Tatu-Tattoo

Ma première exposition à Bruxelles, c’était au Musée du Cinquantenaire, au coeur du Parc du même nom. Une expo bien originale, et, une fois n’est pas coutume, blindée de d’jeunes en plus de la population classique des visiteurs d’expos du dimanche après-midi. Evidemment, le sujet y est pour quelque chose et c’est la grande qualité de cette exposition : les tatouages et modifications corporelles.

Ces 1500m2 regroupent plusieurs centaines d’oeuvres qui illustrent la pratique du tatouage à travers le temps et les civilisations. Ainsi, on retrouve des éléments archéologiques qui prouvent que le tatouage, les scarifications et autres modifications corporelles existent depuis des millénaires et étaient pratiquées par tous les peuples sans exception. On voit ainsi que l’adage « il faut souffrir pour être belle » se vérifie depuis l’aube des temps, et parfois avec des pratiques d’une barbarie assez peu commune (genre se faire limer les dents en pointe pour faire le beau auprès des gonzesses ou bien se mettre des poids à la vulve pour exciter les keums… heuuuum heum).

Ainsi sont exposés tous ces instruments qui servent à tatouer, ainsi que toutes les méthodes et différents modèles qui ont existé et sont aujourd’hui en vigueur. L’endroit est très bien fourni en objets, statues, documents qui expliquent et illustrent la pratique du tatouage. D’un point de vue contemporain, on peut aussi voir des photographies aussi explicites que singulières.

Je regrette un peu que cela ne se résume qu’à une pure « exposition » de choses. J’aurais aimé avoir un peu plus d’explications sur la signification du tatouage, et notamment sur les significations contemporaines, et l’évolution des moeurs liées à ces pratiques à travers les âges et les civilisations. Malgré tout, l’expo présente les exemples des motards ou des taulards pour lesquels le tatouage revêt un caractère particulièrement important. Je me demande notamment pourquoi est-ce que c’est quelque chose de si mal vu par nos aînés ? Mais bon c’est comme tout, la bienséance suit une mode fluctuante.

On apprend aussi certaines curiosités directement issues de notre proche passé telles que cette manie du début du 20ème siècle qui consistait en des morbides collections de peaux tatoués. Sont présentés des dizaines de peaux humaines plus ou moins bien conservées (moi ça m’a un peu donné la gerbe), et notamment un très chic portefeuille en peau tatoué de taulard du début du siècle dernier. Dans le même genre, on apprend que les cirques, qui il n’y a pas si longtemps possédaient tout leur « Freak show » (des hommes et femmes difformes ou « monstrueux »), exhibaient des hommes et des femmes tatoués. Certaines personnes (des femmes surtout) dans le besoin se faisaient alors tatouer tout le corps pour gagner leur vie en se montrant dans ce genre de parade monstrueuse.

Tatu-Tattoo Musée du Cinquantenaire - Bruxelles Ruth Sylvia - Over Tatouée

13 Commentaires

  1. En parlant de modifications corporelles, je note -non sans t’en féliciter- que tu donnes dans le glamour-chic tendance grogneuse… ;-) (cf. nouvelle photo en haut à droite)
    Et là je dis : kesk’il est beau ce Matt… :-)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages