Sex addict

Tatiana Potard, célèbre blogueuse lesbienne devant l’Eternel, m’a dédicacé son bébé la dernière fois au Blue Book. Il s’agit d’un petit roman sans prétention, et qui ne va pas révolutionner la littérature. Mais il a deux qualités : il m’a bien fait rire, et il m’a appris plein de choses sur le sexe entre les filles.

Si vous pensez que deux filles dans un pieu s’emmerdent, alors lisez ce bouquin et vous serez convaincus du contraire. « Oh là là ! » Comment elle se lâche la Tatiana dans les descriptions, c’est terrible. Elle n’hésite pas à faire le récit circonstancié de plans cul et on en voit de toutes les couleurs. Un peu de crudité, et parfois un brin trash, mais toujours cet humour et cette ironie dont elle nimbe les choses. Et on a droit à un éventail de pratiques carrément indécentes et follement décadentes auxquelles je ne peux qu’adhérer.

Là où je n’ai pas été super emballé c’est finalement dans le choix narratif du blog. L’auteur (et narratrice) se met dans la peau d’une blogueuse et le roman est écrit comme l’agrégation des articles du blog de l’héroïne, Alex. Cette dernière a trente balais, mais agit plutôt comme une maraisienne de 22 ans. Et le ton des posts va avec, alors que je pense qu’un roman à la forme plus classique aurait été mieux tourné. On suit les tribulations amoureuses, amicales et professionnelles de cette goudou survoltée tout au long de son blog qui lui sert d’exutoire. Et en gros, elle sort avec ses potes dans le milieu gay, elle picole, fait la teuf, baise des nanas, parfois tombe amoureuse, et a de temps en temps des chagrins d’amour. Rien que de très classique et de très bloguesque donc !

J’y retrouve un peu les accents et la vigueur de « Transports parisiens » qui avait bien défrayé la chronique à l’époque, ainsi que la familière peinture de la vie dans le Marais que je connais bien. Du coup, entre cette atmosphère et la manière dont elle parle de sexe, sans complexe et sans ambages, je pense que le bouquin pourrait trouver un écho très positif chez de jeunes goudous. Il n’existe pas beaucoup de livres dans ce genre qui montrent des homos si bien dans leurs baskets, à la simple quête de fun, d’amitié ou d’une petite amie.

Le mieux est encore d’en goûter quelques passages comme celui-ci où l’héroïne décode des petites annonces, qui m’ont bien fait rire.

« Jeune femme 42 ans cherche âme soeur cadre supérieure aimant le jardinage, la poterie et le cyclotourisme. Fumeuse, alcoolique, droguée, bi et psychotique s’abstenir. Passez votre chemin ! »

Explication de texte façon Alex :
« Jeune femme 42 ans » : Sans déc’, y’a rien qui vous choque là ?

« Ame soeur cadre supérieure » : Je cherche une femme cultivée et pétée de thunes. Si tu es en profession libérale, que tu es jeune, féministe et surtout très belle, tu m’intéresses…

« Aimant le jardinage, la poterie et le cyclotourisme » : Ma chérie, viens à moi ! Racines de topinambours au déjeuner tu suceras et chèvres angoras dans le Larzac tu élèveras. Beaucoup de thé tu boiras, en macramé tu excelleras, dix chats dans la cuisine tu auras et Barbara en boucle tu écouteras…

« Fumeuse, alcoolique, droguée, bi et psychotique s’abstenir » : Ah oui, alors là, ça va devenir compliqué ! A mon avis, il faudrait au moins s’être fait un bon shoot , avoir vidé une bouteille de vodka, s’être enfumé la tête à coups de paquets de clopes, s’être tapé une bonne queue dans une backroom et être sous régulateur de l’humeur depuis au moins deux ans pour avoir envie de te répondre, darling !

Allez courage, jeune femme de 42 ans, l’espoir fait vivre. Caresses aux chèvres !

Et dans le genre trashy et assez hallucinant, ce genre de morceau d’anthologie ! Bon mais souvent, ce sont des descriptions un peu plus sexuellement délectables. ;-)

Une fois ça m’est arrivé ce genre de plan avec une nana que j’avais draguée au festival de films goudous Cinéfemme. Après la projection de la séance porno, on est allées chez elle et, au moment où je m’apprêtais à la butiner, j’ai senti un truc sur ma langue. Au début, je pensais que c’était une minuscule boulette de morceau de PQ qui était restée logée entre deux lèvres (Oh ça va hein ! Ca nous est arrivé à toutes au moins une fois). Eh bien non ! C’était la ficelle de son tampon. Je vous jure, j’ai failli vomir direct !

Et même, ces envolées lyriques assez fascinantes (pour moi) qui m’ont vraiment scotchées.

J’aime le sexe des femmes, tous les sexes. Ceux qui mouillent trop et t’éclaboussent de miel, les arides qui demandent toute ton application, les béants prêts à t’avaler tout entière, les recroquevillés qui se meurent de peur, les épilés façon ticket de métro ou lisses comme une peau de bébé, et les afros qui te laissent trois poils sur la langue après chacun de tes assauts.

J’aime le cul des femmes, tous les culs. Les rondouillards et les voluptueux que tu bouffes comme un fruit bien juteux. Les musclés aussi durs que la pierre que tu jalouses secrètement et que tu contemples comme un poster Pirelli sur la vitre d’une cabine de routier. Les bronzés 365 jours par an, grillés à coups de carte de fidélité dans le Point Sunshine du Marais ou au contraire, les blancs comme des culs, déjà plus normaux. Et que dire du fripé sous le poids des années ou encore du puceau qui sursaute au passage d’une langue ou d’un doigt en quête d’absolu.

J’aime les seins des femmes, tous les seins. Les poires, les melons, les pastèques, les cerises, les noisettes, les tétons rosés, rouges et les écarlates prêts à exploser. Ceux que tu lèches tendrement et que tu as peur de blesser, ceux que tu pinces et que tu étires jusqu’à les déformer, ceux que tu malaxes comme une pâte de boulanger, ceux que tu embrasses et ceux devant lesquels tu t’agenouilles respectueusement comme devant une icône.

Et encore il manque l’orgasme, les peaux et les cheveux des femmes à découvrir avec autant de passions et de verve. Ce n’est pas vraiment ma tasse de thé mais je reconnais que ce bouquin peut vraiment plaire à certains, et surtout à certaines. En tout cas, sooooo refreshing ! :mrgreen:

Tatiana Potard - Sex Addict

10 Commentaires

  1. Tati @ Zanzi : juste pédé ce sera déjà bien ! :pompom:

    Tati @ Ug : ça t’empêche pas de le lire même si tu es un zomme qui aime les zommes.
    La preuve regarde Matoo, il n’est pas mort ! :ok:

  2. commentaires pas terribles – et je suis soft – alors que la critique du matoo est comme a son habitude habile, mesurée et donne définitivement envie d’aller lire un texte drôle paillard et lyrique.

  3.  » au moment où je m’apprêtais à la butiner, j’ai senti un truc sur ma langue. Au début, je pensais que c’était une minuscule boulette de morceau de PQ qui était restée logée entre deux lèvres (Oh ça va hein ! Ca nous est arrivé à toutes au moins une fois). Eh bien non ! C’était la ficelle de son tampon. Je vous jure, j’ai failli vomir direct ! »
    T’es sure que t’es une femme (et de surcroit lesbienne) toi pour etre effrayée a ce point par un fil de tampax ? Accablant…
    On dirai un gros beauf qui ecris!
    « j’aime tout les culs et toutes les chattes ».. : c’est des extraits de bouquins de cul ecrit à la chaine et vendu dans les stations services?
    Malheureusement la narratrice s’est cru obligée de parler comme un charretier moyen-ageux en imaginant etre drole…
    j’espère que le reste du bouquin n’est pas aussi vulgaire et gras mais j’ai des doutes…
    signé:
    une lesbienne qui aime le cul mais pas la mauvaise litterature.

  4. Salut Fantomette et merci pour cette critique. Pour te faire une idée peut-être faudrait-il que tu lises « SA » en entier ? Je suis consciente que ce livre ne puisse pas plaire à tout le monde. Qu’il est difficile de juger des écrits en ne se fiant qu’à des extraits sortis de tout contexte.
    Tu pourras trouver mon bouquin chez Esso ou Total juste à côté des livres de Jean Roucas et Ruquier.
    :salut:

  5. Ma pauvre fantomette, j’espère qu’aucune fille censée ne tombera sur toi un jour de règle. L’hygiène, tu connais ? Apparemment pas !

    Pour ce qui est du roman de Tatiana, moi je l’ai lu et j’ai beaucoup aimé.

    Mais bon, contrairement à toi, je suis apte à porter un jugement, puisque j’ai lu le roman ! On a le droit de ne pas aimer un roman, mais encore faut-il être capable d’en apporter la bonne critique.

    Voilà. Et pour le reste… Au plaisir de ne jamais te rencontrer. Fort heureusement, avec un état d’esprit pareil, nous ne devons pas fréquenter les mêmes lieux.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages