Petite Cuisine du Diable

J’avais découvert Poppy Z. Brite il y a quelques années grâce à Nabil qui m’avait offert un bouquin de cet auteur. J’en avais entendu parler mais elle faisait partie des auteurs dont je doutais de la valeur par de stupides préjugés. Du coup, Nabil m’avait prouvé mon erreur, et j’avais proprement dévoré « Sang d’encre » en y trouvant énormément de qualités. J’avais notamment été assez surpris et enjoué de la manière dont l’homosexualité était traitée.

« Petite Cuisine du Diable » est un recueil de nouvelles un peu différent de ce que l’auteur a l’habitude de créer, mais qui sont très agréables à lire. On y retrouve quelques uns de ses personnages fétiches comme le Dr Brite médécin-légiste, et des thèmes chers tels que la Nouvelle-Orléans, ses restaurants, ses chefs, sa cuisine et ses homos. En effet, j’ai découvert dans ce recueil que Poppy Z. Brite évoque très souvent des gays dans ses narrations, et en lisant cette interview j’ai compris que ce n’était pas anodin.

J’ai été très surpris encore de constater à quel point elle met bien en scène des pédés (je n’avais vraiment pas acheté ce bouquin dans cette optique), que ce soit dans leur côté le plus tapageur, ou bien beaucoup plus singulier, ce qui prouve vraiment son accointance avec l’homosexualité. On sent qu’elle connaît des homos, qu’elle en fréquente, et c’est incroyable de réaliser qu’une femme peut si bien écrire sur l’amour entre deux hommes. Il y a notamment ce récit de deux mecs en couple depuis une dizaine d’années, qui se retrouvent perdus au beau milieu de l’océan après une balade en plongée (oubliés par leur groupe), ou bien celui d’un garçon qui ne s’assume pas vraiment, et qui découvre peu à peu son homosexualité.

En outre, ces nouvelles sont de petits morceaux de bizarre et d’incongrue comme elle seule peut en imaginer, et la Nouvelle-Orléans fournit la toile de fond idéale pour ces extraordinaires (littéralement) anecdotes.

Voir aussi l’OliKritik.

Petite Cuisine du Diable - Poppy Z. Brite

2 Commentaires

  1. Mais tu es le Lucky Luke de la découvrance, Matoo, fais gaffe, un jour tu vas te découvrir toi-même ! :oD
    Bien sûr, je plaisante. Te lire m’amuse toujours beaucoup. Enfin, ça doit pas être facile à gérer tous ces évènements chaque jour ! Elle font donc 48 heures, tes journées, t’es plus efficace qu’un cadre, ma parole !! ! ;o)

  2. Tu dis « c’est incroyable de réaliser qu’une femme peut si bien écrire sur l’amour entre deux hommes »

    Petite précision (même si le post est déjà vieux) Brite est un homme transgenre

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages