Rosa Parks (1913-2005)

Rosa Parks est morte.

Elle était celle par qui avait véritablement commencé la lutte contre la ségrégation aux USA. En effet, en décembre 1955 à Montgomery en Alabama, cette femme de 42 ans avait refusé de laisser sa place à un blanc dans le bus. Elle fut accusée de « conduite désordonnée » et du payer une amende de 14 dollars. Cette affaire eut un grand retentissement dans la communauté black et un boycott des bus fut décidé (Martin Luther King était dans l’affaire). Pendant 381 jours, les noirs, 75% de la fréquentation des autobus, refusèrent de prendre ces transports racistes.

Avant cela : « en payant le même prix qu’un passager blanc, les Noirs devaient s’asseoir à l’arrière du bus aux places « colored » réservées aux personnes de couleur ; céder sans condition leur place en cas d’affluence et ne devaient jamais prendre place devant ou à côté d’un Blanc, même dans l’espace réservé. ». [source]

Impensable aujourd’hui, mais c’était bel et bien une réalité il y a seulement 50 ans.

Cela confirme tout le bien que je pense de la désobéissance civile lorsque des lois sont ineptes et « humainement anti-constitutionnelle ».

[Via slb]

7 Commentaires

  1. Oui mais comment faire accepter un boycot à la population gay, qui est 1. complétement shooté au shopping 2. politiquement axée sur la jouissance immédiate ?

    Respect à Rosa Parks, la femme qui a changé le monde en disant simplement « non ».

  2. La dépouille de Rosa Parks exposée au Capitole

    WASHINGTON (AFP) – L’Amérique fait ses adieux ce week-end à Rosa Parks, pionnière de la lutte pour les droits des noirs, dont la dépouille sera exposée pendant deux jours dans la rotonde du Capitole, une première pour une femme aux Etats-Unis où le racisme est toujours au coeur de la société.

    Rosa Parks sera la deuxième personne n’ayant jamais été fonctionnaire du gouvernement à recevoir cet honneur, après Pierre L’Enfant, l’architecte français de la ville de Washington, décédé en 1825.

    En refusant le 1er décembre 1955 de céder sa place à un homme blanc dans un autobus comme c’était alors la règle en Alabama, Rosa Parks avait lancé un vaste mouvement qui allait aboutir à l’abolition de la ségrégation raciale dans le sud des Etats-Unis.

    Elle est décédée lundi dernier à l’âge de 92 ans à Détroit (Michigan). Cette semaine, 200 autobus de la ville portent des rubans noirs pour honorer « la mère du mouvement pour les droits civiques », selon les termes du Sénat qui a approuvé à l’unanimité une résolution pour que sa dépouille reçoive un dernier hommage des Américains dans le hall du Congrès. La Chambre des représentants devait confirmer la résolution vendredi.

    « Donner à Mme Parks l’honneur de reposer ici est un testament de l’impact de sa vie tant sur l’Histoire que sur l’avenir de notre Nation, a déclaré le chef de la majorité républicaine au Sénat, Bill Frist.

    L’idée d’une veillée pour Mme Parks a été lancée par le représentant démocrate du Michigan John Conyers, pour lequel la militante des droits civiques avait travaillé pendant 20 ans.

    « Nous pensons qu’avoir sa dépouille dans la rotonde est probablement la façon la plus expressive du gouvernement de faire savoir à tous que l’héritage de Rosa Parks est assumé par le pouvoir législatif », a expliqué M. Conyers.

    Rosa Parks sera la deuxième personne noire américaine à recevoir un tel honneur après Jacob Chesnut, un officier de police du capitole tué dans une embuscade avec son collègue Mike Gibson.

    Leurs dépouilles avaient été exposées dans la rotonde. Cet honneur est généralement réservé aux anciens présidents ayant marqué leur époque : Abraham Lincoln, John F. Kennedy, Ronald Reagan.

    La dépouille de Mme Parks était visible à Montgomery (Alabama, sud) samedi. Une cérémonie religieuse est prévue dimanche. Elle voyagera ensuite jusqu’à Washington où elle sera exposée dimanche et lundi, avant de repartir pour Detroit où elle sera exposée de lundi soir à mercredi, jour de son enterrement.

    Condoleezza Rice, première femme noire secrétaire d’Etat, originaire comme Rosa Parks de l’Alabama (sud), s’est associée à l’hommage à une « pionnière des droits civils (…), qui a inspiré une génération entière de gens à lutter pour leur liberté ».

    En raison de son geste, Rosa Parks avait été arrêtée par la police. Peu après, une campagne de boycott contre la compagnie de bus avait été lancée, avec à sa tête un jeune pasteur noir, Martin Luther King. Le 13 novembre 1956, la Cour suprême des Etats-Unis avait déclaré les lois ségrégationnistes de l’Alabama illégales.

    La gestion désastreuse du cyclone Katrina à La Nouvelle-Orléans à la fin août a rappelé le profond malaise existant aux Etats-Unis face au racisme.

    Un sondage avait révélé à la mi-septembre que six noirs sur dix imputaient au racisme des autorités la lenteur des secours, alors que seulement un blanc sur huit pensait la même chose. 42% des plus de 1.000 morts provoqués par le cyclone Katrina étaient noirs, alors que cette communauté forme 32% de la population de l’Etat.

    Il y a dix jours, les militants pour les droits des noirs avaient rassemblé des milliers de personnes sur la grande esplanade monumentale de Washington pour dénoncer le sort encore réservé aux noirs.

    Selon les statistiques officielles, près du quart des noirs américains (24,7%) vivaient en dessous du seuil de pauvreté en 2004, une proportion deux fois plus élevée que celle enregistrée dans la population générale (12,7%).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages