Truman Capote

Ah Philip Seymour Hoffman, j’ai toujours su qu’on allait le voir sur le devant de la scène un de ces quatre. Depuis « Boogie Nights » ou « Magnolia », films dans lesquels je l’ai vu les premières fois, et dans le génial « Punch-drunk love », ce type est depuis quelques années l’acteur de second rôle parfait, mais il a vraiment l’aura pour une première place. Et c’est exactement ce qui arrive dans « Capote » où il incarne avec une justesse troublante le romancier américain.

Le film se focalise sur la genèse de l’écriture d’un des livres phare de Capote : « De sang froid ». Ce roman « non fictionnel » se base sur un crime sordide dans le Kansas, et la relation que l’écrivain a entretenue avec les deux assassins jusqu’à leur pendaison. Il a d’abord enquêté sur ce crime pour le New-Yorker en tant que journaliste, puis y a vu matière à un roman, surtout après une rencontre décisive avec Perry Smith, un des deux tueurs, avec qui il noue une certaine amitié et affection.

Le personnage de Truman Capote est interprété avec un incroyable talent, et on reconnaît bien en l’acteur le romancier à la diction et au physique discordants. Il exprime aussi avec brio toute la complexité de cet homme très intelligent et torturé, qui oscille entre mondanité superficielle, altruisme, égoïsme, fourberie ou sincère amitié. Il ne s’agit pas de faire un film biographique mais plutôt de brosser le portrait de Capote pendant ces quelques années d’écriture et d’investigation, qui ont été charnières dans son oeuvre, comme dans son existence.

Les personnages secondaires qui l’entourent sont aussi très bien joués. Notamment son amie, Nelle Harper Lee (Catherine Keener), qui le soutient tout en condamnant son infamie de certains moments. Il y a aussi l’écrivain Jack Dunphy (Bruce Greenwood) dont on ne sait au juste s’il était l’amant de Capote. D’ailleurs le film n’est pas très clair sur le sujet, peut-être aussi indécis que le personnage l’était en réalité. Bisexuel ? Homosexuel ? Rien n’est clairement expliqué, mais des dizaines de gestes, regards et attitudes sont lourdes de sens. Son rapport à Perry Smith notamment reste ambigu jusqu’au bout.

Et puis il y a l’écrivain, le démiurge qui puise en lui et en l’autre pour faire son art, et subsister aussi. J’ai beaucoup aimé la manière dont le film met en perspective le travail de l’artiste en tant que créateur, mais aussi le manipulateur et le félon que pouvait être Truman Capote pour arriver à ses fins.

Un très bon film à la réalisation sobre et efficace, qui offre à Philip Seymour Hoffman un rôle à la hauteur de son talent.

L’avis des copines : Niklas.

Truman Capote

8 Commentaires

  1. Et n’oublie pas « Personne n’est parfait(e) » dans la filmo d’Hoffman. Un autre rôle homo d’ailleurs!
    Je n’ai pas trouvé que sa relation avec Dunphy était si ambigüe que ça. Maintenant que tu le dis, j’ai comme un doute… Aurais-je préjugé? Dans le film, ça me semblait une évidence pourtant…

  2. Aucune ambiguité pour moi non plus…il faut voir comment ils s’engueulent, comment Jack prend soin de Truman et l’accepte dans toute sa monstruosité. Parce que oui pour moi Capote est un monstre ! Un monstre génial, certes…Et Philipp Seymour Hoffman l’incarne parfaitement.

  3. Et dans Happinness, avec sa technique inédite pour coller les cartes postales!:pompom: un grand acteur qui n’ apa speur d’avoir des rôle speuvalorisants!

  4. Truman Capote n’a jamais caché son homosexualité, ni non plus sa relation avec Jack Dunphy. Si le film donne cette impression sur une chose aussi claire, c’est effectivement troublant. :croa:

  5. De retour de l’Empire du milieu j’ai un mois de back blog et c’est le tien que je lis en first car tu es unique, vrai et éclectique … donc à ce que vois il y a de bons films a voir (Capote est sorti en dvd de ce côté-ci de la Grande Marre), de bons romans et évidemment avec tes potes tu n’ennuis pas … cool man … sauf qu’il manque un élément à tes récits … regarde par la fenêtre ou regarde celle qui tiens dans un carré de tv … ca bouge dans ton bled … le CPE a déclenché toute une tornade dont on a fait largement écho à Beijing, Shanghai, Xian, Shenzen et Kunming … dans les journaux et sur les chaines cctv.cn … les chinois et le monde sont témoins des profonds déchirements de la France. Personnellement j’estime que la France a besoin d’un bon ménage dans sa bureaucratie, de couper avec une grande cisaille dans les privileges des politiques, d’en arriver a déficit 0 et aussi d’en arriver a un meilleur consensus et des moyens tangibles pour intégrer tous les exclus qui sont pas franchouillards de sang et surtout les jeunes diplômés sans avenir … à moins que le gouvernement nolise une quarantaine de Boeing avec plein de jeunes et de d’immigrands magrebiens ou africains …direction N.Y., L.A. Vancouver ou Montréal …
    welcome in America french friends … Y a plein de francais cool qui sont se sont installés dans mon bled au Quebec, certains ont ouvert des restos, d’autres bosses dans les technos, comme il sparlent francais ca nous aide dans notre enracinement en cette terre d’Amérique … qu’en penses tu Matoo, on fait le ménage dans la société française ou on renonce et prend l’avion ? :salut:

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages