Netizen

Il est donc sorti le premier magazine qui traite des blogs et autres médias citoyens. Bon alors les blogs d’accord, mais les médias citoyens c’est quoi ? Bah c’est plutôt une bonne idée de traiter de cela, car les pauvresses skyblogueuses ou les autres illuminées comme moi qui racontent leurs vies à deux balles, on en fait vite le tour (tiens c’est marrant j’avais d’abord écrit le « trou »). Donc les médias citoyens ce sont aussi ces initiatives personnelles ou collectives de gens qui utilisent le net pour communiquer et distribuer leurs idées, leurs opinions ou un traitement de l’information alternatif. Pas de gens qui sont là pour remplacer les journalistes, mais plutôt en complément du traitement professionnel et traditionnel de l’information.

J’aime beaucoup d’ailleurs ces blogs très personnels qui exposent des opinions sur l’actualité politique (comme l’excellent Ceteris Paribus, même si je ne comprends pas tout) ou sur leur activité, nous éclairant parfois de leur doctes lumières (le non moins excellent Eolas y excellant carrément). Il y a aussi l’autant truculent que sagace 404BnF dont le décryptage de la presse m’est un régal. Et puis l’incontournable Wikipédia et ces autres projets dont l’existence et la pérennité tiennent à de belles utopies, telle l’altruisme.

Putain j’espère que je ne dis pas trop de connerie…

J’étais à la soirée Netizen, mais je n’ai pas été acheté pour autant, donc je vais rester aussi critique que possible. Je salue déjà l’initiative car je pense que d’un point de vue marketing la démarche est intéressante et valide. Il y a de quoi se faire de la thune, et donc créer une entreprise viable, et outre cela, potentiellement livrer quelques papiers intéressants. Il est extrêmement difficile en France aujourd’hui de faire payer les gens pour du contenu sur le web, tandis que les habitudes sont assez bien ancrées pour la presse papier. Du coup, je ne suis pas choqué par le média papier, en plus du fait que cela lui confère une attitude statique et figée qui est un beau pied de nez à l’internet. J’aime les contrastes et les « combles ».

Ensuite le rédacteur en chef. Je ne connais pas personnellement ce type, Cyril Fiévet, mais instinctivement je l’aime bien (y’a des gens comme ça…). Je l’avais connu en lisant ce premier bouquin sur les blogs, « Blog Story », qui reste un ouvrage que je trouve extraordinairement intelligent et perspicace. Depuis je parcours régulièrement son blog, et je picore aussi de temps à autre sur pointblog. C’est un mec qui me parait assez humble, bosseur et « humain ». Intelligent, sincère et volontaire aussi… Quelques qualités qui imprègnent le magazine et qui m’ont tout de suite frappées. (Encore une fois, je ne le connais pas donc je peux me tromper. Non il n’est même pas pédé. Enfin je ne crois pas, il est marié. Mais bon, on sait ce que c’est les mecs mariés. Nan, nan, je vous assure c’est même pas mon genre, alors que l’autre là dans le magazine page 69, évidemment, putain l’est pas mal, mais j’en parlerai plus bas.)

Donc le magazine ne se targue pas de tout savoir et de tout connaître, il vient juste ouvrir une petite fenêtre subjective, et nous donner son point de vue sur la blogosphère. Et encore pas en entier car c’est tellement tellement vaste. Un choix éditorial fort et clair vient séparer le mag en deux parties. La première consacrée aux blogs (citoyens ou pas) en tant que phénomènes : sociaux, politiques, économiques, etc. On y retrouve des articles sur l’actualité des blogs, des outils, des singularités du web etc. Et la seconde se focalise sur des exemples précis, sur les acteurs de la blogosphère. Par forcément les plus populaires, les plus visités ou les plus liés, mais des blogueurs et blogueuses qu’on a voulu remarquer parmi d’autres. Une sorte de butinage bloguesque badin et baroque (cette phrase est conne, mais je trouve qu’elle sonne bien, aaaah moi et les allitérations).

Allons-y pour la forme. La couverture, je n’ai pas bien accroché dessus pour ce premier numéro. Je la trouve finalement un peu cheap en regard du papier qui lui est de bonne qualité. On saisit bien la dichotomie entre les deux parties, avec une maquette assez claire et aérée au début, et beaucoup plus personnalisée ensuite. Cette seconde partie souffre un peu de ses qualités. C’est-à-dire qu’elle est à la fois extrêmement riche et diversifiée, mais une présentation différente par blog cela mène rapidement à un épuisement visuel et un confort réduit. Couleurs, polices, aplats… on ne sait plus où donner de l’oeil. Mais en relisant, j’ai trouvé cela plutôt habile et un peu ouf, un peu blog quoi, donc finalement j’adhère.

Le fond. En gros, je suis satisfait. J’ai passé un bon moment en le lisant. J’ai trouvé que les articles étaient bien écrits et plaisants. J’ai appris certaines choses, en terme de phénomènes ou bien en blogs que je ne connaissais pas. Il y a aussi une part importante que je connaissais puisque je suis l’actualité de la blogosphère. Comme je suis dans le mouvement, je suis forcément un peu critique, mais je ne vois pas pourquoi ma manière de voir serait meilleure que la leur. En tout cas, leurs propos sont valides et sagaces.

Le prix. Finalement ce que je viens de dire sur le fond a aussi un peu influencé mon jugement tarifaire. Ce n’est pas du tout un magazine hors de prix, mais il est tout de même assez cher. Certes le mag est de qualité, et je sais que cela coûte cher de produire un tel objet. Mais en comparant « Netizen » à « Têtu » qui est à 5 euros ou « Psychologies Mag » à 4 euros (les mensuels que j’ai sous la main), je me dis que l’on a plus de contenu et une qualité de support supérieure (photos, papier, couleurs) pour ces derniers. Netizen est-il donc trop cher en comparaison ? La réponse n’est pas aisée. Déjà parce qu’il n’est pas facile de faire des rapprochements de fond, étant donné que les audiences sont différentes ainsi que les thématiques. Outre cela, Netizen a manifestement beaucoup moins de pubs. Est-ce un choix délibéré ou cela va-t-il changer ? (Si c’est un choix, je peux moi aussi choisir de payer plus pour profiter d’un magazine moins tagué.)

Ensuite, je me dis qu’écrire sur la blogosphère quand on s’appelle Pointblog, ce n’est pas bien « difficile » (en terme de captation d’info), et que le journalisme qu’il est nécessaire de mettre en oeuvre pour d’autres titres doit certainement coûter plus cher. Les sources, les témoignages, les scoops, les informations, les protagonistes, tout est à portée d’une souris et d’une connexion au net. Certes Netizen rassemble et pose son regard de journaliste, de reporter, d’éditorialiste sur tout cela, et n’est pas un simple agrégateur. Néanmoins, si je me pose la question du prix c’est aussi en me disant que c’est un peu cher pour de l’info en ligne. La question reste en suspend… Je ne suis tout de même pas rebuté par le prix, et surtout je leur fais confiance sur le sujet.

Des améliorations selon ce que moi personnellement selon mon opinion à moi je pense. Le sommaire est détaillé et propose des rubriques, mais on ne les identifie pas assez dans le journal, ce qui apporte pas mal de confusions. Le zapping m’a vraiment fait mal aux yeux !

J’ai beaucoup aimé le « In extenso » qui propose de suivre l’évolution de la « vie » d’un billet, ainsi que le zoning du sommaire extrêmement efficace et clair. Les deux parties droite et gauche de deux couleurs, le patchwork de photos au centre, et le dossier mis en exergue. Vraiment bien vu. Les polices par contre ne sont pas d’une lisibilité à toute épreuve, mais je chipote.

Bref ! (Ouai je sais c’est facile de dire ça après mon gros dégueulis verbal de trois kilomètres !) Netizen c’est très encourageant. Voilà un magazine intéressant et intelligent, qui n’a pas l’impudence de se poser en grand arbitre de la blogosphère, mais plutôt en curieux chroniqueur. Il faut aussi les laisser s’améliorer, trouver leurs marques et leurs annonceurs. J’achèterai le No2 avec plaisir pour justement voir un peu comment les choses se décantent.

Et sinon le Sébastien de The French Podclass (pssst c’est lui le mec de la page 69), c’est possible d’avoir son numéro ? Ah mais il avait commenté chez moi en plus quand j’avais parlé de son podcast… rhalalalala (ouai bon il habite un peu en Californie !).

Netizen - 1er numéro

19 Commentaires

  1. bon… alors… dans le reportage télé, on te voit dire, avec un air gourmand, que tu es dans le top 20… Le top 20 de quoi ???
    quand je pense que si mon blog existait encore autrement qu’en archives j’aurais fait péter les compteurs… :mur:

  2. Bon, au risque de passer pour un « mauvais citoyen du net », de manquer de solidarité blogueste, de passer pour le méchant de service qui critique le travail des copains, j’ai trouvé Netizen horriblement cher pour un contenu assez décevant et je ne suis pas certain d’acheter le n° 2… sauf si Matoo y prodigue des conseils de drague (du grand art ta technique de séduction du mec de la page… 69 ;-))

  3. @matoo: j’ai compris, mon talent ne sera reconnu qu’après ma mort :mrgreen:

    Sinon, plus généralement, j’ai un arrière goût pour cette publication qui donne surtout l’image d’être un mensuel pour les blogeurs parisiens surtout. J’espère juste que je me trompe.

  4. tu passe pas un peu trop la brosse à reluire là matoo? je trouve ce numero un peu cher (on refait pas un aveyronnais!!!) pour le contenu et vraiment trop bobo parisien.
    Sebastien bof!! ma)is l’amour rends aveugle et il faut de tout pour faire un monde(comme disait ma mémé et quelques autres) mais tu dois déjà avoir son tel et préviens nous lorsque tu pars en Californie ou ds le Missouri (pas mal pour le petit gars de Cergy eh eh ) :mrgreen:

  5. Garf, t’es con de suspendre ton blog :
    1 – ca laisse imaginer qu’il pourrait être compromettant au plan pornographique
    2- effectivement, tu exploserais tous les compteurs …

  6. Le problème du lancement d’un journal, c’est qu’on a une seule chance de faire une bonne première impression. La question est alors de savoir combien de lecteurs du premier numéro vont acheter le second après ce qu’ils ont découvert. Je partage bien de tes remarques et le réachat n’est pas gagné…

  7. Et bien ça alors !
    Je ne savais pas que j’étais aussi populaire !

    On vient de me donner le lien de ce post aujourd’hui – c’est avec plaisir que je viens de lire l’article, et de voir que Matoo m’y mentionne (et au passage se rappelle de mon commentaire et du fait que j’ai été choisi parmi ses podcasts « favoris »).

    La Californie c’est loin, certes, mais je serais de retour en France (ou serait peut être a Londres) pour cet été (avant de repartir à la rentrée ?).

    Je serais ravi de pouvoir y rencontrer mes fans !

    Encore merci pour cette mention Matoo.

    Sébastien (de la page 69)
    (Ps : note personnelle, je préfère la photo parue dans Business week !, et peux te l’envoyer Matoo si tu y tiens)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages