Alexandre

Je pensais que j’allais grave me faire ièche, et finalement ça va à peu près. J’ai eu très peur au début. Je trouve que les envolées lyriques sans fin pendant les dix premières minutes c’est toujours un peu étouffants, et kitsch ! Et la fin qui n’en finit pas… qui est donc un peu longuette. Du coup je t’aurais fait quelques coupes au début, à la fin, au milieu aussi (ne soyons pas iniques), et cela aurait donné un film tout à fait digeste.

La bonne surprise vient des comédiens, que j’ai vraiment trouvés très bien. Même la surlippue Angélina Jolie est crédible, et Val Kilmer est particulièrement bon en Philippe de Macédoine. J’ai mis un certain temps à reconnaître Cassandre qui est le beau mec qui jouait dans « Joue là comme Beckham », Jonathan Rhys-Meyers. L’autre bonne surprise c’est la manière dont la sexualité d’Alexandre est présentée. Il n’y a pas vraiment d’hésitation ou de paraboles comme pour Achille et Patrocle dans « Troie », là Alexandre est clairement bisexuel. Il est clair qu’entre lui et Héphaïstion c’est de l’amour. Ce n’est pas forcément physique, même si on peut le deviner, mais c’est bien de l’amour viril à la grecque, une sorte d’amitié transcendée, noble et digne. Et puis Alexandre se tape pendant tout le film des éphèbes à droite et à gauche, et même que la Roxanne, ça ne lui plaît pas des masses. ;-)

Je ne connais vraiment rien à l’histoire réelle d’Alexandre, je ne sais donc pas ce qui, dans le film, tient de la romance pure, de l’adaptation de mythes, ou bien d’une réalité plus historique. J’avais été marqué enfant par le film « L’homme qui voulut être roi » (d’après un bouquin de Kipling) où justement Michael Caine se faisait passer pour l’incarnation d’Alexandre dans une zone reculée d’Inde où le grand roi avait promis son retour. Je me demande bien ce qu’ils ont purement inventé, et ce qui est avéré.

Le début du film est presque insoutenable, jusqu’à ce qu’il soit vraiment adolescent, c’est-à-dire que son rôle soit tenu par Colin Farrell, je trouve qu’ils ont fait n’importe quoi. Anthony Hopkins dans sa bibliothèque d’Alexandrie est pathétique et kitschissime. Et puis toutes ces emphases démesurées… cette musique d’opérette bontempi qui est censée donner des frissons. Et les comédiens qui déclament comme les rois et reines qu’ils sont… Pfffiou. Pas terribles. Et puis cette manie de donner à ce conquérant sanguinaire toutes les excuses pour en faire un héros, ça ne me plaît pas particulièrement.

Dès lors qu’Alexandre devient roi et qu’il démarre ses conquêtes, le film prend de la teneur et devient beaucoup plus dynamique, mais aussi intéressant. Et là, je trouve que les costumes et décors tiennent vraiment la route. L’intrigue prend aussi plus de substance et les personnalités se dessinent plus finement. A mesure que les victoires et les batailles se suivent, les combattants et les paysages changent. Les décors de Babylone et ensuite des panoramas d’Asie ainsi que les folklores et habillements de ces contrées inconnues sont superbes et paraissent authentiques, ce qui est plaisant.

La fin traîne en longueur, et j’aurais voulu qu’Oliver Stone nous abrège un peu les trompettes de la mort. Mais bon c’est toujours comme ça dans ce genre de fresque historique.

Au global, j’ai plutôt passé un bon moment, et Colin Farrell se débrouille plutôt bien en Alexandre, même sa jolie couleur blonde lui sied à merveille. Avec un petit Director’s cut mais dans l’autre sens (en général ces cons nous en rajoutent deux plombes), ce serait presque plaisant.

Alexandre

15 Commentaires

  1. ouaip, à mon humble avis, Alexandre n’est pas présenté comme un bi mais bel et bien comme un homo. D’ailleurs sa fidélité spirituelle envers Héphaïstion (ce prénom est impossible à retenir !) dura de sa jeunesse à sa mort. Ces (tardives) coucheries hétérotes ne semblent motivées que par la recherche d’un enfant.
    Et je suis pas du même avis/goût que toi, je trouve C.Farrell beaucoup plus mignon sans les affreuses mèches blondes qu’on lui a collé par sens de l’Histoire :doute:

  2. moi j’ai aimé la fresque, ai été bluffé par Jolie qui (enfin… quoi que si je dis çq on va croire que j’en attendais quelque chose depuis le début de sa carrière) exprime quelque chose d’autres que du courage et de la détermination. Elle passe par un pannel d’expressions et de sentiments et ce film la rend magnifique…
    Par contre, moi j’ai tiqué sur la perruque d’alexandre enfant… Une telle moumoute, ça devait lui donner chaud!:langue:
    Un peu long, mais passionné… sans être passionnant.

  3. Une chose est sûre : HUGO n’est pas mort. il est vivant et en forme, je l’ai vu dans le film. Etonnnant. :gne:

    PS : matoo tes cookies m’oublient à chaque fois, et je vois pas l’intéret de remettre le mail… attention tu risques de perdre 1 lecteur…. :hum:

  4. Arf ! :) … Et de trois ! J’aime bien lire les critiques que tu rédiges. Bon je n’ai pas vu le film donc ca ne m’aide pas a juger mais dans le style c’est bien écrit :) … Voila voila voila … Un peu d’encouragement ne fait pas de mal n’est ce pas ? :mrgreen:

  5. Apparemment, ils ont surtout raconté des trucs pas trop trop faux. Je n’ai pas trouvé de livres qui tombent d’accord sur le sujet de toute façon. Sauf pour dire que non, c’était pas un homo, ce qui formellement est juste : le terme n’existait pas…

    Sinon, j’ai aussi trouvé ça trop long.

    Et je suis d’accord, il est surtout montré comme homo ; la preuve quand il se remet la bague offerte par Héphaïston (ça ressemble trop à Héphaïstos, Vulcain à Rome, le dieu forgeron)… et puis la petite phrase : il n’aura été défait par personne, sauf par les cuisses de Héphaïston. Et le fait qu’il délaisse sa femme au fur et à mesure où elle ne le rend pas père.

    Ce qui avait fait « scandale » à son sujet, ou au moins fait jaser, était qu’il continuât à avoir des relations sexuelles avec des hommes… mais en tant que « receveur », ce qui pour un roi ne se faisait pas (à l’inverse son père avait aussi des relations sexuelles avec des hommes – cf. le viol de celui qui le tuera) mais en tant que partenaire actif, ce qui respectait l’ordre des choses… Ca c’était pour la petit histoire qui intéresseraient éventuellement les pédéblogueurs :-)

  6. Merci Cossaw!
    Pour ce qui est de A Joly, je recommande « 7 jours et une vie », ne serait-ce que pour les quelques secondes où elle chante du Rolling Stone (et le reste du film: trèèès romantique, avec un ou deux bô mecs)

  7. Alors là, je me vois dans l’obligation de contester la matooanalyse. C’est quand même extrêmement long cette petite plaisanterie…
    Et quand je parle de « petite plaisanterie », je fais, bien sur, référence à cette énorme pièce montée superfétatoire, dans laquelle France Télévision a investit tout l’argent des contribuables, lui procurant ainsi le titre d’oeuvre française (si, si ! « Alexander » est un film français, alors qu’ « Un long dimanche de fiançailles » est un film américain -parce que produit par une filiale de Warner Bros France !!!).

    Bref, outre la vulgarité achevé :berk: du film d’Oliver Stone, et sa volonté de surenchère absolue (cf les décors pompiers d’Alexandrie – utilisation sans nuance de la palette graphique – et de Babylone (on se croirait revenu à l’époque de Cecil B. De Mille et du bon vieux carton pâte- très belle scènes « réalistes » de batailles mises à part), je suis quand même assez consterné par la pauvresse du scénario, et le degré zéro de psychologie des personnages.

    Tout est caricatural à souhait, et j’ai eu le plus grand mal à éprouver une quelconque empathie pour le moindre des personnages (même pour Angélina la grande et son accent slavonesque « In mayé wounde I carrrriiiied maye avangeur! »).
    Quand aux amours d’Alexandre, moi je dis : c’est du foutage de gueule ! Les grecs n’ont jamais été particulièrement « honteux », quant à leurs pratiques ou à leurs préférences sexuelles, et lorsqu’ils se témoignaient de l’affection, ils ne se faisaient pas des « hugs » à l’américaine (cf la scene, vers la « fin » du film, entre Alex et Hephaïstion) !!!
    Putain, même les suggestions de baise entre Alex et Bogoas sont plus… suggestives !!! (genre l’oeil torve qui vire à gauche vers le lit de 6m2 !).

    Bref, je suis super déçu :pleure: (j’en attendais tellement !). Déjà qu’on nous a sucré la « nudité frontale » de Colin Farrell (qui est paraît-il… :redface:impressionnante :censure:!)… Blague à part : ça retombe comme un soufflé, et c’est indigeste ! :mur:

    PS : A coté, le navet de Wolwgang Petersen, qui est sorti en DVD, est une pure création artistique !

  8. Le scandale de la sexualité d’Alexandre, c’est surtout qu’il reste passif à son âge, je crois. Même les rois, ça devait pas poser beaucoup de problèmes qu’ils soient « receveurs » (ouh comme c’est joliment dit, doecteur cossaw) pendant leur adolescence, vu qu’ils avaient des tutetru( et que… bon le tutteur ne faisaient pas *seulement* l’éducation spirituelle des gosses :mrgreen:

  9. faiche ! avec le menu gris qui cache la moitié de la page, on tape les commentaires à l’aveuglette. C’est pas doecteur mais docteur, tutetru ou tutteur mais tuteur.

  10. Ah bon ?? Et bin, prends plutôt les comments en pop-up !!! :salut:
    Sinon Strokkur c’est vrai que l’accent de l’Angélina il est fendard !!! Mais moi j’aime bien les décors à la Cécil B. De Mil à part, comme je l’ai dit, Alexandrie qui est kitschissime.

    Cossaw> Ah mais oui j’avais oublié cette petite scène où son père se tape un mec dans le fond… mais j’ai pas bien capté, il l’encule avec un pote non ? C’est pas très clair leur machin là…

  11. Matoo > scène coupée… mais c’est bien ça, il l’encule (puisque c’est le mot) contre son gré, et le problème, c’est que le gamin en question, assassin de Philippe, donc, était un noble macédonien… donc assujéti à son roi…

  12. Merci cossaw pour ces doctes précisions.
    Concernant le « scandale » actif/passif, j’en étais resté au schéma suivant (pas le mien, celui qui transpire du film pour le grand public) : Hephaïsmachin = cheveux longs = féminité = passivité.
    Ceci est renforcé par le fait qu’on nous dit bien qu’Alexandre couche avec des (3 mini) femmes alors qu’on ne nous dit rien de tel à propos de Héfmachin :eek:
    (je tiens à préciser que ce n’est pas DU TOUT mon schéma de pensée, je pourrais en faire des kilomètres sur le sujet, faudrait que je m’y essaie à l’occasion)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages