!)

12 Commentaires

  1. c’est vrai que c’est un peu tes meilleurs amis, et tout un amas de souvenirs/lieux qui part. ca doit faire chelou, je compatis. enfin, j’espère qu’on se verra un peu plus aussi dans les semaines qui suivent :)

  2. Je vois assez bien le concept de la dernière ligne droite. J’espère pour toi que tu ne vas pas exploser ton moteur en sortant du dernier virage – analogie sportive automobile vroum vroum tut tut, je passe trop de temps avec des mécanos, mwâââ – comme certains… Mais y a pas de raison, ça n’arrive qu’à moi, ce genre de trucs. Ô putain de chiottes de merde, ce que je vomis cette pompe!!!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages