Freaky night

Mercredi soir, j’ai passé la soirée avec X., Jeff et Freaky. C’était la première fois que je rencontrais ce dernier, et j’étais donc un peu intimidé (si si). Nous sommes allés dînés vers mon ancien quartier vu que nous comptions aller faire un tour au Paris-Texas plus tard dans la soirée. Donc on s’est retrouvé au Café de l’Industrie qui est un resto que j’aimais bien fréquenter dans la rue Saint Sabin. Et là, il y avait même une star, Thomas Fersen mais comme je ne connaissais pas sa tronche, je n’ai pas pu confirmer.

Ce qui était bien c’est qu’on était largué chacun son tour, tandis que Freaky, lui, nous a prouvé son omniscience. Par exemple, moi je ne connais rien aux clips, X. aux blogs et Jeff aux émissions TV, ah oui et puis pour moi on peut aussi rajouter certains films et des chansons. Et comme on a passé la soirée à repasser tous ces sujets, à chaque fois on avait un autiste autour de la table (nan y’avait pas que Jeff, c’est dingue hein ?).

Nous sommes sortis vers 23h30 je pense, et on a rejoint les bas-fonds du 11e arrondissement… Nous sommes arrivés devant mon bar à putes colombien préféré pour découvrir que ce soir c’était « tenue sportive exigée ». Mais devinant que nos charmes orphiques suffiraient à nous faire rentrer, Freaky a appuyé sur la sonnette. En effet, on nous a laissé rentré avec une avidité non dissimulé, et nous avons pénétré l’antre du stupre en faisant attention à nos arrières. ;-)

Donc soirée « sportive »… en effet quelques mecs se baladaient avec ces petits shorts en nylon qui font fluche-fluche quand on déambule les jambes trop serrées. Sinon c’était baskets et Sergio Tacchini de rigueur, autrement dit nous étions des intrus. Nous avons commandé quelques rafraîchissants et avons continué à deviser gaiement dans une pénombre crasse, une atmosphère martelée par une musique douteuse et baignée d’une opaque brume tabagique.

Nous étions au purgatoire, et tout a commencé quand nous avons décidé d’aller visiter le sous-sol… bien plus ténébreux dans tous les sens du terme. A la base, X. et Freaky ne connaissait pas l’endroit donc j’ai pris les rênes, et nous sommes descendus dans la backroom de la backroom. Après quelques marches, nous avons changé de dimension.

Jeff et Freaky ont commencé par soulever l’épais treillis qui découvrait une petite pièce sombre avec un canapé en skaï millésimé et un porno en boucle. Et là, ils se sont jetés l’un sur l’autre. Allongés sur le canapé, ils ont commencé à s’embrasser langoureusement, et rapidement Jeff a sorti la bite de Freaky et a commencé à le sucer. Waaaaaaaaaah ! Pendant ce temps là, deux types « sportifs » sont entrés et ont commencé à se régaler du spectacle.

Leurs mains sur leurs shorts en nylon faisaient fluche-fluche.

Puis, j’ai senti X. qui m’embrassait dans le cou, et qui doucement est descendu le long de mon corps. Il a ouvert mon jean, a sorti ma bite et l’a à son tour pris dans sa bouche. Nous nous sommes rapidement retrouvés tous les uns « à côté » des autres, le reste est un peu flou. Les deux fluche-fluche se sont finalement joints à ces ébats épiques, et ont lié peu à peu les deux groupuscules. Je me souviens qu’à un moment j’embrassais Freaky à pleine bouche qui prenait Jeff, tout en m’occupant d’X., avec les deux autres qui suçaient et touchaient tout ce qui dépassait. Et puis, nous avons changé les rôles, et là, je ne sais plus trop qui faisait quoi, mais c’était plutôt très bien. Ce Freaky (qui a des séquelles), il suscite manifestement certaines vocations… Sacrée soirée.

Tout ce dont je me souviens clairement, c’est ce bruit… ce bruit du nylon, ça faisait : fluche-fluche.

46 Commentaires

  1. « Pour la première fois, j’écris un post complètement fabulé, simplement pour manipuler, pour voir, pour expérimenter, pour faire n’importe quoi » (Matoo 03/02/2005)

    Tout pareil comme coco, moi je dis qu’il a pris goût au roman le Matoo… Où alors il faut des preuuuves !!! :mrgreen:

  2. Ben en attendant, je constate que y’en a qui passent de bien meilleures soirées avec toi que d’autres ! nous on a le droit à une expo, un resto et c’est tout ! Je demande l’égalité des droits !!!:mrgreen:

  3. Deep breath. Soit le Matoo nous fait un gros fantasme, soit il nous titille. Dans les deux cas de figures, on veut savoir.

    Est-il rentre a la maison avec X (violons en folie avant que les basses n’enchainent pour se prelasser un peu avant de laisser place au son pur et innocent de la flutte). Ou ca s’est termine en techno dure dans des lieux inavouables. Ou sinistres violoncelles a l’appui le getil minou a traine ses pattes solitaires jusqu’a sa chaumiere infestee de cafarts.

    Matoo, ton public EXIGE des DETAILS!

  4. ah non mais moi je savais que le paris-txas n’était pas un lieu de débauche…. Et puis X. on l’aime déjà, on sait qu’il est pas comme ça ;p
    see u on the next party baby.

  5. :doute: EUH…. la quatrième dimension c’est pas de voir l’expression « sortir [la] bite » deux fois en si peu de ligne?

    Ce blog part en sucette, moi je vous le dit :hum:

    M’en fous, moi je regardais l’effet papillon (ouais, on se réconforte comme on peut :mur: )

  6. Et moi je pensa pas que M’sieur Matoo soit capable de vivre son récit :gne: … Ou alors je sens que je vais prendre une de ces claques … Enfin … On ne saurait jamais !

  7. « Mais je suis tellement jaloux que je ne vois pas comment je pourrais imaginer mon mec en train de baiser avec un autre, même si je suis là. » matoo, 28/12/04

    on n’a pas alzheimer, matoo

  8. Waouuuuuuuuuuuuuuuuh :blah:
    Et toi matoo, le nylon qui fait fluche-fluche ça te va bien ?
    Tu risques de te retrouver en shorty dans pas mal de songes ce soir (huuum fluche-fluche huuum)…
    Histoire véridique OU manoeuvre psychologique !

  9. Paumé> C’est pour cela que je n’ai pas craint une seconde le contraire… hé hé. Ma crédibilité est sauve ! ;-) Et puis si on avait fait ça, je ne l’aurais pas raconté sur mon blog, j’aurais été sur les dildos !!! :-)

  10. Tu t’es fait engeuler pasque t’avais fait un post pour les hétéros? Tu te rattrapes? T’arroses le public? Tu fais des tests sur le filet à pêche Google? Tu affines la segmentation de ton coeur de cible?

  11. J’adore le leitmotiv onomatopéique (ça s’dit, au fait ?) –> « fluche-fluche »… c’est novateur, et ça change du « tchlika-tchlika » :langue:

  12. Bravo Matoo ! Tu nous as bien balladé. J’ai vraiment cru un instant que tu te lancais dans le trashblog… Pfff… Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour l’audimat.

  13. Quoi qu’il en soit ça fait bien jaser la blogaysphère ! (la mise ne bouche -si je puis me permettre- fut un peu rapide quand même ! On ne se jette pas sur une bite si rapidement… On tourne toujours un peu autour du pôt quand même, non ?)
    :-):mrgreen::redface:

  14. Moi aussi, je me suis dit… mais alors ce Matoo n’est décidément pas celui qu’on croit. Et puis j’ai lu les commentaires. J’adôôre me faire avoir comme ça. Oh, oui ! Fluche-fluche. Encore !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages