Comme dans un clip

Ce matin, quand j’ai vu la neige qui tombait en flocon tout duveteux par ma fenêtre, j’ai su que ce serait une journée idéale pour abandonner mon roman au profit de mes écouteurs.

De temps en temps, souvent quand je suis fatigué ou que je n’ai pas la tête à bouquiner, je préfère écouter de la musique durant mon heure quotidienne de trajet pour aller au boulot. En général, le temps passe à une rapidité stupéfiante, et j’en ai même des absences flippantes. Je me réveille fréquemment en sursaut d’une drôle de torpeur en me disant que mon dernier souvenir conscient remonte à vingt minutes plus tôt.

En général, je chausse mes écouteurs juste avant de verrouiller la porte de mon appartement, sur le palier. Et là, hop, mon trajet se déroule dans ma tête comme si je regardais un clip à télé. C’est dingue car à partir de ce moment, j’ai l’impression que tout autour de moi concourt à cette chimère. Les flocons qui tombent en rythme, les gens qui me regardent, ceux qui m’ignorent, les voitures qui passent, les devantures qui s’animent… La musique me permet finalement de m’enfermer dans une rêverie intérieure tout en me rendant beaucoup plus sensible et à l’affût des gens et choses qui m’entourent. C’est comme si je me sentais protégé derrière une vitre sans teint et que je pouvais regarder mon environnement avec plus de liberté et d’acuité que d’habitude. Et ce sentiment est encore renforcé quand je pénètre l’enceinte du métro puisque je suis habituellement le nez dans mon bouquin, et rien ne me perturbe alors.

Et puis chaque trajet est unique, déjà je n’écoute pas la même musique au même moment, mais surtout les gens sont différents. Les paroles des chansons me font aussi divaguer et prêter des histoires similaires aux personnes que je regarde. Les gens doivent me prendre pour un vrai barge de temps en temps… :mrgreen:

Quelquefois, c’est plutôt moi que j’imagine en train de pousser la chansonnette. Donc c’est mon clip, et je marche dans la rue et je me vois en train de faire mon clip en chantant à tue-tête en pleine rue. C’est jouissif, car dans ces cas là on chante évidemment aussi bien que celui qu’on a à fond les ballons dans l’ouie.

StarAc et Nouvelle Star, tremblez car me voilààààà !! Et oui, je vais aller sur 29 balais, mais je ne me leurre pas, quand je rêve éveillé de ce genre de choses, je suis certain que je suis influencé par ces programmes à deux balles. Du coup, cela ne m’étonne plus quand mes ami(e)s instits me soutiennent que 90% des mômes mettent sur le petit papier de début d’année : « chanteur » ou « gagner la StarAc » ou bien simplement « Célèbre ». Vu comment déjà moi je nourris mes propres fantasmes dans la rue. Arf.

Et je me souviens que quand j’avais vu « Dancer in the Dark », certaines critiques arguaient que le côté comédie musicale des fantasmes de Björk étaient ridicules et peu crédibles. Je me suis alors offusqué, vu que justement moi je comprenais parfaitement ce qu’elle ressentait alors. En effet, en plus de ces clips égotiques, j’y incorpore souvent les gens avec qui je voyage le matin. Alors là, c’est le paroxysme de ma fantaisie puisque je peux sans effort imaginer un type en face de moi dans le RER qui se lève, balance sa mallette et se met à danser sur une barre tandis que des filles font les choeurs et que tout le monde se met tour à tour dans la farandole.

Parfois, je me réveille uniquement arrivé à la Défense ou bien à Suresnes, et j’hallucine d’avoir zappé autant de temps de transport. Je descends alors du tramway, et je reprends mon solo. ;-)

23 Commentaires

  1. Je connais ça. ai un peu abusé même. J’hallucine (ai rien fumé t’sais!) et j’entre tellement dans mon monde intérieur que je m’y perd.
    Une fois devant un primtif flamand (Pieter de Hooch) J’ai pris le corridor de la maison, suis entré dans une piéce, ai tourné à gauche et j’y étais.. des longs corridors dallés, des odeurs d’autrefois (souv. d’enfance probabl.)
    Mais j’étais pris. Ai eu un peu peur.
    Atmosphére spéciale, agréable . Danger ?…….. ?
    Mais Quelle évasion, quelles vacances.
    Qu’en pensez-vous bonnes gens ?
    Exp. similaires ? :roll:

  2. oui je ressens exactement la même chose et dans ces cas la, nos yeux deviennent une caméra qui filme et transforme le réel en une farandole de fantaisie…on si dit alors que l’on aimerait bien que se soit réellement filmé car nos travelings oculaires comme nos contre plongée visionnaires permettent à nos passages quotidens d’être de véritable comédies musiquales, clips ou court métrage….le pouvoir de l’imaginaire permet cette fuite de temps propre à sa sublimation…c’est classe !

  3. C’est tout pareil pour moi et je dois me forcer pour ne pas me lancer dans une chorégraphie endiablée dans la rue ou sur un quai du métro… Et quand on y regarde de près, mes lèvres bougent! Je chante en restant muet :) et parfois j’ai envie de prendre quelqu’un dont la tête me revient pour danser avec…

  4. On est tous pareil finalement :petard: !
    :redface:
    Le truc pour faire comme dans un clip, sans avoir l’air(trop) ridicule, c’est de marcher en cadence, et d’esquisser des lents mouvements de têtes (genre je me retourne sur un passé déjà lointain), ou de s’imaginer ses propres rythmes ralentis… Super efficace également, le paysage qui défile par la fenêtre du train (pour les banlieusards)tel un long travelling. Ca marche aussi avec le métro aérien (ou le tramway du 92)…
    ;-)

  5. Et ca marche aussi très bien, assis a l’avant de la ligne 14, en regardant les lumières défiler, les trains arriver en face et les stations approcher, tout cela à « grande » vitesse !. J’ai une playlist « ligne 14 » sur mon ipod… faut que ca bouge (et que ca couvre le bruit du métro)

  6. Concours de circonstances : je lis ton post, la radioblog de PPPlog en fond sonore, et vu ton sujet ça déforme un peu ma lecture (et du coup adoucit ce que j’aurai pu dire d’un plus nerveux sur l’esprit « clip » ! ) Pendant mes dernières vacances, j’ai redécouvert M6 (puisque je ne possède pas de TV chez moi – par choix) J’y ai retrouvé la façon dont mes jeunes collègues habillent leurs vies de mises en atmosphère prédigérées. Morissey (voir le link via mon blog) en parle joliment dans son dernier post… Drôle de vie (J’ajoute cette réplique, parce que la chanson qui passe devient très mélancolique :langue: ! )

  7. La transfiguration de la réalité par la musique…se faire son propre clip avec de la musique dans les oreilles, et dire que je pensais que j’étais un peu trop influencé par les comédies musicales (Matoo a raison, Lars von Trier a parfaitement illustré ce propos) mais je suis en fait comme bon nombre d’entre vous) et parfois j’imagine qu’autour de moi les gens vont se mettre à danser; que je serai en tête mais que derrière moi les gens sauront instinctivement ce qu’il faut faire et tout sera chorégraphié à l’unisson, harmonieux… Ca pourrait une idée pour un flash mob, sur le parvis de l’Hotel de ville ou au Trocadéro face à la Tour Eiffel…avec le boléro de Ravel dans les oreilles ou Muse, c’est selon…

  8. le problème c’est que dans les comédies musicales, ils sont tous de supers danseurs et chantent comme des furynx (c’est comme un lynx mais plus vicieux, bref, « très bien »). Que faire par contre si le type qui jette sa malette chante comme un goret (qui chante mal)? « désolé, on vous rappelera, vous pouvez sortir maintenant… »  » mais c’est pas ma station!!! » « fallait y penser avant… »?

  9. « I’m spinning around » !! bravo Matoo, avec tes super idées, je me suis pété la gueule sur une flaque gelée… ça m’apprendra à me prendre pour Kylie Minogue… pourtant le petit short lamé m’allait si bien malgré mon mètre 90 et mes poils !

  10. On savait les risques de surdité liés à l’abus des zoreillettes, mais personne ne parle de cette nouvelle forme d’autisme!!! La musique comme erzatz de GHB? Créez des blancs dans votre emploi du temps en appuyant sur Play… ça marche aussi avec les Staracadémichiennes? … @SariMarien: tout pareil, j’ai transformé « clip » en « slip »… de deux choses l’une, soit notre esprit est pervers, soit nous sommes habitués aux frasques du Matoo…:eek:

  11. Est-ce la semaine de film Bollywoodien sur Arte qui fait cet effet!? :boulet:
    Si je croise Salman Kahn :langue: ou Shahruck Kahn :langue: dans la rue, je suis prêt à danser et chanter, même mal… :pompom:

  12. Moi aussi, j’veux jouer!! :pompom::pompom::pompom::pompom::pompom::pompom::pompom::pompom::pompom::pompom::pompom::pompom::pompom::pompom::pompom::pompom::pompom::pompom:

  13. ben je vois qu’on est plusieurs dans le meme cas alors :mrgreen:

    ton post vient de me rappeller toutes mes années de lycée … remarque ce passé reste très proche , puisque justement je me suis fait offrir un balladeur laser de merde pour quand je pars en ville en ballade photo :langue: . sans , je me sens un peu con plantée là avec mon appareil , et puis les gens vous parlent  » vous êtes journaliste ? – nannn :mur:  » . avec le walkman , la concentration est meilleure , l’imaginaire aussi , et puis la bulle c’est évasion ET protection :pompom:

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages