Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant…

Mais pas d’une femme inconnu que j’aime et qui m’aime, mais plutôt de moi en fournisseur de Rocher Suchard à la cours de Louis XIV. Ouai je sais, c’est assez original !

Encore ce matin, je me suis réveillé avec ce songe familier. Je dis « encore ce matin » car c’est un vrai rêve récurrent qui me poursuit depuis des mois, voire des années. Il se passe de temps en temps des choses différentes, mais en gros le décor et les personnages ressemblent pas mal à « L’allée du Roi » qui est un téléfilm que j’avais beaucoup aimé sur la vie de Mme de Maintenon (sooooo queer !) avec Dominique Blanc. Donc je suis pâtissier ou plutôt chocolatier, et un jour je vais à la cour, car petit à petit j’ai gravi les échelon de cette supercherie absolutiste grâce à mon invention culinaire qui tape grave sa mère tellement qu’elle est bonne : les Rochers Suchard au lait. Vous savez les rochers avec un coeur en praline relativement mou (et super gras), enrobé de chocolat plus craquant et saupoudré de pralin en poudre qui croque sous la dent. Le tout soigneusement et richement emballé dans sa gangue de papier alu brillant rouge et or.

Est-ce que j’aime ça ? Putain mais oui, j’adooooooooore ça ! Mais j’ignore s’il y a un lien entre mon assuétude et mes songes.

Donc je vais à la cour, et j’ai un gros paquet de Rochers emballés sous le bras, et je traverse antichambres après antichambres, et tous les nobliaux me matent avec jalousie et sournoiserie. Ils attendent que je me plante et que Loulou aka Monsieur Soleil trouve mes chocolats dégueus. Mais je garde la tête haute, et je traverse le château de Versailles avec dignité, auréolé de mon chouette costard d’époque et ma perruque à bouclettes (un vrai drag !). Finalement je débarque devant une sorte de conseil où le Roi trône au centre.

Et là j’ai les boules de chez boules, mais je commence ma petite tchatche, et surtout j’offre un Rocher à Loulou. Et là évidemment, il kiffe grave à donf sa race, tellement ça lui plait, que ça lui émoustille les papilles de la bouche comme une vraie éjaculation de la langue. J’ai donc gagné mon pari, et je deviens le chocolatier officiel de sa majesté. Ensuite, je lui explique (car on devient vachement intime) les différentes manières de déguster les Rochers… en grignotant la coque chocolatée puis en suçant petit à petit le praliné, en enfournant la totale en deux bouchées gargantuesques, en croquant morceaux par morceaux en mélangeant bien le dedans et le dehors afin de jouir des différentes sensations gustatives et physiques… le craquant du pralin, le fondant et la douceur du chocolat praliné… et puis laisser le goût peu à peu envahir la bouche, la langue, le palais… respirer et sentir le chocolat dans tout son être. Et puis, j’invente plein de recettes à base de Rochers… concassés, soufflés, braisés, cuits, bouillis, grillés etc.

Ce qui est fou c’est que je deviens un mec très important dans le royaume, et surtout la coqueluche de Louis XIV, et donc autant convoité que détesté de la cour et de ses manigances et félonies.

Evidemment, il n’arrive pas la même chose à chaque fois. Là j’ai un peu compilé, sachant que je reviens parfois à zéro, ou alors je suis déjà dans la place, et je dois me défendre contre Twix ou Rolo qui veulent me piquer le marché, les cons ! :mrgreen:

Voilà, voilà… oui oui vous pouvez dire que je suis ouf. Là je ne pourrais plus trop contredire… :-)

Ce qui me fait rire c’est vraiment le côté répétitif du rêve, et puis cette folie des grandeurs associée à ce chocolat… Mais je suis intrigué par d’autres éléments : le fait que je sois super anti-royaliste mais que j’aspire au contraire dans mon rêve à devenir le larbin royal (le chien du roi est le roi des chiens…), le fait qu’il s’agisse d’un Rocher Suchard, c’est-à-dire un chocolat à deux balles mais dont je suis réellement féru, etc.

Enfin, je ne suis peut-être que gourmand avec le fantasme secret de me traveloter ! ;-)

Et puis souvent je me réveille du coup avec une envie dingue de bouffer un Rocher. Ce matin, ce qui était cool, c’est que X. était là, donc je ne me suis que discrètement collé contre son flanc chaud et doux, mon visage dans le creux de son cou, et son odeur qui m’affole, et me suis rendormi avec d’autres pensées, une autre fringale beaucoup plus salutaire.

Sur ces considérations chocolatées, je vous souhaite un bon noyel, et je vais quitter le boulot (enfin) pour une semaine de néant total. Ô merveille.

18 Commentaires

  1. Toi anti royaliste Mon Cul !!!
    Ca t’excite les nobliaux ! T’aurais kiffé comme cette roturière de Francoise Daubinier de devinir la favorite du Roi !

    Ce qui est marrant c’est que dans mon souvenir, dans l’allée du roi (avec le Loulou d’après d’ailleurs) y’a effectivement une scène avec du chocolat ; creuse de ce côté là pour la psychanalyse…

  2. Avec une très bonne amie, nous avons pour habitude de surnommer de tels moments des « orgasmes culinaires », moments intenses où les frissons vont parcourir le dos de la langue, electriques, c’est un véritable extase des sens.. On savoure, on se détache du réel, c’est une véritable synestesie pour l’être..aheum, je me calme.. Allez, Joyeux Noël à toi Matoo et à X ;-)

  3. Rah la la, une succulente description de ce que j’appelle un « trio de consistance » (le cran au-dessus du simple « duo de consistance ») et qu’on retrouve dans le snickers, pour ne siter que lui…
    J’en bave, mon estomac se noue et…
    :pleure:JE VEUX UN ROCHEEEEER (à défaut d’avoir un X :redface: )

  4. salut à tous ! je suis l’homme le plus heureux du monde (voilà, il fallait que je le cris quelque part !!!:mrgreen: je vous laisse deviner que mon noël a été…génial (euphémisons…
    j’espere que ce fut le cas pour vous tous !!;-)

  5. Etude à 2 balles de ton rêve: tu es une sacré soumise qui s’ignore …ou pas!(=larbin du roi!) et tu n’aimes pas les Ferrero Rocher (car tu préfères le chocolat du roi à celui de l’ambassadeur!). Voilà! Tu me dois 150€! :langue:

  6. Si je puis me permettre, et pour être un peu plus précis dans les références chocolatières, il s’agit simplement d’un effet madeleine (au sens proustien du terme, s’entend !). Je m’explique : même si tu portes dans ton coeur ce petit bijou réalisé, il y a quelques années par Nina Companeez -avec 2!-, je pense qu’inconsciemment, puisqu’on est dans le domaine du rêve (quoique !), tu vas chercher dans des souvenirs plus lointains, mais tout aussi télévisuels…
    En effet, qui n’a pas, au long de sa déjà longue vie, suivi les traces d’Angélique, Marquise des Anges, au moins en songes ? :joker:

    Car oui, il existe un « épisode » de la saga « cultischime » de Bernard Borderie intitulé « Angélique et le Roy », dans lequel notre héroïne, après avoir connu les pires outrages, refait surface à la Cour, déguisé en… Chocolatière !!! (Souvenez-vous !)

    Voilà, donc, tant d’émotions et autres nocturnes pollutions, expliquées à mes « enfants » :mrgreen:

    Allez, avouez-le, vous aussi vous vous êtes maintes fois écriés : Geoffreyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyy !!! ». :redface:

    PS : il est vrai que le Rocher Suchard (TM) au lait (parce que le noir, on va pas se raconter d’histoires de fin gourmet, c’est nettement moins bon !)

  7. Rhooooooooo figure toi que j’ai eu trop honte de le dire au premier abord, mais dans le post j’avais mis cette référence au début, et je l’ai retiré !!! MOuaaaaarf. Bah oui je me souviens bien que c’est cette chère Angelique qui a introduit (sans jeu de mot) le chocolat à la cour de Sa Majesté… Walalalalala. Tant de révélations ! :petard:

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages