« Leurs yeux se rencontrèrent… »

La lecture de ce bouquin a sûrement été inspirée par mon humeur mutine et badine du moment… De l’amour, de l’amour, de l’amour ! Ce livre qui est sous-titré « Les plus belles premières rencontres de la littérature » présente des courts extraits de romans immortels, dont les amours ont marqué la littérature, et dont le récit des premières rencontres est passé à la postérité.

C’est un petit bouquin de 133 pages qui se dévore en quelques heures, et évidemment, je n’ai pas lu tous les romans dont les extraits sont tirés. Les titres sont vraiment des standards, et c’est un effet purement grisant que de se plonger dans ces quelques pages, ces instants charnières très particuliers où les deux héros/amants se rencontrent pour la première fois. Et quand on connaît le roman, relire dans ce contexte ces « perturbations » de la narration donne un frisson enivrant.

Les extraits sont classés selon des thèmes suivants, je sais que cela va plonger certains dans des souvenirs émus de lectures adolescentes, et j’imagine qu’on se dit qu’il en manque des essentiels, ou que d’autres n’ont rien à faire ici, mais dans le fond, je trouve que c’est un choix tout à fait judicieux.

Rencontres insolites :
Alexandre Dumas, Les Trois Mousquetaires
Jean Giono, Le Hussard sur le toit
Colin Higgins, Harold et Maude
Roberto Benigni et Vincenzo Cerami, La vie est belle

Quand ça commence mal…
Marcel Proust, Un amour de Swann
Aragon, Aurélien
Albert Cohen, Belle du Seigneur
Sébastien Japrisot, L’été meurtrier

Espoir ?
Charles Beaudelaire, Les Fleurs du Mal
Vladimir Nabokov, Lolita
Richard Matheson, Le jeune homme, la mort et le temps
Marguerite Duras, L’Amant de la Chine du Nord
Bernhard Schlink, Le liseur
Alessandro Barico, Soie

Coup de Foudre !
Guillaume de Lorris, Le Roman de la Rose
William Shakespeare, Roméo et Juliette
Jean Racine, Phèdre
Stendhal, Le Rouge et le Noir
Gustave Flaubert, L’Education sentimentale
Ernest Hemingway, Pour qui sonne le glas
Philippe Labro, L’étudiant étranger
Jean-Christophe Rufin, L’Abyssin
Philippe Sollers, Passion fixe

Et la fin du bouquin laisse quelque pages vierges avec des lignes pointillées et cette invitation « Et vous ? ». Alors moi ?

En fait, je pourrais presque garder une trace écrite de ces rencontres si l’on considère que la rencontre par internet commence au premier contact épistolaire. Mais je garde en mémoire quelques premiers contacts savoureux, comme avec M. où nous nous sommes insultés pendant pas mal de temps (« enculé de merde » et autres joyeusetés), avant de se rencontrer de visu et de succomber. Il y a aussi eu un des Nicolas avec son « Nous vous devons plus que la lumière. » qui marquait bien son appartenance à EDF et qui m’avait tapé dans l’oeil (il faudrait que je parle de mon oedipe non résolu avec EDF – NB : mon père y bosse). Je me souviens de Frank aussi à la Gare de Lyon… rhaaa qu’il était beau ce con. Sébastien le toulousain sur son vélo qui est venu vers moi aussi nerveux et anxieux que je pouvais l’être. Et puis, Nicolas aussi, un autre, et là c’était le coup de foudre réciproque qui éclate la tronche sur place tellement ça déchire. Et puis, X. dont je garde le goût sucré de notre premier échange de regards, aussi délectable que ses premières paroles lues et aussi tangiblement suave que son premier baiser.

J’ai eu Virginie au téléphone toute à l’heure, et nous avons développé un sens assez remarquable du synchronisme amoureux sur ce coup là. En effet, elle se morfondait depuis pas mal de mois, et elle m’annonce qu’elle sort avec un Benoît depuis une semaine, le samedi d’avant. Et je lui apprends avec surprise que moi aussi je suis sur mon petit nuage rose, en plein trip d’X.

Leurs yeux se rencontrèrent

14 Commentaires

  1. J’ai une vraie question : entre tout ce que tu lis, tout ce que tu vois au cinéma, tout ce que tu blogues, sans parler de ton boulot et du chat, mais COMMENT TU FAIS ? T’as un nègre ? Le don d’ubiquité ? Un frère jumeau ?
    :gne:

  2. Quelle chance en cette veille de Noël, de trouver un amour aussi fou ! La joie de vivre dans un monde irréel aux yeux des autres est d’autant plus grande, on s’évade… -sic- quelle idée j’ai eu de rentrer chez moi pour les fêtes :-( un vrai trou paumé par ici, c’est bien la peine de se prétendre l’une des premières station balnéaire de France !! Profites -en pour nous Matoo ! et sois heureux !!!:langue:

  3. Laurent> Boaaaa le truc c’est que je ne suis quasiment pas chez moi un seul soir de la semaine ! Mais sinon pour la lecture, c’est juste les transports ! ;-) Mais je ne parle pas de tout en fait… j’ai zappé le dernier « La Recherche » alors que j’ai grave kiffé l’article sur le hasard !! Et puis des soirées avec -N-, Carbonmade, Fzael, Borgo… Ralalalalala ! :ok:

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages