Une auto-félonie qui tourne mal

Eh oui, ce matin j’ai été obnubiblié ! En fait, j’ai commencé un roman mardi matin en allant au taf, et j’ai immédiatement été séduit. Il s’agit du genre de bouquin tellement marquant et qui m’emballe à un point que je continue à lire dans les couloirs, les escalators et les tourniquets du métro. Je suis totalement embarqué dans le récit et l’histoire. L’intrigue m’a captivé et aspiré dès les premiers paragraphes.

Le genre de roman qui rentrera certainement dans mon panthéon de la littérature (ces vingt bouquins qui m’ont marqué) lorsque je l’aurais terminé. Je prends un tel plaisir tous les matins et les soirs à lire ce livre, que j’ai pensé à y consacrer une soirée. Et puis je me suis dit qu’au contraire, il fallait que je profite de cette période délectable et que je joue un peu avec mes nerfs. Donc je fais mon possible pour lire à la même vitesse, à ne pas ouvrir le bouquin en dehors des transports (exclusivement consacrés à la lecture ou à l’écoute de podcasts). Je joue à ce petit jeu SM jubilatoire tous les jours : la douleur de l’abandon compensée par la jouissance de la reprise.

On oublie souvent un peu un bout de la narration ou bien des personnages (surtout en début de roman), et parfois je dois reprendre quelques pages avant, mais là ce n’est pas le cas. Je me remets immédiatement à l’attaque de la ligne que j’avais laissée à regret le matin même ou la veille au soir en arrivant à Goncourt. 409 pages, et j’en suis à la page 191… je sens que je fais en faire une bouchée ce week-end, où je me paye en plus un trajet de TGV assez long.

Ce matin, une femme en face de moi dans le RER essayait de déchiffrer le titre sur la couverture. Elle devait être étonnée de ma tronche de type complètement dévoré par sa lecture. J’ai soulevé le bouquin en souriant et je lui ai dit « Rolalalala, c’est top ! ». Et elle m’a souri en répliquant « En effet, ça a l’air ! ».

J’ai chopé le tramway à la Défense comme tous les matins, et comme hier j’ai raté la station à laquelle je descends. Heureusement, je peux aussi descendre à la suivante sans trop avoir à marcher. Donc je fais ça, et puis je commence à marcher vers la bonne sortie qui est à l’arrière. J’ai alors pratiqué une honteuse auto-félonie (non, non, non, ce n’est pas sexuel bande de pervers !) dont je ne suis pas fier : j’ai voulu terminer la page.

Je tiens donc mon bouquin ouvert et comme je connais le chemin par coeur, j’y vais bille en tête le long du quai. Et bille en tête, je m’emplafonne la gueule contre la vitre de l’abri de tram ! Baaaaaaaaaaam ça fait, et moi je lâche mon bouquin, et comme dans un bon Tex Avery : je vois des étoiles. Comme j’étais après tous les gens, personne ne m’a grillé, mais une dame s’est tout de même retournée, certainement aiguillonnée par le grand baaaaaaaaaaam. J’étais en train de ramasser mon livre, en essayant de tenir debout car ça tournait un peu autour de moi. Elle me dit : « ça va ? », et je lui réponds : « Ouai grave, je me suis juste rétamé dans la vitre de l’abri. » avec un grand sourire rigolard. Elle m’a jeté un regard dubitatif, a remis en place son faux carré Hermès et ses fausses boucles d’oreilles Agatha en forme de chien, et s’en est allée bougonne (mais je crois qu’elle ne doit pas souvent faire une autre tête).

J’ai sagement rangé mon bouquin, et m’en suis allé moi aussi gagner ma vie. Et ce soir, j’ai une belle bosse qui vient décorer mon front. Du coup, je ne sais même plus où j’en suis dans ma lecture, pour une fois je vais devoir reprendre la page à son début toute à l’heure. Bonheur ! ;-)

24 Commentaires

  1. ralala……quand la lecture devient une urgence, vitale…( j’adore ) quand un livre devient une drogue dure …. sensations déja vécues…. cette petite aventure se lit avec délectation … (Teasing ) … mais oui quel est donc ce livre ?

  2. Eh, eh, marcher tout en lisant demande de la technique et de l’entraînement pour ne pas se manger poteaux, voitures et vitres. Forcément, plus on est grand, plus c’est facile. Avec mes 1m95, j’ai toujours réussi à préserver mon intégrité physique!:petard:

  3. « En fait, j’ai commencé un roman mardi matin en allant au taf »

    Tu m’as fait peur, j’ai cru que avait commencé à écrire un roman ! Déjà qu’il y en a 663 pour la rentrée littéraire de cette année, si tu t’y mets aussi ! Remarque, ce ne serait pas pire.

    Allez, le Goncourt pour Matoo en 2006 ! Non, c’est juste un rêve. :petard: :oD

  4. J’ai les mêmes pratiques un peu SM avec certains livres mais je fonctionne par quota, je m’accorde x pages par jour pour faire durer le plaisir et pour dormir un peu… J’ai hâte de connaître ce livre passionnant. Ce n’est pas le meilleur bizz créé sur le Journal de Max tout de même ? ;o)

  5. Bon, tu nous dit c’est quoi ce bouquin ???!!! Moi, suis aussi dans un bouquin en ce moment, mais à fond dedans, mais je le lis que en avion, vu que je viens de me taper 12 heures là et que je m’en retape 5 demain, ça va avancer !!! ;-)

  6. Pov bibounet!… Mets de l’hemoclar!… Si tu veux porter plainte contre Jean Claude Decaux, n’hésite pas à me faire signe!… Gros bisous et bon rétablissement!!!!…. Au fait, c’est quoi ce PUTAIN DE BOUQUIN!!!!!…. ;) :mur:

  7. matoo> tu fais monter les enchères ? tu sais que nombreux sont ceux qui sont capables de tout pour avoir un titre de bouquin … perso, je vais être à cours, mais je ne suis pas de ceux qui se mettront à genoux pour savoir ce que tu lis en ce moment. d’ailleurs, je ne bois pas non plus.

    :mrgreen:

  8. Matoo, donne nous ton truc pour tomber sur des livres comme ça! Moi aussi j’aimerais pouvoir me vanter d’exploits comme le tien… faut dire que je suis dans un pays d’anglos alors déjà de lire en anglais, c’est pas pareil…:book: Enjoy!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages