Hellbent

Attention c’est écrit dessus : « le premier film d’horreur gay ». En gros, ça donne le scénario de « la Cité de la peur » de Les Nuls (avec faucille intégrée) avec une manière de jouer, des comédiens et une réalisation digne des meilleurs passages « comédie » d’un bon Falcon. Carrément !

Bon, un navet donc. Même pas très drôle, même pas un peu effrayant ou original, il s’agit plutôt d’un scénario de teen-movie d’horreur des années 70 avec des pédés dans tous les rôles. Evidemment, cela se passe le soir d’Halloween à West Hollywood, et un meurtrier (gay ?) fou se balade avec un masque, et coupe des têtes de dèpes avec sa faucille super bien aiguisée, sans mobile, ni raison particulière. Le héros et sa bande de potes sont pourchassés par le mec, et ils se font étêtés un par un. Mais le héros, qui est le roi de l’énucléation, est aidé par son nouveau boyfriend (qui embrasse pas sur la bouche, et qui l’aime avec son handicap… oh c’est si émouvant !!).

C’est dommage car ça aurait pu être assez désopilant ou second degré, mais ils ne jouent même pas complètement avec le côté pédé. De même le côté cheap du film passerait bien si l’on avait eu autre chose à se mettre sous la dent que quelques studs qui se dandinent (y’a même pas de cul, pfff). Donc, on peut largement s’en passer, même si le fait que ce soit un film complètement gay est une note d’originalité en tant que telle.

Hellbent

PS :

Sur le site officiel du film, on trouve les deux affiches pour la presse. Une version « généraliste » et une version « gay ». J’ai été très surpris de ce traitement différent qui consiste à simplement rajouter la mention « Premier film d’horreur gay » sur le couteau. C’est plutôt étrange que cette dernière version n’ait pas été collée sur toutes les pubs, étant donné que le film est résolument gay, et que c’est son unique singularité !! Je me demande le pourquoi du comment d’une telle séparation.

Hellbent généraliste Hellbent gay

9 Commentaires

  1. J’ai vu ce film quand il est sorti aux US, en avant-premiere avec les acteurs et realisateur :)
    Bon effectivement, c’est pas un chef d’oeuvre, en fait je ne me souviens pas de grand chose du film, a part qqs scenes ici et la. Ils ont manque une occasion de faire un bon film d’auto-derision. C’est un petit film pop-corn a voir entre copains.

  2. Les deux affiches c’est une simple histoire de marketing évidemment… Il fallait bien mettre le truc en valeur pour les homos, et essayé de rameuter le plus possible dans les autres cas.

  3. Ah ben merde alors, moi qui me faisais une joie d’y aller….Pas de scéne de cul ni de douche?! Mais ils sont allés les pécher où leurs classiques? Normalement, on a toujours droit à quelqu’un qui se fait trucider après une parti de jambes en l’air et un autre qui se fait zigouiller sous la douche après avoir érotiquement savonné son corps!
    Bon ben j’y vais pas si c’est comme ça…
    Et pour la segmentation, je comprends ça: ils veulent attirer les fans d’horreur sans les rebuter par le côté gay (donc pas de mention du caractère « gay » du film) et d’un autre côté ne pas passer à côté du public homo qui aura envie de voir un film d’horreur avec des protagonistes gay.

  4. Ah bentiens, j’ai une question pour le Matoo: comment cela se fait-il donc que, quand je poste, des fois il faut que je tape un code anti spam et des fois pas?:gne:

  5. Si tu veux voir des films d’horreur gay, t’as tous les David deCoteau, mais qui sont aussi de belles bouses…Par contre y’a plein d’éphèbes. :mrgreen:

    Tape plutôt dans « La revanche de Freddy » de Jack Sholder (Freddy 2, quoi), plein d’homosexualité implicite, un film assez unique dans le genre (avec un héros à la place de l’héroîne habituelle, qui se fait des soirées pyjama avec son meilleur pote, et qui a un prof de sport sm qui passe son temps à l’envoyer à la douche, mouarf).

    Ou alors les 2 « Jeepers Creepers » de V. Salva…Là aussi c’est dans la suggestion…mais efficace. :mrgreen: (et ces films sont bons en dehors de la pédé’s touch.) :salut:

  6. Juste pour dévellopper :mrgreen:, dans « Freddy 2 », Freddy est carrément l’allégorie de la momossessualité refoulée du héros !!!…Freddy essaie par tous les moyens de prendre possession de son corps, et notre blondinet lutte tant bien que mal…Mais c’est plus fort que lui, et il finira par se réfugier chez son meilleur pote (en calebut) en l’implorant : « Aide-moi, c’est en moi, je veux le faire sortir de moi… » :petard: Assez ouf, quand même.

  7. Ca sent le coup marketing à plein nez : une affiche avec un couteau et un visage effrayé du genre Scream pour attirer les ados fans de films d’horreur sans leur dire que ça parle d’homos.
    Résultat : le beauf est déçu d’avoir vu un film de pédés:-(, le pédé n’est pas déçu parce qu’il a évité le film après avoir lu le blog de Matoo:mrgreen: et les producteurs sont heureux d’avoir arnaqué plein de gens :cool:

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages