Neuf-cinq

J’ai souvent évoqué mon 95 natal avec ces noms de villes qui résonnent pour moi comme des sons, images, impressions de jeunesse, de famille, de beaucoup de moments de bonheur, et aussi de désillusions, de difficile apprentissage de l’existence. Pontoise, Eragny, Courdimanche, Montgeroult, Boissy, Franconville, Eaubonne, Ermont, Herblay, Magny etc. Et puis Osny évidemment qui est la ville natale de ma maman, et mon havre de paix. Même quand j’évoque ma banlieue avec ses beaufferies ou ses traits les plus agaçants, je conserve en moi un incroyable attachement à Cergy et son agglomération.

Cergy, j’en connais tous les quartiers, des étangs où j’allais me baigner, au centre commercial où j’allais traîner mes guêtres, des bancs de la fac où j’allais user mes jeans au jardin de la Préfécture où nous allions refaire le monde en bons adolescents. Je n’ai pas peur à Cergy, même à la gare RER de Cergy Préfecture qui, on le dirait, a été designée en forme de coupe-gorge. Parce que Cergy, j’en ai arpenté les recoins depuis que je suis en culottes courtes avec pôpa et môman, et toute la smala. Je suis aujourd’hui, le type de ma famille qui s’est exilé de plus loin de cette ville, c’est dire !

Je disais que c’était le seul endroit où je voudrais vivre en dehors de Paris, car j’y suis tellement habitué que j’aime ce coin. Et pourtant je reconnais que c’est assez moche, mais pour moi c’est un environnement si familier que je ne peux pas le juger ainsi, et que même les offenses architecturales qui émaillent cette banlieue sont des repères que j’aime retrouver. La préf en pyramide inversée, la tour EDF, le théâtre des Arts avec son revêtement vert et violet (non ça j’avoue, c’est vraiment terrible !) ou bien même l’Axe Majeur que j’avais aussi évoqué.

Souvent, quand je rencontre des gens qui connaissent le coin, je peux être certain que c’est lié à l’ESSEC, l’ESCOM, l’ENSEA, ou alors SAGEM et 3M. Et assurément, une personne un peu bourge qui me dit de haut qu’elle connaît Cergy avec un air un peu pincé : c’est un ancien de l’ESSEC !! :mrgreen: Il y a aussi les gens franciliens de mon âge qui ont connu le merveilleux Mirapolis avec son Gargantua, un parc d’attractions rabelaisien qui a fait faillite très rapidement et dont le site est aujourd’hui à l’abandon à Cergy-le-Haut.

Avec les années, cette banlieue est elle aussi devenu racailleland. Mes parents comme beaucoup de personnes de la « classe moyenne » en étaient partis, et avaient quitté leurs HLM, pour avoir enfin une maison à eux avec un jardin, un figuier et tout et tout, souvent dans le Vexin (plus loin, plus accessible). Nous sommes restés scolarisés sur Osny avec mon frère, et moi ensuite sur Pontoise et Cergy, puis Paris. J’ai fait le maximum pour rester chez moi, je n’aimais pas Paris, cette ville me faisait terriblement peur.

Les racailles sont devenues une hantise, et aujourd’hui je ne pourrais pas retourner dans l’immeuble où je suis né. Trop dangereux. On était pourtant tous ensemble à l’école, nos chemins ont divergé à un moment, et déjà certains endossaient la personnalité du futur loser de base de cité. Menus larcins et vandalisme, cités en dégradation économique, sociale et physique.

Et même si moi aussi je ne comprends pas comment des parents peuvent laisser leurs enfants agir ainsi, je revois ma mère et mon père complètement désemparés avec mon frère qui tournait très mal. Malgré une éducation similaire et des parents à la fois chouettes mais pas laxistes ou permissifs, mon frangin à fréquenter des cailleras a voulu en devenir une. C’est comme s’il avait perdu le sens commun et qu’il adhérait à de nouvelles valeurs vénéneuses. Heureusement, malgré quelques conneries, il n’est pas allé bien loin dans la bêtise, et s’est rapidement ravisé, aussi grâce à la vigilance de notre môman.

Malgré tout cela, j’adore mon neuf-cinq, et j’ai encore beaucoup d’espoir pour le futur. Je revois la cité où j’ai vécu avec beaucoup de nostalgie et de souvenirs heureux. Surtout Osny, Pontoise, Cergy, car c’est grand le 95, et les coins de Magny, d’Argenteuil ou de Franconville me sont beaucoup moins familiers (un peu comme je connais la rive droite de Paname et si peu la gauche).

Pendant que nous bossions vers 3 heures du matin, je communiquais avec mon boss par la messagerie instantanée de la boite et il m’a envoyé un lien. « Tiens Mat, j’ai un truc pour toi, un super chanteur que j’ai entendu sur Inter et qui vient de Cergy ! Ecoute ça ! »

Curieux, je suis allé voir ce site… Ô merveille. L’illustration de tout mon baratin, de tout ce que je m’escrime à expliquer, mais aussi des gens d’ici, des coins dont j’ai parlés et de l’espoir qu’on peut placer dans les artistes. Anis est un mec d’un an plus jeune que moi, né à Pontoise comme moi, certainement un type que j’ai croisé aux Trois Fontaines (le centre commercial). Il ne fait pas de rap, il n’est pas dans les clichés, et il parle de sa ville dans une chanson qui s’appelle justement « Cergy ». Très « Triplettes de Belleville » avec sa clarinette et une voix au timbre qui me fait penser à Charlelie Couture. Oh là là, fantastique et tellement inattendu ! C’est exactement ça… (et Osny… pour sa maison d’arrêt mouaaaarf !)

Ecoutez moi ça :

Anis

28 Commentaires

  1. Je te comprends. J’ai vécu 32 ans à Gonesse, de 1969 à 2001… J’ai vu aussi cette jolie petite ville se transformer. D’un gros village de région parisienne où tout le monde voulait vivre, c’est devenu une ville que l’on fuit. Et encore, Gonesse est relativement épargnée… mais pour combien de temps encore ?

  2. Hé oui moi aussi je connais Cergy grâce à l’ESCOM… alors même si j’y ai passé 3 ans entre saint christophe et pontoise, je ne peux pas dire que je connaisse bien. j’ai juste eu le temps d’apprivoiser la ville nouvelle et d’en apprécier la beauté, parce que oui Cergy est une belle ville pour qui aime les architectures torturée. De belles photos à faire à la pref’.

    Sinon j’adore le style d’Anis ! Vraiment sympa, un nouveau chanteur à suivre… Merci pour la découverte de bon matin !

  3. Tu parles mieux de ta banlieue de Cergy que moi de mon rouergue natal(aveyron) mais t’es un poete écrivain alors!!!!et tes analyses sur les « évènements » super super

  4. Homos du 9-5, réunissons nous et mettons le feu au dance floor (pour l’arrivée de l’album de madonna et son passage à la star ac!. Qui aurait dit un jour que la tendance venait du val d’oise ! Moi aussi je suis un petit gonessien d’origine controlée:pompom:!

  5. La chanson Cergy d’Anis passe depuis quelques temps sur France inter, comme quoi, le service public … revers de la médaille, sur cette radio, il est assez rare d’entendre un dialogue se poursuivre sur plus de 10 mn, coupure musicale oblige.

  6. Je sais que ce n’est pas le bon endroit, et j’en suis navrée mais je tenais à te dire tout le bien que je pense de ton blog : ça fait du bien de rencontrer ce genre de chose bien écrite, intelligente si on peut dire et fait avec humour et une certaine mélancolie…ça me plait. Si vous voulez un autre blog écrit correctement qui fustige les bloggeurs qui raconte leur vie en trois phrases fluos, venez ici, c’est cadeau..http://dameennoir.skyblog.com/

  7. :pleure:
    J’aime bien comment tu décris tout ça… j’étais à la fac à Cergy aussi, et on s’est jamais croisé au 3 Fontaines mais c’est parce que j’étais toujours entre les deux mêmes rayons de la FNAC… J’habitais Montigny lès Cormeilles, et mon frère a un peu le parcours du tiens… Enfin tu sais déjà tout ça.

  8. ben je sais pas pour le quatre-vingt quinze (ben quoi ya pas que les chiffres dans la vie??!:langue:) mais pour Anis, passées les deux premières minutes de torpeur à écouter cette voix de canard façon blouuuuse on s’y fait bien!:ok:

  9. Sympa cet Anis, je ne connaissais pas. (c’est parce que tu viens du 9-5 que tu saupoudres avec autant de facilité tes interventions avec des putain sa mère ou putain sa race?:boulet:) lol

  10. Merci!
    ANIS je connaissais pas, et là je suis tombé sous le charme, j’adore!
    Pour peu qu’il aime les sucettes au goût du même nom, alors je craque!:langue:
    Demain j’achète l’album.

  11. De fil en aiguille, je clique sur Matoo, lien dans « Le Monde – lettre check-list – Jeudi 10 novembre 2005 », je tombe ici (sans me faire mal), je découvre Anis et sa chanson (l’évocation de la destruction de la Croix-Petit ! de la Butte-à-Juju !)… Merci !

  12. :salut: salut à tous. Je me souviens d’un concert à l’olympia où j’ai vu un gars monter sur scène. Je me suis dis mais qu’allons nous entendre. Et là quelle surprise, un style extra une voix sympa. En clair le top. Je n’ai malheureusement pas eu la bonne idée de noter ce nom. Et là comme par hasard je retombe sur lui en surfant sur le web. Génial j’ai retrouvé. Quelle ne fut pas ma 2ème surprise lorsque j’ai vu et écouté une chanson sur Cergy. Cergy ville où j’habite depuis 20 ans. Tout ça pour dire un grand bravo à un artiste avec un style sympa. Je vais me faire une joie de passer à l’observatoire.

  13. Salut,
    Je comprends bien! J’ai vécu 15 ans à Cergy (linandes et chenes ), j’ai même débuté à la radio RGB (radio ginglet la boucle)en 1982/83 (eragny et Cergy-touleuses) et maintenant je suis « expatrié » à Magny en vexin . Mais j’aime le 95 , surtout ce coin ouest Cergy jusqu’au Vexin . Pourtant je voyage beaucoup à l’étranger, mais je suis toujours attaché à ce petit coin de terre ! Alors en + une chanson sur Cergy…………..

  14. Bien longtemps que je n’avais pas Ht d’album jsuis pas déçue, heureuse de voir qu’en France pour écouter un peu de blues bien français ou du rétro au goût Mississippi on peu se taper autre chose que Dany Brillant

    ça fait Zizir
    Anis, on se donne rdv au concert en espèrant que se sera aussi sympa que l’album.
    P.S : Si un jour t en chien de choriste y’a mon email

  15. Cergy.. Je crois au fond de moi, que je n’est jamais compri cette ville, ou que c est elle qui ne ma pas comprise.J’ai aimé ses troquets, son parc, mais pas son « peuple ».J’y ai rencontré trop de personne qui ne valait pas rien, mais qui ne m’on rien apporter de bénéfique.J’ y ai trainé seule, quand le morale était gris et elle ne ma pas rajouté de couleur.Et pourtant, je me souviens..magiques sont les souvenirs et leur magie n ‘est pas ephèmére.Ecole de la rue, ecole de la viee
    Cergy ma prise en son sein et ma appris a me mefier de tout le monde, a comprendre malgrés moi que tout le monde ne me voulais pas du bien, elle a guérie ma naiveté de petite fille de 18 ans, si ordinaire en somme.Elle ma donné mes propres armes pour me défendre, ma soufflé a l’oreille que je ne pouvait compter que sur moi même.
    Quand au racaille dont tu parle et te mefie.J’en ai connu, j’en ai fréquenter , et ce sont des jeunes qui ont tout aussi peur que toi et moi de ce que peut leur réservé l’avenir, mais il ne s’exprime pas de la même maniere.J’abore le mot
    racaille,il est mauvait et plein de sous entendu et trop de bouche l’emploie a tire la rigo.Car une graine de racaille, c est avant tout de la graine d’homme.
    Cergy m’a apprise a ne pas etre moin tolerante que je ne l était dejas, seulement a ne pas être trop stupide .
    Et puis , la butte juju, une des premiere fois ou je me suis senti forte en temps que femme, ent ant que citoyenne du monde.Ou je me suis sentit grande et courageuse.Et il en faut du courage pour grandir, evoluer, avancer.
    Le 95..A pontoise ma donné mon premier amour, parmain me la repris…
    Ker belene feuille phalène;
    De tout façon, nous aiderons la nuit qui tombe à ce lever

  16. Lumineux, sensible, beau, simple, indispensable, amoureux, d’utilité publique, génial, nouveau………….. bref, j’en ai besoin désormais.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages