Le Weather Project à l’Opéra de Paris

Le truc (car inclassable en terme d’art…) contemporain qui m’ait le plus marqué est sans conteste le « Weather Project » d’Olafur Eliasson à la Tate Modern à Londres. J’en avais parlé lorsque nous étions allé à Londres avec M. il y a tout juste deux ans.

Aussi quelle ne fut pas ma surprise quand j’ai vu cela, en surfant sur le site de l’Opéra de Paris.

Site de l\'Opéra de Paris

C’est une image superbe, entre photo et illustration, de ce que l’on pouvait alors voir à la Tate. Je me demande ce que ça fait là en fait… Qui a pu choisir un tel cliché ? Et quel est le lien, sinon purement illustratif, avec la page ? Je me suis aussi demandé quelle impression cela pouvait faire sur les gens qui ne connaissent pas cette oeuvre contemporaine (certainement 99% des visiteurs de ce site français !). On dirait un peu une illustration de bouquin de SF… Mes photos sont un peu plus réalistes (et totalement pourries, oui oui !) même si elles possèdent cette même impression fantomatique et le gigantisme solaire (les photos des gens à terre sont les reflets que j’ai photographiés alors que j’étais moi aussi allongé par terre).

Mon souvenir de cette visite et de cette expérience reste prégnant, et je crois ne jamais avoir été autant impressionné par une installation contemporaine. Nous étions captivés par ce spectacle, et le fait que les gens jouent aussi naturellement le jeu (en s’allongeant sur le sol, en déambulant, en jouant avec leurs ombres, avec leurs mômes etc.) renforçait encore la puissance de l’oeuvre.

Imaginez que vous rentrez dans cet immense endroit de 300 mètres de long et 70 mètres de haut, que l’atmosphère est sombre et que dardent sur vous les rayons d’un soleil matinal. Baigné dans une lumière jaune orangée, vous pénétrez dans cette immense salle et le disque solaire apparaît dans toute sa splendeur. Un truc de oufs ! Evidemment, passée la surprise, on voit qu’il s’agit d’un demi disque reflété, mais grâce à la légère diffraction du miroir, cela donne encore plus l’impression d’un soleil levant ou couchant d’une infinitésimale brume.

Je suis content d’avoir vu cela, et puis j’étais, en plus, bien accompagné à l’époque. ;-)

8 Commentaires

  1. En effet, que voilà une perspective éblouissante qui laisse présager une rencontre du quatrième type. Bien sûr, il faut pour cela recéler en soi une grande capacité onirique et une sensibilité aux évocations poétiques.
    En parlant de l’Opéra de Paris, savez-vous que Liza Minnelli y donnera un concert exceptionnel le 24 février ?
    Start spreading the news…

  2. Zanzi> Figure-toi que OUI, je suis au courant et même que j’y vais… Evite de me tuer si tu avais le malheur de m’y reconnaître :gene:
    On va finir par croire que j’ai décidé de m’acharner sur toi, mais rassure-toi, il n’en est rien :salut:

    Et j’irai bien accompagné ! Il n’y a pas que ceux qui assistent au Weather Project qui sont bien accompagnés, non mais :boulet:

  3. :boulet: En effet, en cliquant pour agrandir l’image, je fus saisi et pétrifié…
    à l’idée de (ré-ré-ré-ré-ré-ré-ré-ré-ré-ré-ré-) entendre le COSI FAN TUTTE de Mozart…
    ceci dit, en effet, j’aime bien l’illustration (mais non, mais non, y’a pas conflit de valeurs…)

  4. La preuve que je lis trop de blogs, c’est que j’ai tout de suite pensé à toi quand on nous a envoyé ça en illustration du programme, en début de saison. En plus grâce à ta précédente note j’ai même pu faire mon intéressant (« comment çaaaa, mais c’est évident chérie que c’est une oeuvre qui est passée à la Tate Modern, enfiiin ! »)

    Sinon, pour l’Opéra, on se croisera pitêt à Rigoletto. Et je suis bien content que tu viennes, Kozli fait des miracles :pompom:

  5. Oh, là, là, trop de souvenirs pour moi de cette expo à la Tate où j’étais allé avec mon ex anglais… déjà deux ans ? J’étais à Londres en Novembre 2003 et Février 2004, donc ça doit correspondre. Ceci dit, j’avais adoré la façon de « voir » l’expo quand tout le monde se couchait dans le hall. Je me rappelle d’une vieille dame qui avait dit un « that’s the most disgustingly popular modern art I’ve ever seen » !

  6. Le programme de la saison 2005/2006 indique bien l’origine de l’illustration, mais je n’avais pas eu la curiosité de rechercher
    (je pensais qu’il s’agissait d’un décor d’opéra au programme). Grâce
    à toi, j’en sais un peu plus… Thanks.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages