Trique onirique

Ce matin, sous ma douche, j’ai rêvé. Ouai vous savez, moi je rêve tout le temps, toute la journée. Je laisse mon esprit au repos une minute, et hop sans m’en rendre compte je rejoins de pays des fées et des lutins. Il me suffit de regarder des gens en soirée ou quelqu’un dans le métro, et je me mets à échafauder les histoires les plus dingues sous forme de songes éveillés.

Ce matin, je me douchais donc, une bonne douche revigorante, bien chaude et agréable alors que la pluie glacée battait contre la fenêtre, et naturellement mon esprit s’est enfui, mon âme s’est envolée, et j’ai songé. Bon ok j’avoue que j’étais en train de me geldoucher copieusement le corps, et j’encourageais une certaine vigueur matinale d’un mouvement d’une idoine verticalité.

En fait, j’ai pensé à un truc que j’avais complètement oublié. Un plan cul de fin 1998, un truc made in caramail, un pseudo (j’avoue que son prénom est passé à la trappe de mes méninges) à la con dont seule une vieille copine caramélienne comme lecapitan pourrait se souvenir (oh oui !). Je me suis revu avec ce mec d’une nuit avec lequel ce fut particulièrement torride et sympathique. Le type était un boeuf fini, un mélange entre une bécasse écervelée et un babiroussa illettré, à oui rien à en tirer… de ce côté-là. Sauf que notre alchimie sexuelle atteignait des sommets rarement atteints depuis. Nous n’avions que cette nuit là, cette nuit que nous nous étions accordés car nous savions que, vraiment, rien d’autre n’était possible entre nous (mais c’était mieux que rien… hé hé).

Nous étions chez moi à Bastille, je m’étais levé le premier pour me doucher, et subrepticement le rideau s’était ouvert pour laisser apparaître mon priapique invité. S’en était suivi une courte mais intense partie de jambes en l’air aquatique, jusqu’à ce que l’eau froide nous sorte de notre torpeur, ainsi que de nos corps et semences emmêlés.

Inutile de dire que la sympathique rémanence de ces vertes années a eu l’effet escompté sur ma secrète activité matutinale. En jouissant contre le carrelage mural (synchrone avec mes images intérieures évidemment… ah là là le mental c’est mieux qu’un lecteur multimédia), j’ai eu un flash ! Je me suis réveillé et me suis dit hilare : tiens mais si moi je repense comme cela à un vieux plan cul des années 20, est-ce que la réciproque est vraie ? J’ai alors pensé que certaines personnes que j’avais ainsi éphémèrement connues pouvaient aussi se souvenir de moi avec la même émotion.

Je ne le reverrais probablement jamais, mais si j’en entends un jour de nouveau parler, je lui ferais suivre le lien vers ce post. ;-)

25 Commentaires

  1. Contre les traces d’eau et de savon dans la douche y’a ShowerPower…
    testé et approuvé.
    Mais je ne sais pas si c’est efficace aussi contre les traces de :censure: qui colle sur le carrelage…

  2. Comme toi, je pense à certains moments intenses d’il y a pas mal d’années et je me demande si, de temps en temps, l’autre, ou les autres, y pensent aussi.

  3. Dis donc, en vieille de caramail, j’en connais une autre qui a une bien meilleure mémoire que moi : c’est Ludo. De plus il est doué d’une aptitude particulière : il peut reconnaître n’importe quel mec d’après photo, même si elle est très mauvaise. La preuve il a reconnu Wave64 il y a peu au carré… Et oui, ça ne nous rajeunit pas ça.

  4. Mon dieu, je n’avais jamais lu une si belle façon, à la fois crue et presque poétique, de raconter ta branlette du matin ! Moi qui pensais qu’elle avait lieu le soir, je me rends compte que tu es très « productif » comme garçon. Je tâcherai de m’en souvenir.

  5. « Je me suis réveillé et me suis dit hilare : tiens mais si moi je repense comme cela à un vieux plan cul des années 20, est-ce que la réciproque est vraie ? » :boulet:
    Carrie Bradshaw, laisse Matoo tranquille et sors de ce corps immédiatement !!!

  6. et là dans tout Paris demain matin ça va showerpower-iser un maximum… là où Amélie Poulain comptait quinze orgasmes simultanés dans Paris, combien de mecs se donnent un plaisir réminiscent sous leur douche à 8h moins le quart ?

  7. Mon bon Matoo,
    Attention trique du matin chagrin… comme on dit dans ma campagne lorraine. Enfin, tous ces millions de petits poissons qui s’écrasent contre le mur carrelé et meurent… Et le code de la route, hein ? Mais que fait donc le gouvernement ? Que fait Vanneste contre ce génocide matinal? Lançons l’opération « Adoptons les spermatozoïdes de Matoo ». Pour cela finie la douche, bonjour la petite bouteille…:pleure:

  8. Je ne sais si tu cherches à écrire un livre, roman ou quoi ou caisse un de ces jours, si ça te trotte dans la tête… mais un conseil: arrête. Tu n’es visiblement pas fait pour ça.

  9. Je ne m’autorise pas à être vulgaire (enfin, si je puis dire) sur mon blog lorsque quelqu’un me laisse un commentaire désobligeant, mais là, j’ai envie de me laisser aller. Aubert : connard. Je ne sais pas si tu cherches à être humain ou un tant soit peu intelligent un jour, si tu penses être meilleur que les autres… Mais un conseil : arrête. Abstiens-toi de dire des inepties, ça fera du bien à tout le monde. (Quoique, se défouler de la sorte, c’est jouissif !) :afro:

  10. Aubert ! Vas faire un tour dans une librairie. En cherchant un peu, tu en trouveras bien une à Paris. La lecture d’un livre te rendra plus cool.
    joyeux noel

  11. « J’ai alors pensé que certaines personnes que j’avais ainsi éphémèrement connues pouvaient aussi se souvenir de moi avec la même émotion. »

    Ecoute, Matoo, j’ai beau fouiller dans ma mémoire… Je n’arrive pas à me souvenir… Désolé hein ? :petard:

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages