Y’a quoi à la RTBF ce soir ?

C’est ce que je demandais à Diego depuis qu’il a emménagé à Bruxelles, il y a trois semaines, pour l’emmerder vu qu’il ne captait que la télé en hertzien. Et apparemment, c’est plutôt Derrick en prime time en semaine… Donc mon pauvre Dieg attendait impatiemment de se procurer le câble pour éviter une déprime télévisuelle aigue. Depuis qu’il est arrivé à Bruxelles, je suis pas à pas son installation et certaines différences avec la France sont hallucinantes.

Par exemple, comment imaginer qu’on ne puisse pas avoir le téléphone en plus de quelques heures quand il s’agit simplement de rouvrir la ligne du précédent locataire ? Eh bien, là apparemment il a fallu trois semaines… et un problème « technique » dans le quartier le jour même a repoussé cela aux calendes grecques. Comme il n’a rien vu venir le soir, il a du coup appelé Belgacom, et il a demandé des explications. Alors une charmante jeune fille lui a expliqué le hic en rajoutant : « Mais on vous a laissé un message sur votre boite vocale ! ». Alors mon pote a cyniquement répondu : « Ah… ? Vous voulez dire sur la boite vocale de la future ligne que vous auriez du installer aujourd’hui ? ». Hum hum hum. :hum: Maintenant, on lui dit que c’est ok pour fin novembre…

Il y a aussi la boutique de portables qui lui propose de lui envoyer un courrier pour répondre à une question bateau. Et puis, il a du appelé le transporteur pour discuter de la livraison du futon.
– Vous habitez à quel étage ? lui demande un gars
– Eh bien, je suis au quatrième répond Diego.
– Alors sachez que le prix de la livraison est augmenté de 15 euros par étage
– Heiiiin ? Mais… pourquoi ?
– C’est le tarif monsieur, je ne fais que l’appliquer !
– Nan mais je veux dire… j’ai un ascenseur en fait, vous allez prendre l’ascenseur non ? rétorque le néobruxellois
– […silence…] Ah… je dois appeler alors, ce n’est pas dans la grille de tarifs.
– [10 minutes plus tard et quelques tergiversations téléphoniques] Monsieur, en fait, c’est 15 euro avec l’ascenseur !

Mais c’est vrai que j’imagine que la taille de la population d’un pays doit avoir une grosse influence sur l’efficacité et les moyens que peuvent mettre en oeuvre les entreprises et les administrations… et le programme des chaînes de télévision nationales. Et comme d’habitude, on voit plus ce qui déconne, tandis que pas mal de choses sont beaucoup mieux qu’en France.

En tout cas, s’il y a quelque chose de vraiment agréable à Bruxelles, c’est la qualité du service et l’amabilité dans les restos et bars. S’échapper de l’arrogance parisienne pendant un week-end était un vrai régal. A Bruxelles, nous n’avons trouvé que des serveurs et serveuses tellement polis, sympathiques et agréables. Incroyable pour le parisien habitué à la classique discourtoisie des français dans les restos et bars.

En ces trois jours, nous avons encore marché comme des bêtes avec Diego, et évidemment, éclusé les bars gays de la capitale belge. Et je vous le dis : les belges sont carrément pas mal. :mrgreen: En plus, Dieg habite à deux secondes du « Marais » bruxellois. Je crois que la meilleure des mines est le « Belgica » où nous avons rejoint Terry, que je n’avais pas revu depuis notre première rencontre à Paris. Et puis, hier soir, l’Homo Erectus était aussi pas mal achalandé. Hé hé hé. Nous avons notamment expérimenté « l’Underground » qui est un bar plutôt trashy entre « Feeling » et « Thermik » avec la population du « Scorp » (humm je n’ai pas le temps de développer mais la métaphore est assez forte pour les gays parisiens). Vous voyez le genre d’endroit à la décoration improbable et avec des fausses drags travelotées qui chantent en play-back sur des tubes pédés à minuit et demi. Eh bien, cet endroit est toujours plein et vraiment très agréable. Les gens sont aussi improbables que la déco, mais l’atmosphère de l’endroit est simple, amicale et festive. Du coup, on y a plutôt passé de bons moments.

Et puis, hier soir, avant de rentrer, Diego m’a proposé de me faire visiter le bordel du coin. Aaaaah, je ne pouvais pas partir de Bruxelles sans avoir éprouver le Duquesnoy qui est le « Dépôt » du coin. Evidemment, les backrooms se suivent et se ressemblent, mais j’ai trouvé que ce n’était pas si insupportable. Cela ressemble pas mal à l’Arène (ah pardon… la « Station Q ») en fait, et c’est comme une grande baraque bourgeoise sur quatre étages avec tout l’attirail des Grandes Maisons prestigieuses. :langue: Atmosphère à quelques lumens histoire de ne pas se cogner la tête contre les murs (mais c’est juste), baignoire de pisse à côté des urinoirs (pratique), petites niches pour se positionner et se poster à l’affût à chaque étage et enfin le classique du dédale de cabines et de gloryholes. Et évidemment, comme tous les samedis soirs, il fallait faire la queue devant les cabines pour aller baiser. J’adooooore ce genre de situations complètement surréalistes et vraiment en total décalage avec moi. J’étais comme d’habitude pris entre deux feux, une sorte de peur panique qui me fait toujours me sentir trop mal dans ce genre d’endroit, et puis une excitation plutôt naturelle dans ce bouillon de culture de phéromones masculines.

Bon allez… finies les vacances, retour au boulot demain ! En tout cas, j’en avais vraiment besoin. J’ai plutôt la pêche pour la reprise, même si une semaine de plus n’aurait pas été en trop.

16 Commentaires

  1. « Mais c’est vrai que j’imagine que la taille de la population d’un pays doit avoir une grosse influence sur l’efficacité et les moyens que peuvent mettre en œuvre les entreprises et les administrations »

    comme… en chine ?

    :boulet:

  2. « A Bruxelles, nous n’avons trouvé que des serveurs et serveuses tellement polis, sympathiques et agréables. Incroyable pour le parisien habitué à la classique discourtoisie des français dans les restos et bars. »

    mais tu sors où ? les serveurs sont toujours polis, sympathiques et agréables avec moi à Paris…

  3. Une… baignoire de pisse ? :eek: je crois que je ne veux même pas savoir pourquoi/comment/tout ça. (oui, je sais, mais j’ai jamais mis les pieds dans une backroom ou un sex-club, donc forcément y a des trucs qui m’échappent)

  4. On a pas besoin de téléphone en Belgique, si on veut voir qqun, on passe chez lui ! Le suréalisme, c est un truc quotidien en Belgique … Ma mère n’a jamais pu toucher un cheque postal addressé à son défunt mari, malgré une tonne de papier : « Vous comprenez Madame, il est marqué sur le cheque qu’il faut le remettre EN MAINS PROPRES ».

    Niveau télé, on a même eu droit à « Star Academy – Made in Belgium », sorte de camp UCPA pour apprenti-chanteur. Hallucinant.

    Tu reviens quand ?

  5. ce qui est suréaliste à brux c’est les prix des appart qui sont vraiment super bas et tu as des paneaux « à louer » « à vendre » sur limite tout les immeubles, c’est louche. Sinon le fait de ne pouvoir payer nulle part en CB, que leur distributeur ne marche que pour les cartes locales même dans les pompes à essence ! c’est halucinant pour la capitale européenne…

    :croa:

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages