Les Parents Terribles

Rha là là, je ne comprends plus rien. Vendredi dernier, mes parents étaient censés quitter la maison et donner les clefs aux nouveaux propriétaires. C’est ce qui s’est passé, et cela m’a laissé un peu d’amertume de penser que plus jamais je ne reviendrai « chez moi ». Maintenant notre maison n’est plus, la famille est scindée, et mon village n’est plus le mien.

Mais bon, la famille était fissionnée depuis bien plus longtemps, donc ce n’est vraiment pas le divorce de mes parents qui m’inquiète. Je trouve cela plutôt sain qu’ils décident enfin de se séparer après une si longue période de déliquescence affective et relationnelle. Et je comprends aussi qu’au bout de trente ans, ce ne soit pas une décision facile à assumer.

Mais tout de même, je ne comprends pas comment ils font. Ma mère en a ras le bol mais elle a continué jusqu’au bout à faire des choses pour lui. Et lui en a aussi ras la casquette, mais il accepte certaines choses, qui me paraissent incompréhensibles. Ils ont passé plus de 10 ans plus ou moins séparés de fait, tout en couchant dans le même lit. Ils ont le même avocat pour leur divorce. Ils ne se supportent plus, mais ne s’engueulent presque jamais (c’est génétique, on aime pas ça). :roll:

Elle est censée être heureuse d’avoir retrouvé une nouvelle maison (celle où elle est née), et d’être enfin seule. Il doit aussi lui avoir accompli son souhait de devenir « ermite » et de ne plus habiter sous le même toit qu’elle.

Eh bien, en réalité, mon père comme je l’avais précédemment évoqué, n’a pas vraiment cherché d’appartement. Ma mère l’a donc aidé à remplir des formulaires de demande de logement à son boulot. :roll: Il fanfaronnait en disant qu’il irait à l’hôtel en attendant, mais môman n’a pas pu s’y résoudre. Je pense qu’elle a vraiment peur pour lui. Je sais qu’elle n’a pas tort, mais je suis persuadé qu’il a les ressources psychologiques nécessaires dès qu’il est en danger. Il met alors ses psychoses de côté et réagit pour s’en sortir. Or, elle n’a jamais pu jouer les manipulatrices avec lui. C’est moi le Sigmund de la famille. :roll:

Donc depuis vendredi, mon pôpa et ma môman habitent de nouveau ensemble… jusqu’à ce que pôpa trouve un appartement. Ajoutez à cela que mon frère (qui a trente balais) squatte toujours avec notre môman chérie, et que mon oncle qui devait partir en Australie n’a pas encore eu la réponse pour son Visa (et c’est lui qui vivait dans la maison de ma grand-mère avant que ma mère ne la récupère). Elle se retrouve ainsi à camper avec ses cartons, son rejeton, frère et pseudo-ex-mari. Mais apparemment tout le monde rigole. :roll:

Alors j’ai pris le parti d’en rire aussi, j’en ai marre de jouer les rabat-joie dans cette famille de dingues. :mrgreen:

12 Commentaires

  1. Famille, je vous hais. Je suis fier d’avoir trouvé mes amis et de les avoir choisis, fier de les voir vieillir avec moi, et de voir nos liens se renforcer avec le temps. Quand on voit ce que des géniteurs peuvent faire sublir à la chair de leur chair…ce qu’ils te font encore subir puisque tu es là à en parler, ce qu’ils se font subir à eux… quelles vies de merde ont certains, de leur propre choix, en plus. désolé, mais mes réserves de pitié pour les parents (les miens ou ceux des autres ) ont fondues depuis des lustres.

  2. l’avantage c’est que comme t’as mis les deux, yen a forcemment un de bon ;)

    puisqu’on y est… « plus jamais je ne reviendrai » c’est mieux !

  3. Alala la famille Matoo…
    Tu as raison, vaut mieux en rire, j’ai failli mettre faut mieux mais là ça mettait une notion d’obligation, et vaut une notion de choix.
    Donc tu as fait le bon choix.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages