Mes mains ont la parole

Cet aprème, j’ai eu mon premier cours de langage des signes. ‘tain j’en ai mal aux doigts, je n’imaginais pas que cela sollicitait autant les articulations, et qu’il faut avoir une sacrée mobilité digitale pour bien « parler ». En tout cas, c’est passionnant et vraiment la pénétration dans un monde nouveau. Le prof est sourd-muet et donc nous ne communiquons que par les gestes, et pas encore par les signes. Le gars a donc commencé le plus simplement du monde en jouant les Mime Marceau et en nous inculquant les premiers signes de base ainsi que l’alphabet. Il était plutôt comique de nous voir en un silence éloquent entrecoupé de ricanements nerveux devant l’ironie de certaines situations.

« Ah mais là c’est bonjour ? »
« Ah mais, merci c’est la même chose ? »

« ‘tain j’entrave queudddd’ ! » (ça c’est moi qui parle)

Et ma première phrase épelée en langage des signes qui a fait beaucoup rire mon prof mais pas les collègues de la grossbouâte qui sont plutôt restés interdits.

Ma première phrase en langage des signes

(Ca déchire sa race ce keutru !)

Je suis content de cette initiative de mon entreprise qui s’inscrit dans un programme plus large de sensibilisation au handicap dont j’avais déjà fait mention un autre jour. J’avais justement rencontré un sourd un jour, et j’étais tout honteux de ne pouvoir même pas communiquer avec lui, ou même échanger quelques politesses pour montrer que je n’étais pas un sauvageon. En plus, il était vachement sexy ce con, et j’ai même pas pu savoir s’il était pédé, même si mon gaydar crépitait de toute ses cellules sensibles (mais bon parfois, il y a des interférences avec mon taux de testostérone).

J’ai toujours été fasciné par ce moyen de communication « sans parole » qui a l’air de permettre des conversations tout à fait fluides et rapides entre deux personnes. En outre, les gestes exprimant l’intégralité des éléments du discours, les sourds ont alors recours à une gamme d’expressions que nous délaissons complètement. Alors que nous nous concentrions sur nos doigts endoloris, le prof nous a subtilement fait comprendre que les expressions du corps et du visage sont finalement la ponctuation, les tons et tous les éléments métalinguistiques qui ajoutent de la vie à un dialogue. En effet, la mobilité de son visage est épatante, et il ajoutait à son parler « manuel » des kyrielles de clignements, sourires et subtils regards qui paraissaient comme autant de nuances qu’un habile rhétoriqueur.

J’ai eu ce déclic quant à la communication entre les êtres lorsque mon père m’avait fait partager il y a des années sa passion pour un film d’exception : Miracle en Alabama. Ce film de 1962, avec Anne Bancroft, raconte l’histoire vraie d’Helen Keller, une petite fille née sourde, muette et aveugle. Cette gamine qui ne communique donc que par l’odorat, le toucher et l’ouie, est une sauvageonne plus ou moins maîtrisée par des parents impuissants. Une éducatrice va lui tenter de lui inculquer le langage des signes (en lui faisant des signes dans le creux de la main et se servant du toucher). Mais tout le combat consistera à faire comprendre à la fille le lien entre ces signes et ce qu’ils signifient vraiment (alors qu’on ne peut rien lui expliquer, qu’elle ne sait pas ce qu’est une lettre de l’alphabet etc.). Il s’agit d’un monument du cinéma qui n’est pas assez connu, et qui ne peut laisser indifférent. Surtout quand on sait que la même Helen Keller obtint son diplôme universitaire avec honneurs en 1904…

Tiens, puisqu’on parle de main, figurez-vous que j’ai réagi hier soir… au lit avec un mec, un gaucher. Je crois que plus des trois-quarts des mecs avec lesquels je suis sorti sont des gauchers ! C’est drôle ça non, en tout cas une sacrée surreprésentation ? A moins qu’il n’y ait pas mal de gauchers chez les pédés ?

Moi au lit avec un mec ? J’ai dit ça ? Naaaaan. :mrgreen:

16 Commentaires

  1. je remue les mains en signe de bravo ! (pour les cours, pas pour le gaucher… quoi que…)
    * folle de jalousie * j’adorerai suivre ces cours… tu crois que je peux m’incruster… j’me f’rai tout discret !

  2. Bravo Matoo! Décidément j’adore ton blog ! J’ai pris il y a dix ans des cours de L.S.F. . Le problème pour moi n’était pas tant au niveau des doigts (j’avais, il est vrai, des années de Czerny derrière moi) que de mon pauvre cerveau qui ressortait tout déboussolé (d’autant que j’ai quelques problèmes avec ces notions perverses d’ « en-haut à droite » ou « en-bas à gauche » etc.). J’étais fasciné à l’époque par une émission appelée « L’Oeil et la Main » et puis j’avais eu dans mon enfance un jeune camarade sourd. C’est une langue extrêment belle, et avec le temps on se rend compte que chacun a son phrasé, sa « voix », etc. Les expressions faciales sont absolument essentielles et, si tu te souviens du clip « Savoir Aimer » de Florent Pagny, ce dernier n’exprimait finalement pas grand chose car son visage ne « disait » rien .La plus grosse difficulté est de passer d’un français signé à une réelle langue des signes. J’ai dû arrêter et n’ai jamais repris, je le regrette , mais qui sait ? Peut-être un jour… L’histoire de cette langue est aussi passionnante. Enfin pour conclure, j’ai été sidéré une fois par une conversation avec une élève orthophoniste lorsque je lui ai parlé de la L.S.F. ; pour elle tout passait par l’oralisation ou l’implant cochléaire, elle considérait cette langue avec mépris et disait souhaiter sa disparition. Bon, je vais m’arrêter là car tu viens d’ouvrir en moi la boite aux émotions et je pourrais parler des heures.
    Yann.

  3. D’ailleur, il existe un livre sur l’histoire d’Helen Keller, je ne sia splus ni le titre exact ni l’auteur, mais je crois justement qu’il s’agit de son auto-biographie. Un petit tour par amazon permettrai de confirmer. En tout cas, je l’avais bien aimé. Hââ, cette :censure: grossbouâte, qu’est ce qu’elle est bien…;-)

  4. Tu pourras poser une question pour moi? J’ai entendu dire que le langage sourd-muet était plus ou moins international, c’est-à-dire qu’il pouvait permettre de se comprendre (à peu près) même quand on ne connaissait pas la langue de l’autre. J’aimerais savoir si c’est vrai, ou juste un hoax.

    (PS: essaie de voir si les gauchers portent à droite, please. C’est une étude purement scientifique :cool: )

  5. Alice > la langue des signes n’est pas internationale, et varie d’un pays à l’autre. Elle varie même d’une ville à l’autre dans un même pays sur de nombreux points, en particulier locaux (par ex, à Orléans on dit bibliothèque en faisant des vagues avec les mains à cause de l’architecture du bâtiment, mais ailleurs on évoque une rangée de livres). En revanche, il faut grosso modo 15 minutes pour deux pratiquants de pays différents pour arriver à se comprendre. La « précision » du geste n’est pas si importante qu’elle en a l’air, et les sourds eux-même ne parlent pas un langue de signes « pure », mais très déformée, et avec un syntaxe peu orthodoxe en général. L’essentiel se joue avec le faciès, l’expression du visage, etc. Ainsi, Florent Pagny avec sa chanson nulle a aussi fait un clip de merde, juste pour faire le beau : il signe sans aucune forme d’expression, pour un sourd ça ne veut rien dire.

  6. « Miracle en Alabama » est vraiment un film formidable dont on ne parle pas assez – merci de le faire ici.. Anne Bancroft (qui nous a malheureusement quitté au début de ce mois ) y est vraiment incroyable… Ce film est brillant, à tout point de vue: Le jeu des acteurs, l’histoire « vraie », la réalisation… je suis fan !!!

    Les gauchers seraient-ils plus adroits ?

  7. Quelle bonne initiative! Et c’est ta boite qui te paye ça? Petit veinard!!! Je suis jaloux comme tout! Enfin y’a des atelier sur la LSF aux UEEH cet ete, je vais donc tacher d’en profiter! Pour miracle en alabama (the miracle worker) je l’ai fait etudier en cours y’a 3 ans je crois à une classe de 3e difficile et (passé les ricannement sur le film en noir et blanc: genre « le prof il a l’air jeune mais en vrai c’est un fossile ») ils ont plutot bien accoché! Et ha, Anne Bancroft /mrs Robinson (http://www.u-blog.net/slb/note/113), j’en suis tout ému quand j’y pense… Quelqu’un l’a vu dans son rôle de mère juive possessive mais adorable d’un gay( et transformiste en plus!) dans le new-york des années 70-80 dans Torch Song Trilogy? Si ce n’est pas le cas allez vite le chercher ( ça doit pas être siimple à trouver, mais c’est un de mes films préférés!!!!)
    Au fait, suis gaucher moi aussi…

  8. J’adore ces commentaires entre langage des signes et « gaucheries » en tout genre ! :mrgreen:
    Oui oui c’est la boite qui organise et paie cela, à raison d’une heure par semaine.

  9. Au fait juste une précision, Helen Keller n’est pas sourde muette aveugle de naissance, mais suite à une maladire infantile. Et pour info, le livre (à partir de 12 ans, c’est bon on peut tous le lire…) s’intitule « L’Histoire d’Helen Keller » par Lorena A. Hickoc.

  10. Tiens c’est marrant on doit bosser au même endroit (bon et vu le firewall que tu as (vu plus bas ), c’est clair :)). J’ai des collègues qui sont revenues charmées de la formation, tout ça me fait presque regretter de pas m’y être inscrit ;)

  11. Hellen Keller, mon idole, je l’admire énormément. Petite précision au passage, elle n’est pas née aveugle sourde et muette, mais a eu une grave maladie dans sa petite enfance (vraisemblablement une méningite) qui lui a coûté ses sens.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages