Le petit alsssacien

Après avoir visité la collection contemporaine, j’en avais vraiment plein les pattes, donc je me suis jeté sur les grands canapés qui bordaient l’étage. J’ai du avoir l’air très louche car deux gardiens sont arrivés en trombe et m’ont regardé d’un air torve (surtout un). Celui à la mine vraiment patibulaire (mais presque) m’a immédiatement demandé mon ticket d’entrée, tandis que l’autre, un vieux type au teint rougeaud et aux cheveux blancs, s’est assis à côté de moi. Il a dit à son collègue « Nan mais oh pourquoi tu lui demandes ça toi hhhein ? Tu fois pas qu’il est fatigué le petit alsssassien là !! ». J’ai du me retenir de rigoler car je n’avais encore pas entendu d’accent alsacien aussi prononcé depuis mon début de séjour strasbourgeois. J’ai répondu en rigolant : « Ouai je viens de finir l’étage là, et j’en peux plus, mais je ne suis pas alsacien ! ».

– Nan ?? Tu n’es pas alsSacien ? Mais tu fiens t’où ?
– Je suis parisien !

Et là j’avais lâché une bombe, il s’est mis à m’haranguer sur Paris et les parisiens, j’étais mort de rire. Je pense qu’il était aussi un peu bourré en fait, mais tellement gentil et agréable. D’ailleurs c’était marrant car ses supérieurs ou collègues passaient, et le regardaient en coin, mais lui il continuait en faisant semblant de rien, et me taillait une bonne bavette.

Voilà en gros le discours qu’il m’a tenu, et moi j’acquiesçais juste pour indiquer plus ou moins que je suivais. Il m’a dit qu’il s’appelait Walter, mais ça donnait « VâltÊre ».

– Aaaaaaaache !!! Aaache ! Paris !!! Mais ils sont fous ces parisiens tu sais ?!! Ah moi che pourrais pas fifre ailleurs qu’en alssace tu sais ! Oh j’dis pas, c’est choli Paris, mais bon ils sont fous avec les greffes du métro là. Y’a des gens qui se leffent à cinq heures du matin pour aller bosser, et ils quittent le soir à 22 heures. Et des fois, ils doiffent dormir chez des amis ou des collèques. Et du coup ils foient plus leurs enfants et leurs femmes. Et c’est pour ça qu’il y a plein de difforces à Paris. Ils sont fous ces parisiens. Moi je suis à dix minutes d’où ch’habite, c’est très bien comme ça. La dernière fois que che suis fenu à Paris, c’était en 65, c’était à l’époque du chénéral de Kaulle. Je faissais mon service moi, et on s’entendait pas avec les parisiens. Par contre, on s’entendait pien avec les pretons, ah oui parce que les pretons ils picolaient autant que nous. Mais pon, nous on puvait du schnaps, ça allait, alors qu’eux c’était dékeulasse leur gnôle ! Mais c’est pas comme l’adjudant là qui nous réveillait le matin en tisant « allez depout sales boches ! ». Alors lui un jour je lui ai mis un coup de tête, et il avait teux tents cassés. Ils ont dit qu’il était tombé d’un étache parce que quand ch’ai raconté ce qu’il nous disait, les supérieurs ont préféré étouffé l’affaire.

Etc., etc.

J’étais plié en quatre par toutes ses histoires et anecdotes, il m’a parlé aussi un peu plus sérieusement sur l’Alsace pendant la guerre (que ses parents ont certes connu mais pas lui, car il n’était pas si vieux), et la difficulté d’avoir été ainsi le cul entre deux chaises. Et puis, au bout d’un moment, le musée fermait et un directeur est venu dire que je devais partir (et VâltÊre devait aller bosser encore un peu). Alors VâltÊre s’est levé, et comme le type m’indiquait les escaliers, mon compagnon aviné a dit « Non le petit alsssacien, il prend l’ascenseur avec moi ! ». Le type a haussé les yeux au ciel, et il n’a rien dit. Du coup, je suis descendu avec VâltÊre, et nous nous sommes salués (je n’ai pas cru bon de repréciser que je n’étais pas alsacien).

13 Commentaires

  1. je susi allé plein de fois dans ce musée, personne ne m’y a jamais adressé la parole… ça vient de moi, le truc qui ne fonctionne pas?

  2. Je crois que j’avais l’air louche dans les jolis musées alsaciens avec mon piercing. Ils ont pas arrêté de le regarder, et y’avait toujours un type qui me collait au basque !! Surtout au musée de l’Oeuvre Notre Dame !!! :mrgreen: Il faut dire qu’il ne devait pas y avoir de système de sécurité très performant !

  3. dans les musées c’est des bancs pour faire joli, si tu t’y reposes t’es suspect forcément. a moins d’être une petite vieille qui va a deux a l’heure, au moins on sait que si tu piques un truc ou que tu viens pour tagguer, on te rattrapera vite :petard:

    ah pi j’ai un souci , la bande jaune là ======>

    elle fait rien qu’a recouvrir le pad pour taper le commentaire :roll: .
    je tape à l’aveuglette, si c’est marqué des conneries c’est pas de ma faute remarque du coup :cool:

  4. Lu à haute voix en imitant l’accent alsacien, c’est à hurler de rire !!

    Tiens, sinon, j’étais devant la cathédrale aujourd’hui, on s’est peut-être croisé !! :redface:

  5.  » je pense qu’il était aussi un peu bourré  » :
    ça m’étonne pas, j’ai jamais rencontré autant d’alcooliques qu’à Strasbourg …

  6. J’ai bossé au musée de l’oeuvre Notre Dame (à mon sens le musée le plus bucolique du monde :pompom: ), il faut les excuser, il n’y a pas de système de sécurité, juste des gardiens et quelques caméras donc… ils suivent tout le monde à la trace ! :hum:
    Dites, je suis la seule à lui dire que qu’il va finir avec une fessée-cul-nu s’il persiste confondre l’accent alsacien et l’accent teuton ? lol :ben:

  7. Hello,

    Je suis Strasbourgeois depuis plus de dix ans et j’arbore le surnom de « matou » depuis a peu près autant (après etre passé par une période « le chat » puis « meow » pendant quelques temps »… Bref de quoi etre assez intrigué par ce blog, et ce post en particulier :)
    Merci pour les affiches du musée d’art moderne, ça fait longtemps que je ne l’ai pas visité et tu m’as donné envie d’y remettre les pieds. Je tacherai alors de detecter un walter parmi le personnel ;)
    Quant au musée de Rohans, il ne fait pas montre du meme dispositif de sécurité. En particulier sur la gallerie supérieure. Je me rappelle encore la fois où nous nous sommes retrouvés à 5 ou 6 devant une toile (pas si bien peinte d’ailleurs) de la place guttemberg dans les années 1780. On en était à essayer de retrouver des courbes et des rues connues lorsqu’un des spectateurs a montré un batiment à son gamin en posant son gros doigt sur la toile… J’ai rarement expérimenté ce genre d’instants magiques ou tout bascule ! :D La fraction de seconde ou l’univers entier se retracte au franchissement d’un tabou absolu ! :D J’ai senti mon poul s’accélerer, mon cou se raidir, et tous les gens autour de moi se contracter ! Grandiose… Le gars l’a senti aussi, a vivement enlevé son doigt de la toile, et continué de causer à son fils l’air de rien…

  8. Hop-lââ une fois, te foilââ rebââptissé, Mââtthieuuuu !
    Vâltêre a été ganz sympatisch de pas causer en alsaco avec son kollèègue… genre tu sais pas s’ils te vannent ou quoi… :roll:

  9. Trop mort te rire ! Ah pen oui hein, c’est frai qu’à straspourg y a chamais de pouchon ou de retard du tram ! Je reconnais si bien la mentalité (et l’accent) de certains alsaciens ! :mrgreen:

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages