Constitution européenne : oui ou non ?

Tout le monde en parle, sur les blogs comme dans la vie, au bistrot (oui je traîne dans les bistrots) ou au Dépôt (mais siiii) : Oui ou Non à la Constitution Européenne !?

Je ne tiens pas un blog politique et je ne vais pas en faire des tonnes, je voulais seulement exprimer et expliquer ici ma circonspection en la matière. Et puis, d’abord, je ne l’ai pas lu c’te putain de Constitution ! J’ai essayé de commencer mais c’est long et c’est chiant comme la mort.

Donc première mention négative : une constitution ça se lit en quelques pages, c’est censé être clair, concis et accessible. Alors oui je sais que ce n’est pas que cela, que c’est aussi un traité qui résume les dizaines de trucs qu’on a signé depuis 1957, et que ce n’est pas simple de rédiger un machin pareil pour mettre d’accord 25 pays. Mais bon… merde quoi !

J’ai lu des choses dans la presse, dans les blogs, j’ai discuté avec des potes, avec mes parents. J’ai lu et entendu du pour et du contre… du sincère et du démago, du pragmatique et de l’utopique, du lard ou du cochon, mon cul c’est du poulet etc.

Maintenant voyons ce que je ressens et ce que mon instinct me dicte, ensuite ce que l’expérience et la raison me susurrent…

Déjà, je suis content d’une chose, j’aime vraiment que l’on s’occupe de la construction de l’Europe Politique. Je comprenais qu’il soit plus facile de commencer par le volet économique, et certaines implications finalement politiques ou du moins sociétales, comme la monnaie unique ou bien la libre circulation et installation des personnes dans tous les pays de l’Union Européenne. Du coup, une espèce de « cocorico » européen se dessine, et c’est une sensation extrêmement excitante et rassurante. Outre cela, il est indéniable que plus on sera lié, moins on pensera à se faire la guerre. Donc ce bidule a déjà une qualité pour moi : enfin un truc politique intéressant et stimulant, un truc dont on a l’impression qu’il sera déterminant pour la suite, un choix qu’on sait crucial et qu’on doit en conséquence bien arbitrer en soi.

Me voilà de retour au fameux moment des jeux de vingt heures : le jeu du ni-oui ni-non !

Car je parlais de mon instinct, et mon intuition première est négative. Je vois dans cette constitution une habile manière de faire basculer la France dans une sphère ultralibérale qui changera négativement notre politique nationale. Le fond de l’histoire est que j’ai peur que cette union politique soit pondérée vers des valeurs auxquelles je n’adhère pas. Voilà, le mot est lancé : peur. Peur de l’inconnu, puisque quels que soient les arguments des uns et des autres, il est impossible de prévoir les implications exacts de ce texte touffu. Chapichapo parlait d’uchronie récemment, et justement personne ne peut présager du bien-fondé exact de la constitution. On ne peut que conjecturer tout au plus, et je trouve que la plupart des gens manque bien d’humilité sur ce sujet. Autant les ouïstes que les nonistes partagent ce trop plein d’orgueil et de confiance en son petit jugement.

Ensuite, j’évoquais « expérience et raison ». Eh bien l’expérience, elle vient d’un souvenir de 1992 et du référendum pour Maastricht. J’avais 16 ou 17 ans, et j’étais contre à l’époque même si je n’ai pas pu voter. Or je pense que je ne mesurais pas les avantages que cela a procurés à la France et à l’Union Européenne. Et du coup, j’en viens à me dire que je ne voudrais pas revenir à une époque où nous n’avions pas tous la même monnaie et où nous ne pouvions pas librement circuler dans les pays de l’Union. Je n’y croyais pas, mais cela a réellement fondé un frémissement de sentiment national à cette gigantesque échelle, et c’est vraiment dans le bon sens pour moi. Mais je n’ignore pas non plus que cela a aussi pu provoquer bien des désastres (économiques, politiques, sociaux… ici ou ailleurs).

Seulement aujourd’hui, il me parait autant impossible de prévoir les implications précises de l’adoption de la constitution demain, que de me figurer une France sans Maastricht hier.

Donc, aux vues de mon expérience microscopique de citoyen, je dirais oui. Il s’agit d’un traité politique, d’une union des peuples autour de (bonnes) valeurs communes. Donc oui, oui, oui. Je m’étais trompé sur certaines valeurs de Maastricht, donc ne refaisons pas les mêmes erreurs.

Ensuite, vient naturellement l’exercice de la raison. Enfin évidemment, à mon humble niveau, je ne suis pas très intelligent ni dégourdi. Comme je vous ai dit, je n’ai même pas été capable de la lire c’te bitchy constitucheune. Et là, je me fie donc à des sources extérieures. Les pour, les contre dans la presse, les blogs, les cours de récré et les pauses-café. Et j’essaie de réfléchir, mais pas trop sinon ça me fatigue.

Ce qui est drôle c’est que j’ai trouvé toutes les nuances de mon indécision chez les uns et les autres. Un des nonistes les plus catégoriques et flamboyants (à qui je voue une certaine passion il est vrai…). Paca a clairement exprimé son opinion, et j’y souscris en partie. Je pourrais facilement l’imiter dans son avis qui est tranché et qui est empreint d’une « foi » que je respecte.

Et puis, il y a cette avalanche de ouïstes de tout bord. J’ai lu avec attention les commentaires de Laurent qui l’a au moins déchiffré pour nous, et je comprends bien son opinion. Je suis d’accord avec beaucoup de points soulevés. Après évidemment, les conclusions des uns et des autres diffèrent selon les opinions ou credo, et il n’y a pas de vérité absolue en la matière. Mais en gros, j’ai eu ces deux éclairages qui m’ont beaucoup plu et conquis. D’abord cet édito de Télérama qui représente à peu près ce que je ressens.

Edito Télérama sur la Constitution Européenne

Et puis, plus surprenant un édito de Charlie Hebdo. D’ailleurs l’auteur se plait à exprimer son opinion en sachant qu’elle est contraire à l’esprit de la maison. Et c’est finalement le plus intéressant dans ce débat : lire l’avis des gens dont on penserait qu’ils seraient opposés à ce qu’on découvre. Or ce mec est encore plus près de mes idées… ah là là, tentant de le rejoindre dans son anti-conformisme « conformiste » (comment dire ?).

Edito Charlie Hebdo sur la Constitution Européenne

Mais aujourd’hui, je suis encore indécis. En effet, j’ai l’impression que pas mal de ouïstes le sont un peu par dépit ou par pis-aller. Dire « oui » car sinon la France sera au ban de l’Europe, ou bien parce que les conséquences sont moins mauvaises que de voter « non ». Bof bof. Je suis à la rigueur d’accord sur un certain consensus, mais pas plus. D’un autre côté, les nonistes qui le sont eux parfois par simple volonté d’opposition (anti-droite ou anti-libéralisme) ou pure attitude rétrograde (contre les anciens traités ou même les « vive le bolchevisme »), j’ai aussi du mal avec eux.

J’ai pas mal lu les prosélytes affirmations de Chapichapo par exemple (voir la colonne de droite, les liens vers tous les posts teintés Europe) qui a compulsé et publié des informations très intéressantes.

Les deux auteurs qui m’ont le plus bluffé et que je couvre de tous les lauriers sont Aquoibon et Finis-africae. Le premier a rassemblé dans cette catégorie quelques articles qui aident vraiment à prendre une décision. C’est simple et didactique, un bonheur. Je me sens très proche de ce genre de démarche, et Pascal a aussi livré deux posts qui valent leur pesant de cacahouètes. Ils ne donnent pas tant leurs choix personnels qu’ils évoquent leurs opinions globalement et exposent plutôt sans ambages la trame de leur dilemme (beaucoup plus efficace selon moi).

Je ne sais pas si nous sommes le seul pays où nous avons aujourd’hui tant de difficultés à faire la part des choses. Je suis complètement perdu entre des partis politiques dont les factions elles-mêmes divergent et des rassemblements de nonistes ou de ouïstes dans lesquels je ne me reconnais pas. Noniste comme l’extrême droite ou gauche française ? Ouïste comme la droite, les ultralibéraux, le patronat ? Non et non.

Et puis il y a le pessimiste en moi qui me souffle que les gouvernements se réfugient déjà derrière l’Europe pour se dédouaner de leurs responsabilités, et cela ne devrait pas s’arranger avec les années, avec ou sans cette constitution. Aquoiboniste ?

Voilà, vous ne savez toujours pas ce que je vais voter, et vous le ne saurez pas, mais au moins vous avez toutes mes pistes de réflexions ou divagations. Au final, je suis de moins en moins circonspect, mais soyez certain que je serai bien mur pour le jour J. Putain de chiotte de merde, sa mère, sa race, je ne me prends la tête pour rien ! ;-)

51 Commentaires

  1. Mon beau Matoo,
    je te conseille la lecture du Courrier international de la semaine dernière (notamment un petit article belge sur les Français et la démocratie) sur « ce non qui inquiète l’Europe ». Je pense qu’il est parfois bon de sortir de ce cercle franco-français quelque peu sclérosant, prendre du recul et une distance critique en tatant ce qui se dit dans les journaux de nos amis/voisins européens.
    Le plus important est tout de même de lire le texte (malgré sa difficulté, je peux te l’accorder).

    Et non ! Tu ne te prends pas la tête pour rien ! C’est un vote, un référendum qui est censé asseoir ton (notre – tiens si on se faisait un Caprice à deux d’ailleurs..?!) futur.

    It’s in your hands !:blah:

  2. @matoo: on est pas les seuls on le coeurs balances entre le oui et non, en hollande, belgique, autriche… le non est devant. Donc on serait pas les seuls à « être mis à l’écart ». En plus, cela ne se fera pas car sinon, en mettant à l’écart se qui votent non, c’est le blocage pure et simple de l’europe. Se qui est encore plus intéressant à savoir et ca peut de personnes le savent. C’est que nos amis les technocrates bruxellois ont déja un plan B dans leur tirroir. Et ce plan consiste purement et simplement de faire rentrer en vigueur, morceau par morceau la constitution en en commencant par les articles qui fonr le moins polémique. Ce qui vont dire que cette hypothèse est fausse seraient bien inspiré de lire les articles ou interviennent les digintaires européens en place.

  3. (KITT devient madame Irma…)

    Euh, Matoo, le traité constitutionnel (qui est un traité, pas une constitution, donc qui comme les autres traités est assez long et détaillé), c’est « Martine à la Plage » à côté du traité de Maastricht, côté facilité de lecture… :mrgreen:

  4. Bon, moi, bien sûr, je suis pour le OUI, mais c’ets vrai ce que tu dis: à force de militer, on a tendance à tomber dans un catégorisme un peu excessif. Pour être honnête, pour moi, il existe deux vrais arguments pour le NON:
    1) Le traité constitutionnel est incompréhensible sans connaître un minimum le fonctionnement de l’UE, ce qui crée parfois des arguments un peu abherrants dans un camp comme dans l’autre. C’est pourquoi je pense que passer par un référendum est stupide: personne ou presque ne va voter en connaissance de cause, tout le monde ou presque va voter sur des fantasmes (oui ou non), et donc, voilà quoi… Mais bon, c’est fait, c’est fait.
    2) Il est vrai que ce traité s’appelle constitution. Et ça ça veut dire quelque chose, ce n’est pas anodin: ça veut dire qu’on fait un pas symbolique vers le fédéralisme. Bien sûr, ça ne veut pas dire « graver dans le marbre » (1° cela reste juridiquement un traité, 2° dans tous les pays d’Europe, depuis 20 ans, les Constitutions sont loin d’être des textes intangibles (en France, il y a eu moins de révisions de la constitution de la Vème rép entre 1858 et 1992 qu’entre 1992 et aujourd’hui!)), mais on fait un pas vers une Etat Nation Européen. Moi, ça me fait voter oui, puisque je suis fermement fédéraliste de gauche (il n’y a pas de parti fédéraliste de gauche, en France, c’est dommage…), mais c’est aussi un bon argument pour le non quand même…

    Je ne sais pas si j’ai été clair. Bon, ça, ce sont pour moi les arguments vraiments valables pour le NON. Mais il y a à mon avis bcp plus du côté du Oui (plus de démocratie, plus de droits, une Europe qui sors de la sphère économique pour entrer dans une métamorphose politique…).

    :)

  5. http://fr.wikipedia.org/wiki/Trait%C3%A9_constitutionnel_europ%C3%A9en

    Cela me rappelle une grande règle quand on est en position dominante: ne donner le choix à son interlocuteur que lorsqu’on est indifférent à la réponse qu’il fera.
    Sinon, ne pas lui donner le choix.

    (Chirac me fait rire: il aura réussi à dissoudre une chambre qui lui était favorable pour obtenir une chambre défavorable, il est à deux doigts d’obtenir un non à un referendum qu’il aura organisé pour obtenir un oui).

  6. Tu sais, Matoo, même avant Maastricht, et sauf peut-être dans les pays de l’Est non ralliés encore à l’Europe ou encore en Grande Bretagne – où par esprit insulaire ou de tradition, j’ignore, il se trouvait toujours un douanier pour vous enquiquiner et vous poser des questions idiotes – on circulait tout à fait librement en Europe ! Tout au plus fallait-il montrer sa carte d’identité, parfois un passeport, mais ce n’était pas bien contraignant !

    Quant à l’Euro, s’il est vrai qu’il est agréable de ne pas avoir à convertir sa monnaie quand on passe une ex-frontière (sauf en grande Bretagne of course !), c’est un bien maigre avantage comparé à l’augmentation du coût de la vie que seules les classes très aisées n’ont pas perçu !

    Bilan. Maastricht a été un mensonge quand on se souvient qu’avant on nous promettait le Nirvana si nous votions Oui, et l’enfer si nous votions Non !

    Comme aujourd’hui, en somme ! :oD

    Moi, j’ai fait parti des cons qui on voté Oui à Maastricht, aujourd’hui je regrette mon vote !

    Mais je ne doute pas que l’Euro ait profité à queques uns ! Ma boulangère, tiens ! :oD

  7. C’est clair, si vous croyez au Nirvana quand on vous le promet…

    Ce n’est pas une question de Nirvana ou pas: c’est une question de svaoir si oui ou non, en 2005, nous voulons que l’Europe ne soit pas qu’économique, et qu’elle soit aussi politique.

    Pour l’Euro, bcp de spécialistes affirment que le coût de la vie aurait encore plus augmenter sans lui. Alors, les spéculations… :)

  8. Le Nirvana, c’est uen boutade bien sûr ! Je m’en réfère, cher ami, au discours de nos politiques. Je suis naïf, je ne la cache pas, mais à ce point ! Par contre, sur ce qui n’a pas eu lieu, tu spécules beaucoup, en effet. Quant au discours des « spécialistes », on voit chaque jour le résultat de leur lucidité ! :oD

  9. Moi c’est NON, pour plein de raisons, notamment celle -ci qui a tendance à me faire froid dans le dos:

    « Toute personne a droit à la liberté et à la sûreté. Nul ne peut être privé de sa liberté, sauf dans les cas suivants et selon les voies légales …) s’il s’agit de la détention régulière d’une personne susceptible de propager une maladie contagieuse, d’un aliéné, d’un alcoolique, d’un toxicomane ou d’un vagabond ». Journal officiel de l’Union européenne, page 429 du Traité établissant une Constitution pour l’Europe.

  10. Un commentaire sur le commentaire d’Elisabeth : ce n’est pas la première fois que je vois cette erreur. La phrase qu’elle cite figure texto dans la convention européenne des droits de l’homme de 1950 (c’est donc l’état du droit en vigueur dans les 25 pays de l’Union actuellement).

    Dans la Constitution, cette phrase se rencontre dans une déclaration (donc quelque chose qui ne fait pas partie stricto sensu du traité, mais n’épiloguons pas sur ce point très technique) et doit surtout être replacée dans son contexte ;
    « Les droits prévus à l’article 61 correspondent à ceux qui sont garantis par l’article 5 de la CEDH (…) les limitations qui peuvent légitimement leur être apportées ne peuvent excéder les limites permises par la CEDH dans le libellé même de l’article 5 :
    GUILLEMET OUVRANT (…) s’il s’agit de la détention régulière d’une personne susceptible de propager une maladie contagieuse, d’un aliéné, d’un alcoolique, d’un toxicomane ou d’un vagabond ; (…) GUILLEMET FERMANT

    La phrase choquante du commentaire précédent n’apparait donc dans le texte du traité (ou plus exactement d’une déclaration annexée au traité) qu’ENTRE GUILLEMETS comme citation d’un texte plus ancien.

  11. Parfois je penche du côté du non ,et puis je repense à ces « nonistes » qui prétendent que le traité remet en cause l’IVG et le divorce…Mouarf, i s’grillent tout seuls…

  12. mon « et toc! » était pour le commentaires de zola :mrgreen: (arf! pas un peu prétencieux ça?!:roll:)
    moi je ne pose (malheureusement?) pas tous ces questions…je vais faire comme je fais toujours depuis un certain nombre de votes…:doute:…voter à l’inverse du FN…:hum:

    Ceci étant dit, je préfère avancer que de reculer…;-)

  13. Ce qui m’attriste, pour ma part, c’est le nombre de fantasmes et de mécompréhensions qu’agitent beaucoup de partisans du « Non » pour rallier à leur cause… Certes, la Constitution n’est pas toujours simple à comprendre (enfin… ça dépend des passages, en même temps). Mais il existe pourtant une foule d’explications, de commentaires, d’études, de réflexions, de dossiers de presse, et que sais-je encore, depuis des mois et des mois, dans les librairies, maisons de la presse et autres bibliothèques, qui sont des études objectives…

    Alors quand même, faut pas pousser mémé dans les orties…

    Les explications de texte qu’on peut trouver sur le site du Monde ( http://www.lemonde.fr ), à droite sur la page d’accueil, sont une bonne idée (réunir des articles selon des thèmes).

    Pour ma part, je voterai « Oui », et sans la moindre hésitation. Et c’est en tant que citoyen français, européen progressiste, gauchiste socialiste et pédé militant que je le ferai.

    Faudra que je fasse un poste, puisque même le Téléram de la blogosphère (notre Matoo préféré) l’a fait… :pompom:

    Un truc bien chiadé version coup de gueule… Ca faisait longtemps, ça sera rigolo… :mur: :love:

  14. En voilà un débat qui l’est intéressant! Pour ma part, c’est sans équivoque. Indépendamment du réel contenu du traité, dès qu’il a été question d’élargir l’UE, j’étais songeur. Je me suis dit qu’à 15 ça clapotait sec en terme de fonctionnement (Traite de Nice avec le non courageux et argumenté de l’Irlande, réactions lors de la guerre d’Irak…). Il faut revoir de nombreux points pour que le groupe des 25 puisse avancer. Mais au delà de la ‘logistique’, quand je voyage en Europe, je suis fier d’appartenir à cette région, La Grèce aurait-elle pu gagner en développement sans l’UE, et ça ne se limite pas à l’économie ou au confort de certains, aujourd’hui sous la pression de l’Europe, Athènes respire mieux, le gouvernement a été sensibilisé aux problèmes de la pollution etc.. De même, quand je me promène dans Lisbonne et vois le développement du Portugal après celui de l’Espagne (qui au demeurant avait été engagé avant Maastricht… car l’Europe date effectivement du traité de Rome…) je me sens heureux! Et surtout, comment la France pourrait-elle faire face à une logique mondiale effrayante, alors que l’Europe politique, si elle arrive à mûrir, pourra peser dans les débats face à Pékin ou Washington. Mine de crayon, Bush a été assez déstabilisé dans ses convictions profondes quand Chirac et Schroeder lui ont tenu tête. Certes il a pu continuer, mais regardez les réactions rassemblées dans un docu qui passe sur Planète actuellement ‘La Guerre selon les US’, et on sent le malaise derrière leur certitudes affichées; ils ont eu peur. Dommage que l’Espagne, l’Italie et la GB aient joué les outsiders… mais leur gouvernement en a payé ou en paie les frais encore … Ne l’oublions pas, le marché des 25 sera plus important que les US, et nous n’aurons pas besoin d’une armée scandaleusement chère et riche comme celle des US pour peser dans la balance si nous jouons ensemble… Enfin, comme le dit chapichapo les règles ne sont jamais figées et elles évoluent au gré des besoins… pourtant elles sont utiles. Ne sous-estimons pas la force que nous avons individuellement lorsque nous nous rassemblons (1789, la chute du mur…), et à l’échelle européenne, ça peut commencer à causer! Peut-être à cause de mon sang mêlé, de mon séjour de 5 ans à Berlin ou j’ai vécu l’Europe avec l’arrivée de l’Euro, les manifs antiBush, mais je suis Européen avant d’être Français! Et au fait, ça veut dire quoi être français aujourd’hui? Le passé est ce sur quoi nous devons construire, pas nous lamenter. Regarder demain est tellement plus excitant! Car il peut être plus beau!
    Nobu, à Strasbourg, au coeur (?) de l’Europe.

  15. Rien n’est jamais définitif, le pouvoir finit toujours par revenir à la rue. Pour ma part je prefere etre le loup dans la bergerie d’une constitution qui me parait imparfaite mais qui reste indispensable a la construction d’une europe qui devra bientot se prendre de plein front une chine en plein essort et qui n’hesitera pas à nous ecraser sur le terrain economique.

  16. Ben, avec tout le temps que tu passes à lire les avis des autres, tu aurais largement eu le temps d’en lire l’intégralité. La partie III est plus complexe mais les deux premières ne devraient pas poser de problème majeur. Allez courage, la lecture dure 4h si on ne se presse vraiment pas.

  17. Oui, non… Non, oui… N’est ce pas un leurre ce référendum? Puisque si le non passe, il semblerait que dans trois ans le parlement français aura la possibilité de revoir sa copie et de voter oui! :doute:
    Quelqu’un peut m’éclairer sur ce sujet… Avant le 29 mai si possible :lol:

  18. Ben moi, j’ai voté oui en 1992 car je croyais vraiment en une vraie Europe économique où serait enfin respectée la capacité de production et l’équilibre des différents pays par un meilleur contrôle des échanges. Aujourd’hui, cette Europe technocratique n’est que gaspillage et anéantissement des ressources de bien des pays adhérents. Visiblement, ils n’ont pas su faire fonctionner cette belle machine au point que maintenant, ils débarquent avec leur traité comme seul moyen de rétablir l’équilibre. C’est bien normal, quand on n’est pas capable de gérer 100 personnes, on a une promotion permettant d’en gérer 1000. Non, ce truc appuiera et généralisera tout simplement un fonctionnement, une mécanique dont une bonne partie des gens ne veulent pas. Le tout en faisant croire que l’argent est le seul remède contre tous les maux. C’est le syndrome du téléphone, sensé rapprocher les gens et qui les a éloigné comme jamais. On veut nous faire croire à une Europe où tout le monde va s’aimer alors qu’on n’est même pas foutus de connaître ne serait-ce que le nom de nos voisins de palier…

    Moi aussi, j’ai essayé de lire ce machin et ce n’est vraiment pas une révolution. Ce n’est que rajouter une autorité à une autorité et après on veut nous faire croire que les décisions viennent à notre rencontre. Hum! Désolé, je n’arrive pas à en être persuadé. Moi non-plus je ne sais pas à cette heure ce que je vais voter mais cela rique être un oui par nécessité et pas par conviction. Je trouve vraiment ces scrutins qui obligent un peu cousus de fil blanc. Il ne faudrait pas que la France s’installe là-dedans comme elle a si bien su s’installer dans ces ridicules cohabitations successives. Je ne pense pas que le ‘faute de quoi’ soit la meilleure façon de satisfaire le citoyen lambda. A-moins que la lobotomisation ait réussi.

  19. Toujours les zoli commentaires des oui-ouistes qui se croient instruit parce qu’ils lisent Le Monde…

    Tant pis pour vous, parce qu’il suffit pas de voter pour CES interets a court-terme pour etre un grand democrate….

  20. Sauf que, cher blob, l’Europe est précisément un intérêt de long terme et non de court terme. D’ailleurs, parler « d’intérêt » est abusé du terme. Car c’est un projet d’avenir plus qu’un intérêt.

    Et je suis fier de me ballader dans une voiture rouge et jaune. Oui, oui ! Rouge comme le gauchiste que je suis, jaune comme la lumière des étoiles européennes qui éclairent mon coeur ! :pompom:

  21. J’ai un calçon avec le drapeaux européen acheter avec S.A.V. mais là on m’en demande un peu trop. On veut me l’enlever, et me donner à la place un string brésilien avec des tonnes de symboles euro € dessus.
    J’aurais aimer m’habituer à mon calçon avant qu’on refile un nouveau truc.:petard:

  22. « Toujours les zoli commentaires des oui-ouistes qui se croient instruit parce qu’ils lisent Le Monde…

    Tant pis pour vous, parce qu’il suffit pas de voter pour CES interets a court-terme pour etre un grand democrate….  »

    Prendre les opinions divergentes avec mépris, ce n’est pas forcément être un grand démocrate non plus, blob ^^

  23. Euh question mepris, ca vous vous y connaissez les oui-ouistes…

    Le pire dans le tas etant sans doute les pedeblogueur oui-ouistes…

    Heureusement qu’ils y a aussi des pedeblogueurs dans notre camps…

    Ca rassure, le port et la lecture et l’acceptation du torchon roschildise n’est pas encore un accessoire indispensable de la pedeattitude.

  24. Je ne sais que lire dans ton commentaire, blob : de la connerie ou de la connerie ? Soit celle qui agrémente ceux qui vont voter « oui » d’un sobriquet ridicule et de mépris (bel exemple d’être « démocrate », ah ça oui…), soit celle qui donnerait aux pédé(blogueurs) une seule et unique vulgate de pensée.

    Connerie ou connerie ? Mon coeur balance. Et s’il s’est déjà épanché sur la constitution (et qu’il me fera voter oui), il ne saurait savoir – blob – si tu as conscient des énormités que tu peux raconter.

    Ceci dit, puisque tu vois les choses en matière de camps (lesquels, d’ailleurs ? ceux de la lutte des classes des marxistes nonistes ou ceux de l’exclusion des vilains différents qui sont pas comme nous à la manière de l’extrême-droite noniste ?), ma question sera simple : puisque tu es un lecteur de la blogosphère – et a fortiori de la pédéblogosphère ? – tu pourrais peut-être pousser la politesse à nous donner l’adresse de ton blog, si tu en as un, non ? Ou tu as peur que des « oui-ouistes », comme tu dis, viennent horriblement démonter d’éventuels arguments nonistes que tu aurais présentés de par chez toi ?

    Enfin, en tout cas, merci. Merci pour ce bel exemple de « respect démocratique » comme tu le fais. Merci pour cette superbe et éloquente illustration de ce qu’un « noniste » peut amener en réflexion politique. Mais bon, évidemment, quand on songe qu’on retrouve dans le camp du « non » l’extrême gauche et l’extrême droite, ça fait réfléchir.

    Enfin, je dis ça, je dis rien. :joker:

  25. Eh pourtant si, blob : je suis une grosse passive.

    Ceci dit, pour les lieux communs, je veux bien en reconnaitre certains, mais une chose est claire : s’ils sont communs, c’est qu’ils sont ouverts au peuple. Le lieu commun ne serait-il pas alors l’agora grecque ou le forum romain ? Si tel est le cas, alors je dis « oui » aux lieux communs : ils sont la plus pure expression de la démocratie. :salut:

  26. Il est mignon blob, mais il propose rien. Les Européens ont de l’or dans les mains avec l’UE.
    Ils crèvent de peur les nonistes, ils crèvent de peur d’avancer.
    Moi j’ai 17 ans, je veux voir demain plus beau.

  27. Ha Zola, je ne pense pas avoir fait d' »erreur ». Ce texte fait bel et bien partie du traité puisque

    « ARTICLE IV-442

    Protocoles et annexes
    Les protocoles et annexes du présent traité en font partie intégrante.  »

    Par delà les fantasmes de peur et de mécompréhension (?) on peut aussi lire le traité et y trouver des raisons de voter non.

  28. abz,

    Tu a 17ans, tu verras la fin du petrole et certainement l’effondrement de notre civilisation: il faudra que tu fasses preuve d’imagination et d’audace si tu veux voir un avenir radieux. D’une certaine facon, c’est une chance, tous le monde n’a pas la possibilite d’assister et de participer a un des basculements de l’histoire. A part ceux de 1789 et ceux de 1914/45 je ne vois pas a quel autre exemple nous pouvons nous racrocher . Tu ne mourras donc pas d’asphyxie et de molesse…

    Malheureusement, ce traite s’il passe, va nous ligoter a des idees du passe, a des reveries du 18eme et du 19eme siecles. Il est redige par des vieillards egoistes dont le seul reve est de prolonger un peu plus leurs privileges.

    Mais bon a ton age j’avais vote pour le traite de Maastricht.

  29. Les discours catastrophistes, ça a toujours existé, à toute époque (et à des époques plus fragiles que celle dans laquelle on vit actuellement).

    Matoo: pourquoi dis tu ça? Tu sais, quand on parle du traité, je réponds toujours présent ^^

  30. D’ailleurs c’est amusant, j’ai discute avec un partisan intelligent du traite, qui vote oui pour les raisons pour lesquelles je vote non…
    Lui aussi, qui est economiste, redoute des gros pepins du fait de l’epuisement des ressources naturelles.

    Mais lui fait le parie de la continuite, alors que moi je fais le parie de la flexibilite.

    Le gros soucis avec ce debat est qu’il est pollue par les Croyants, qui souvent n’ont d’autres arguments qu’une foi plutot niaise, ou par des dandy dont l’egocentrisme n’a d’egal que l’incompetence.

  31. Avec Maastricht, l’essentiel du volet monétaire et bancaire a été ratifié. Aujourd’hui on nous présente au contraire un texte équilibré qui permettra à toutes les politiques de s’exprimer de gauche comme de droite quand elles arriveront au pouvoir!!!

    Votez oui::croa:

  32. Salut Matoo, et salut les commentateurs,
    Je suis actuellement en train d’essayer de me dépétrer de ce texte constitutionnel, et je dois dire qu’il y a des jours où je craque. C’est vraiment indigeste… Mais je me suis dit qu’il fallait absolument voter de façon intelligente et réfléchie, alors j’essaye…
    En fait, je me pose beaucoup de questions. Au début, par principe, j’étais plutôt prête à voter non, contre le libéralisme et tous ces trucs infâmes qu’on essaye de nous imposer. Et puis, réflexion faite, au fil de ma lecture et de mes discussions, je crois que je vais voter oui… parce qu’il y a du mieux dans ce texte (même s’il est loin d’être parfait). Et parce que ce serait très égoïste de ne penser qu’à la France. Je pense que beaucoup d’Etats ont fait des concessions pour parvenir à ce traité et que cela aidera d’autres Européens à avancer dans la voie de la démocratie et des droits de l’Homme.
    Enfin, j’en suis là pour le moment, mais je continue à chercher (il reste encore 13 jours, après tout…).
    Toutes mes questions, je les mets sur mon blog, alors si quelques uns veulent m’aider, c’est là : http://www.mariesg-becker.org
    Merci de votre aide ;o)

  33. Demain dimanche, deux beaux cadeaux à offrir ;

    – le premier pour ma maman adorée ;

    – le second – un NON utile à la France et à l’Europe. Un NON qui sauvegardera une France plus que millénaire dans une Europe qui ne connaîtra pas la constitutionnalisation de l’échec mais au contraire une dynamique européenne du changement. Demain, dire NON à l’échec, c’est le seul vote utile et positif, le seul vote qui rendra l’Europe efficace!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages