Good Catholics use Condom

Un article de Média-G (Le Parisien) rapporte quelques paroles malheureuses de jeunes gens, lors des JMJ, à propos de l’utilisation du préservatif. Perturbant.

21 Commentaires

  1. C’est encore pire quand tu vois ces réactions en images.
    Malheureusement, j’en ai vue un petit florilège sur I télé, j’ai même hésité à faire une vidéo et la mettre sur mon blogg mais j’ai renoncé pour ne pas attirer tout les intégristes catholiques sur mon blogg:shock:

  2. A quoi pouviez vous vous attendre ? D’une part on leur martelle ces conneries depuis des années, alors comme ce sont des personnes en qui ils croient qui le disent, ils les pensent vraies. D’autre part, ce sont des fondamentalistes, faut pas l’oublier, qui vont là bas.
    L’ennui, c’est que (chiffres à l’appuie) les fondamentalistes (aux USA) ont encore plus de rapports sexuels que les autres. Sauf que ce ne sont pas des pénétrations vaginales… et qu’ils n’utilisent aucune protection…
    Un mec m’a même répondu hier que le sida et la trithérapie, c’était comme le diabète et l’insuline… ils n’ont pas compris du tout et c’est à :berk:

  3. « Le sida, ça se soigne maintenant. »
    Ben oui, ça se soigne, mais ça ne se guerit pas

    « Le préservatif, c’est pas sûr à 100 %. »
    Malheureusement, rien n’est sur à 100%

    Les deux autres sont effectivement des belles conneries :)

  4. Matthieu> Moi la comparaison avec le diabète me parait assez inepte. Ca ne refile pas lors d’un rapport sexuel. Ca ne se transmet pas par voie sanguine. Ce n’est pas une maladie mortelle à priori. Les traitements contre le Sida ne sont pas efficaces de la même manière pour tous et toutes, et sont associés de contraites bien plus terribles qu’une piqure d’un produit. Le diabète n’est pas non plus la permanente épée de Damoclès qui fait se dire qu’on peut y passer d’un jour à l’autre simplement parce que les traitements ne fonctionnent plus ou que des putains de T4 se font plus rare. Non vraiment, ça n’a rien à voir dans mon esprit.

  5. non je veux bien comprendree qu’on martelle a ces gens que ci ou ca… mais bon même dans la foi il faut être capable de faire la part des choses… Suivre aveuglement ce que l’on te dit sans te faire ta propre idée… c’est vraiment navrant… De la à comparer le sida et le diabète… enfin ca doit être comme comparer l’homosexualité à une maladie mentale… :berk:

  6. Je comprends que les préservatifs soient inutiles aux bons catholiques mais bon, certaines réactions font froid dans le dos… Surtout l’excuse bidon du « c’est pas efficace à 99% »

  7. au risque de faire dans le lourd (domaine ou j’excelle) et pour continuer sur le dernier comment de Lewis, on peut finalement comparer Dieu au monstre du Lockness. Ya plein de monde qui y croit et on a aucune preuve de son existance… bon je vais m’arrêter la moi je crois que ce sujet à tendance à m’enerver un peu!!! :mur:

  8. Evidemment ce sont de pauvres cons… Mais je crois aussi qu’il faut se méfier des médias, bien trop heureux de montrer des jeunes cathos comme on se les imagine : co(i)n(cé)s et réacs, suivant aveuglément les prescriptions du méchant cardinal Ratziner, bête noire des journalistes depuis son élection. La presse ne se remettra jamais de la non-élection d’un pape issu d’un pays en développement, et pourtant Dieu sait s’ils appelaient celle-ci de leurs voeux ! Il fallait voir tous les reportages qui préparaient le suspens dans ce sens et la déception finale. Seule consolation : « Benoit XVI ne devrait pas vivre trop longtemps… » (il faut quand même avoir un sacré culot pour faire ce genre de commentaire en direct)
    Bref, je ne suis pas sûr que tous les cathos pensent comme le panel soigneusement sélectionnés par i-télé même s’il est vrai que leur Eglise donne furieusement l’impression de jouer en permanence à la Police des Braguettes plutôt que de se préoccuper de ce qui lui revient en propre : la spiritualité. Certains protestants et les églises orthodoxes ne font pas tant de bruit autour de ces questions qui relèvent de la morale privée. Je trouve cette attitude beaucoup plus saine.

  9. le diabète « Ce n’est pas une maladie mortelle à priori »… Matoo, tu es un chaton adorable mais ne parle pas de ce que tu ne connais pas… Le diabète est mortel et j’en sais quelque chose, c’est récurrent dans ma famille.
    En ce qui concerne les connards qui sont aux jmj à applaudir le nouvel étron papal, fallait pas attendre mieux. ces raclures sont les ennemis des homos, quoi qu’ils en disent… et surtout lorsqu’ils montrent de la compassion, souvent simulée. J’ai eu ces ordures d’intégristes face à moi pendant 6 ans de volontariat à Aides. Plus jamais je ne foutrait les pieds dans une église, un temple ou une foutue synagogue.

  10. On traite un simple catholique, on applaudit.
    On traite un homo, on crie à l’homophobie.

    Veuillez rester calme et réfléchir à ce que vous dites… En fait, z’êtes aigris parce que la bible ne dit « L’homosexualité, c’est fun » et vous vus sentez exclu, différent… mais c’est vous qui vous isolez hein avec vos dépressions et autres hypocondries paranoïaques… En clair, certains commentaires de ces intégristes pédés sont autant gerbants que ceux des pires extrémistes que la Terre n’a jamais enfanté… Amen!

  11. « En fait, z’êtes aigris parce que la bible ne dit “L’homosexualité, c’est fun” et vous vus sentez exclu, différent »: je ne me sens pas exclu… en fait je ne me sens pas concerné du tout de cet amassis d’imbecilité qu’est la bible. En revanche, les différents etrons papaux qui se succèdent feraient mieux de fermer leur gueule plutôt que de dire des conneries qui engendrent la mort de millions de personnes. Quant à être gerbant, sûrement… pour tous les culs-bénis et autres abrutis intégristes.

  12. Marc> En fait je déteste faire des comparaisons de « qualité » entre les maladies, je trouve cela très malsain. C’est pour cela que j’avais mis « a priori » puisque je sais que ce n’est pas aussi simple. Et lorsqu’on a un exemple autour de soi, son jugement est toujours plus afuté mais aussi plus subjectif.

  13. Matoo, il n’était pas question de faire des comparaison de qualité. J’ai été au moins autant touché dans mon entourage par le sida que par le diabète. Ce que je voulais dire, c’est:
    le sida tu.le diabète tue. et pas a priori.
    rien de plus :) !

  14. D’accord avec Pjour sur la question de la spiritualité. L’église catholique – l’institution, hein, pas l’Eglise elle-même – se fourvoie assez radicalement dans la gestion idéologique du monde. Institution essentiellement mondaine, l’église catholique ne me semble plus guère capable que de théologie – cette variante de la philosophie où l’existence de Dieu constitue un axiome indépassable : gestion intellectuelle de la foi, qui, elle, ne l’est pas – et de contrôle d’une superstition bien ordonnée. On ne s’étonnera pas qu’elle reste insensible aux cris parfois issus de ses rangs mêmes, rappelant que le message du Christ est celui de l’amour.

    Il faut à ce titre relire la tirade d’Ivan Karamazov (« L’Inquisiteur ») dans le roman éponyme de Dostoïevsky : le Christ revient sur terre, en Espagne, est reconnu par l’inquisiteur alors que sur un parvis, il fait des miracles, et se fait arrêter par lui. S’ensuit, dans sa geôle, un monologue de l’homme d’église – le Christ ne répond jamais – qui relate les raisons – c’en sont, véritablement – pour lesquelles le catholicisme s’est rallié au Tentateur. Indépassable. Et, à mon sens, d’un certain point de vue, parfaitement défendable.

    Auourd’hui, le catholoicisme est fort actif. Des choses dont il s’occupe, peu concernent le message du Christ. Qui comprent aujourd’hui quel il fut réellement, dans sa radicalité. Il est clair qu’aujourd’hui, l’église se contente fort bien d’un régime où elle peut nous faire croire que l’homme est fait pour le Sabbat – pour les messages issus du Vatican. Croire c’est ne rien accepter sans l’avoir mis à l’épreuve. Ainsi certain de mes amis refuse de faire sa première communion, malgré l’envie sincère qu’ils en a par ailleurs : le clivage entre l’appel intérieur et la réalité mondaine de l’église est trop important. Une église qui refuse la mise à l’épreuve est un chien de l’enfer.

    Un bémol sur tout cela : il y a des catholiques sincères, fort dubitatifs quant aux messages de l’institution, et, ici comme ailleurs, des gens tout-à-fait extraordinaires, croyants malgré cela. Car l’espérance chrétienne, c’est aussi de savoir la faillibilité de l’église, et de ne pas la confondre avec sa contrepartie spirituelle, l’Eglise, qui fait de tout autre mon proochain en lequel se réalise la proximité (immédiate) du Royaume des Cieux.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages