Traitement de l’information : qui croire ?

Après quelques jours donc, les choses se précisent quant aux deux jeunes iraniens pendus. Ils ne le seraient pas pour « homosexualité » comme l’avaient d’abord rapidement relayé les associations gays (et moi), mais pour avoir agressé et abusé sexuellement un jeune garçon de 13 ans (Le Monde du 23 juillet 2005).

Et voilà aussi ce que certains médias (gays) ajoutent à ce genre de nouvelles : « Cependant cette dernière information apparaît comme un rajout destiné à rendre cette exécution plus « acceptable » », comme le rapporte Matt sur la home de GA.

Nous voilà donc face à une habituelle controverse entre la version politiquement correcte avancée par le pays, et ce que subodorent des militants peut-être un peu trop aveuglés par leur credo politiques, mais peut-être aussi particulièrement éclairés par leur connaissance du terrain ?

Evidemment, la peine de mort est une hérésie pour moi, et le fait que l’Iran ait dans sa législation de quoi autoriser la peine capitale pour les hommes à partir de 15 ans, et les femmes à partir de 9 ans, est assez représentatif de l’ambiance pénale de ce pays. Donc je condamne toujours aussi implacablement cette exécution, mais je mets un bémol sur les affirmations d’accusation pour « sodomie » puisque ça n’a pas l’air d’être concrètement le cas.

Si on écoute ce que déclarent les autorités chinoises sur certains dissidents, on peut trouver le même genre de manipulation de l’information, alors qu’on sait que certaines de ces personnes sont de véritables victimes du pouvoir et de leur lutte pour plus de démocratie et de liberté dans leur pays. Et similairement, la France a su, en son temps, manipulé la vérité pour minimiser son implication et ses fautes dans certains événements.

Un certain Dr Cinoque, dans les commentaires de ce même article de Matt, donne un exemple assez similaire et intéressant (mais encore une fois, qui croire ?) :

Le problème, c’est effectivement l’information. D’accord : toute condamnation à mort est, par essence, condamnable. Mais il ne faut jamais oublier qu’avant que d’arriver jusqu’à nous sous une forme ou l’autre, l’information passe par quantité de systèmes, d’organisation et de machines ; que ces systèmes doivent aussi être viables économiquement – à défaut de quoi, ils disparaissent et peut-être vaut-il mieux une information mauvaise que pas d’information du tout… peut-être ? – et que plus ces systèmes coûtent cher, plus on doit les « faire tourner » pour rentabiliser. Un journal ou une chaîne télé, ce sont aussi des employés et donc des salaires, depuis les journalistes et les présentateurs jusqu’aux femmes de ménage.
Puisque ce qui touche le plus le lecteur ou le spectateur, c’est l’émotion, viendrait-elle à contresens de la « réalité » (et notre ami bouddhiste me comprendra), on donnera donc de l’émotion, au détriment de l’information – ou plutôt de son contenu – elle-même. Ex : une photo d’un chien thorax grand ouvert sur une table d’opération en en-tête d’un article contre la vivisection… Manque de pot, il s’agissait à l’origine d’une photo d’une opération « à coeur ouvert » pour tenter de sauver la vie du chien en question. C’est donc, on le voit, de détournement d’émotion qu’il s’agit dans ce cas particulier.
De cette façon et à défaut d’honnêteté, le système devient très vite pernicieux, comme tout ce en quoi l’économique prime sur le reste. Donc, l’information devient délibérément dramatique, pour agir sur notre émotivité, d’abord et avant tout. Faute de quoi, elle ne se « vend » pas…
Autre exemple : en 82, j’ai eu la « chance » d’assister à une exécution de ce genre à Riyadh : deux officiers de police avaient poursuivi un homme, d’abord avec leur voiture de police, puis à pied dans un chantier, et là, ils avaient abusé de lui sous la menace de leur arme de service. Avant l’exécution publique, devant la grande Mosquée de Riyadh le vendredi après-midi après la prière, on leur a lu l’acte d’accusation, fort long, qui reprenait tous les éléments que je viens de citer ainsi que le verdict : « Condamnés à mort pour avoir abusé des pouvoirs et des instruments que leur fonction mettaient à leur disposition en les détournant pour commettre des actes abominables. » Au fur et à mesure, l’accusation et le verdict m’ont été traduits par l’un de mes amis saoudiens, prof de français et qui avait fait toutes ses études en Suisse. Je vous passe le reste : la décollation au sabre n’est pas un spectacle agréable en soi.
QQ jours plus tard, je tombe, à l’aéroport de Djeddah, sur « Le Monde ». En dernière page, juste un entrefilet  » Exécution capitale à Riyahd la semaine dernière : deux policiers ont été décapités pour homosexualité… »
Pensez-vous que cette « information » ait en quoi que ce soit rendu compte de ce qui s’était réellement passé ? Non : elle donnait simplement à croire aux lecteurs du Monde qu’en Arabie Saoudite, on décapitait les pd, et donc que les Saoudiens étaient des barbares.
Voilà pourquoi je dis : soyez toujours sur vos gardes, l’information est aujourd’hui une marchandise comme une autre, avec un détail toutefois : sa date de péremption n’atteint pas les 24 heures !
Et rappelez-vous aussi la définition de l’information qui me fut donnée autrefois par mon prof d’informatique (puisqu’on l’oublie trop, l’informatique c’est aussi l’ensemble des lois qui régissent l’information…)
« Qu’est qu’une information ? C’est une connaissance que vous allez chercher ou que l’on vous apporte, que vous n’aviez pas jusque là et que vous allez pouvoir utiliser. Si vous aviez déjà cette connaissance auparavant, ce n’est plus une information ; si vous ne pouvez rien en faire, ce n’est pas une information… »
Si vous passez toutes les prétendues « informations » dont on nous inonde quotidiennement à ce crible, vous verrez qu’il ne restera pas grand’chose…
Bien entendu, tout cela n’ôte rien à la barbarie qui consiste à tuer l’autre parce qu’il est différent de soi. Mais là, je crains fort que nous ne soyons pas au bout de nos peines…
Dr C.

Et elizabethtessier de conclure dans le même fil de commentaires :

Ne pourrait-on pas tout simplement s’élever contre la torture et la peine de mort ? Nonobstant qu’on s’en foute qu’ils soient homosexuels ou pas, violeurs ou victimes ? Faudrait-il un Blackattitude pour condamner les exécutions capitales aux USA qui touchent en majorité la population de « couleur » ? Un Chinoisattitude pour les exécutions sommaires en Chine ? Ne pas oublier que la peine de mort sans jugement vient d’être rétablie au RU et qu’elle sera appliquée à tout innocent jugé coupable à cause de la couleur de sa peau. Les flics anglais auraient-ils assassiné un blond à peau clair et à coupe rose de la même manière ?
Alors signez la pétition, même ces 2 gamins ne sont pas si innocents que ça.

Outre cela, dans une autre thèmatique, Michel de remettre Tatchell à sa place avec cette expression en effet terriblement déplacée et outrancière : « barbarie fasciste-islamiste d’Iran ». Il est bien ce petit Michel. :mrgreen:

Et moi de finir par l’expression de ma circonspection la plus entière sur cette histoire. Au fond, je sais pertinemment que l’Iran est un état homophobe, comme la majorité des états du monde. Et l’homosexualité a certainement eu une part non négligeable dans les jugements et condamnations même si elle n’a pas été clairement et directement citée comme motif.

19 Commentaires

  1. Libé avait dès samedi je crois indiqué que l’incrimination était « pour pédophilie » et non pour homosexualité. Il est vrai qu’en Iran, j’imagine que la distinction n’est pas bien nette. Et par ailleurs, des garçons de 17 ans qui violent un garçon de 13, c’est un viol, de là à le dire pédophile. Bravo en tout cas pour ta prudence qui t’honore. Car ces dizaines de posts sur le sujet commençaient à m’énerver: quand on ne sait rien, on se tait. Ou alors on écrit un message comme le tien, mesuré, et juste dans sa neutralité. Salutations.

  2. Je vous rappelle au passage que les lois relative à l’âge de la majorité sexuelle sont différentes selon les pays. Et que même des pays amis tuent des mineurs… mais jouent les hypocrites en attendant leurs 18 ans (et je vise bien sûr les états unis). Si ces gamins sont des violeurs, qu’ils soient jugés. C’est effectivement la violence et la peine de mort des justices « islamistes » qui doit être montrée du doigt. Et soit dit quand même, la haine de l’homosexualité existe et agrave à coup sûr tout !

  3. D’après Têtu, la condamnation pour viol vient du fait qu’un des partenaires avait 13 ans. Or c’est en-dessous de la majorité sexuelle en Iran, donc les relations ont été jugées de facto non consenties, d’où le qualificatif de « viol » qui a été fatal aux deux plus âgés. Il ne s’agit donc pas de pédophilie.

  4. même si ces deux jeunes là n’ont pas été exécutés pour homosexualité, je doute que le cas ne soit jamais arrivé en Iran donc la colère et le dégoût sont malgré tout légitimes.
    De toute façon n’importe quelle exécution ne m’inspire que colère et dégoût…

  5. chapichapo > heu… j’ai tapé trop vite sans pouvoir lire. Je dirais plutôt : la justice fondée sur des principes religieux, de manière générale… « islamiste » voulant dire, comme nos chers journalistes nous l’assènent tout le temps « extrêmistes dangereux qui se réclament de l’Islam ».
    Olivier > that’s too easy

  6. Xennias > Bah techniquement, la pédophilie, ça conerne toute relation sexuelle avec quelqu’un de mineur sexuellement, non ?

    Matoo > très vite cette histoire de viol est sortie. Bizarrement elle est absente de ce qui semble avoir été le premier article d’un média iranien sur le sujet, celui de l’ISNA (qui a aussi pris les photos).

    Tatchell a sans doute des défauts, mais il maîtrise assez bien son sujet, donc s’il affirme qu’un régime comme l’Iran utilise régulièrement le prétexte du viol pour justifier ses exécutions capitales, je pense qu’il faut le croire.

    Par ailleurs, effectivement, la peine de mort est condamnable, un pays qui condamne à mort les homosexuels est doublement condamnable (puisque condamnant à une condamnation condamnable un comportement sexuel qui n’a pas à l’être) (vous suivez toujors ? :petard:)

    Donc cette exécution doit être condamnée dans tous les cas, mais c’est un peu normal que nous, blogueurs pédés, mettions en avant l’homosexualité des pauvres ados…

  7. Si la victime en question avait été une fille, les deux adolescents n’auraient sûrement pas été condamnés à mort. Il est hypocrite donc de citer la pédophilie comme « motif ». Il peut y avoir déformation de l’information par les médias, mais aussi à la source : par le système judiciaire ou politique.

  8. Il faut arrêter un peu avec ces histoires de « pédophilie ». Non, la pédophilie, ce n’est pas juste avoir de relations sexuelles avec une personne mineure sexuellement. C’est désirer sexuellement des enfants, alors qu’on est un adulte. C’est quand même très différent. Des adolescentes qui se sont fait dépuceler à 13 ans dans mon lycée, il y en eu pas mal, et pour autant, ce n’était pas des actes pédophiles. Les mecs avec qui elles avaient couché étaient des ados comme elles, et ça n’a choqué personne. C’est quand même pas comparable avec des adultes qui tripottent des gamin(e)s prépubères !

  9. Euh, Xennias, partout dans le monde, les relations avec un enfant (même « consentant »: et ce genre de consentement, on sait ce que ça vaut… un enfant de 13 ans peut-il être « consentant »?) sont considérées comme de la pédophilie.

    Pour le reste, restons prudent, c’est tout. Après tout, c’est un sujet trop sensible pour être traité à la légère.

  10. En ce qui me concerne, je me rappelle que les damoiseaux avaient 16 ans au moment des faits, et deux garçons de 16 ans qui jouent à touche-pipi avec un autre de 13, ça relève plus du jeu d’adolescents que du viol pédophile.

    Ceux d’entre vous qui prétendraient ne pas avoir eu des fantasmes de jeux avec des un-peu-plus-grands à 13 ans sont soit des hypocrites, soit pas encore sexués à cet âge-là.

  11. je rejoins le point de vue de tout ceux qui disent qu’il ne peut y avoir de raison « juste » de condamner à mort en général et des ados en particulier.
    Que le motif soit l’homosexualité ou le viol (consenti ou non – on ne saura jamais ce qui se passe dans la tête du gamin de 13 ans), l’acte judiciaire d’oter la vie reste abjecte. Et je n’arrive pas à établir des echelles de valeur dans l’horreur.
    Peu importe les raisons, cette condamnation à mort reflete un système judiciaire à vomir.

  12. Chapichapo, j’ai dû mal m’exprimer et je ne me suis pas fait bien comprendre. Je ne prône absolument pas la liberté sexuelle avec ou entre mineurs. Je trouve personnellement, que 13 ans c’est trop tôt pour commencer et que la limite fixée par la loi française (15 ans) est tout à fait pertinente.
    Ce que je voulais dire, c’est que la notion de pédophilie, qui n’est pas une notion juridique, renvoie à une différence d’âge. Elle s’applique aux relations adulte-enfant et adulte-jeune ado, mais certainement pas aux relations ado-ado. Dans le même ordre d’idée, lorsque j’aurai 60 ans et que je coucherai avec des mecs de mon âge, qu’on ne vienne pas me dire que je suis gérontophile ! Il est important qu’on use des mots à bon escient et qu’on ne mélange pas tout. La pédophilie n’est pas juste liée à une question de majorité sexuelle.
    En outre, ce que je constate, pour des cas limites comme celui-ci, c’est qu’on est beaucoup moins indulgent s’il s’agit d’une relation homo qu’hétéro. En effet, avec une relation hétéro, on trouve toujours dans notre entourage un cas similaire qui nous fait dire que finalement, ça reste plus ou moins acceptable.

  13. Je suis d’accord avec toi Xennias, mais là le plus important serait de savoir si oui ou non, il y a eu viol ou agression, menace ou rapports sexuels sous une quelconque contrainte avec ce garçon de 13 ans. Alors ils seraient coupables pour nous tous, pas condamnables à la peine de mort évidemment, mais coupables tout de même.

  14. Xennias > En France, un ado de 15 ans et un jour qui couche avec un ado de 15 ans moins un jour commet un acte tout aussi illégal que s’il avait 20, 30, 40 ou 70 ans.

    On peut trouver ça con, mais c’est la loi.

    Le problème, c’est que la question du consentement est très subjective, et celle de la maturité aussi. Certais sauront très bien ce qu’ils veulent à 14 ans (ce qui peut vouloir dire coucher avec un mec de 25 ou 40 ans), et d’autres, à 17 ou 18, pourront très bien ne pas du tout savoir, et se laisser embarquer dans un relation sexelle « consentante » sans avoir réellement la maturité pour ça.

    Mais la loi doit bien fixer des limites en terme d’âge.

  15. Je ne commenterai pas l’affaire car je ne l’ai pas suivi. Cependant, j’ajouterai que la plupart des pays pratiquant la peine de mort, on ne s’embarasse pas avec la recherche de preuves. Une bonne dénonciation et quelques scéances de tortures suffisent à obtenir les aveux.
    Pendant ce temps-là, côté français, certains producteurs de télés sans scrupule regrettent certainement qu’on ne puisse pas créer des émissions live sur les exécutions publiques.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages