Ciao Sylvia

Hier soir j’étais invité chez une des meilleures amies de Sébastien (feu Ange Etrange) qui fêtait son départ pour Rome. Une fête car ce n’est pas un simple départ touristique mais bien une véritable installation chez nos cousins transalpins. C’est marrant car c’est arrivé très vite et de manière assez inopinée, un peu comme ces trentenaires qui décident de changer de vie ou de boulot arrivés à l’âge fatidique. Sylvia est pourtant plus jeune, donc c’est autre chose mais il s’agit probablement de cette envie de changer de vie, de se dépasser, de croire en soi, et de se mettre un peu en danger pour mieux se sentir vivre, de se challenger pour en sortir encore plus adulte et accompli. Elle quitte sa famille, ses ami(e)s, son boulot, son appartement, et hop ! Ciao ciao.

Evidemment elle n’en menait pas large hier malgré la satisfaction, je suppose, de voir qu’on est encore libre à notre âge et que cette décision, un peu folle et courageuse, prend forme puisqu’on en est aux aux-revoirs. On la sentait donc aussi heureuse que possible, et naturellement fébrile…

J’ai passé du bon temps avec Séb, Marie, Antoine, Nat et son copain (Oooh soooo sexy) Nicolas. Evidemment la Déesse Alcool a correctement été louée et son autel bien fourni en offrandes diverses et variées. Elle a su inspirer à ses adeptes des remarques et des actions qui m’ont encore bien fait mourir de rire. Mais ce n’est pas drôle, dès qu’il y avait une grosse connerie on me regardait en me disant : « Ah nan, ça tu peux pas bloguer !!! ». :mrgreen:

La trentaine frémissante, qu’est-ce que je vais bien pouvoir foutre en l’air dans ma vie ? Oh je crois que je n’aurais pas à chercher longtemps, c’est certainement le genre de choses qui vient tout seul. Mais je suis un mec tellement flippé de la vie dans le fond, que j’espère que j’aurais le courage de suivre mes impulsions, simplement pour ne rien regretter (ou pas trop) dans vingt ans. Ma philosophie de toute façon m’enjoint à ne jamais regretter, mais plutôt continuer à avancer. On verra. ;-)

4 Commentaires

  1. J’appuie le commentaire de Ron. Encore heureux qu’on puisse changer ce qu’on veut quand on veut (regarde tes parents: z’ont plus trente ans).
    Et puis fatidique pour quoi? « je suppose qu’on est encore libre à notre âge »: mon expérience chargée d’ans est celle-ci: on est libre à tout âge, mais plus on entreprend tard ce qui nous tient à coeur, plus cela coûte cher (en temps, en argent, en énergie, en incompréhension autour de soi, éventuellement en chagrin causé)…
    J’espère encore que cela se ré-inversera (deviendra moins cher) à partir d’un certain âge. Je vous tiens au courant…

  2. ouais, c’était rigolo comme soirée, ça a juste fini un peu trop tôt à mon gout (ce qui finalement était pas mal, vu que j’avais un train à prendre le lendemain matin à l’autre bout de Paris). Faut absolument qu’on aille voir Sylvia à Rome ! :cool:

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages