V pour Vendetta

J’ai accroché sur ce film comme je ne l’avais pas fait depuis bien longtemps. Le fond et la forme sont simplement brillants ! Cela prouve encore à quel point les comics recèlent de sacrées pépites, et aussi que les frères Wachowski (créateurs de Matrix), qu’on attendait au tournant, n’ont pas perdu leur âme.

Nous sommes à Londres, dans une Grande-Bretagne qui est dirigé par un gouvernement de type totalitaire, suite à une dérive sécuritaire fondée sur l’exploitation de la peur et la manipulation des médias. Cette facette du scénario est d’ailleurs clairement copiée sur les mouvements politiques actuels, et sur la manière dont la peur est devenue l’outil de propagande bénie des dirigeants.

*Digression* Bref, du Sarkozy poussé à son paroxysme et à qui on a laissé quelques années et un pouvoir grandissant. D’ailleurs je vous ai dit que j’avais rêvé un jour de Sarkozy et que c’était le scénario de « Dead Zone » ? Moi j’étais Christopher Walken et j’avais des visions de Sarko en dictateur pas sympa, qui faisait notamment la chasse aux pédés. Brrrr, ça fait froid dans le dos, mais c’est vraiment ce à quoi me fait penser ce type. *fin de la digression*

Evey Hammond, dont les parents étaient activistes et sont morts, est sauvée un soir, alors qu’elle se fait agresser par des miliciens pendant un couvre-feu. Son mystérieux sauveur se fait appeler V, et fomente des attentats pour permettre au pays de recouvrer la justice. Il porte un masque qui figure Guy Fawkes, un catholique qui projetait de faire sauter le Parlement anglais et le roi Jacques 1er, le 5 novembre 1605. Il symbolise ainsi le combat de ce justicier contemporain, un super héros doué aux combats et aux couteaux. Evey suit V, tout en n’adhérant pas vraiment à son attitude terroriste.

Nathalie Portman (Evey) est encore une fois parfaite, mais j’ai surtout été bluffé par Hugo Weaving (V) qui est fantastique, malgré ce masque qu’il ne quitte jamais. Il interprète formidablement ce super héros un peu maboule et érudit, dont les discours sont aussi superbes que fantasques. Mais la réalisation est aussi à souligner, car elle n’est vraiment pas anodine et sert admirablement le scénario. L’oppression de cette société hyperfliquée et palpable dans les images, et la manière dont la peur est instillée dans les gens pour mieux en faire des moutons de Panurge est d’une effrayante crédibilité.

J’avais pas mal lu dans la presse les polémiques sur la manière dont le terrorisme se posait en justicier ou en libérateur du peuple, et c’est vrai que l’on peut se poser la question. Là-dessus, je crois que le film arrive à garder son sang froid jusqu’au bout, malgré l’approche « super héros » toujours aussi manichéenne. Mais en effet, il met en valeur toute la complexité et l’ambiguïté du sujet.

Outre cela, il s’agit d’un excellent film d’action, avec un côté très divertissant et rythmé, des personnages intéressants et des combats homériques.

Tout pour plaire ! Mais surtout les idées sous-tendues dans ce scénario m’ont plu et troublé. On est obligé de faire le lien avec notre propre société, avec la manière dont les climats de terreur influencent les élections, et un cynisme politique qui empêche de se fier à quiconque. Donc ce film m’a vraiment touché au coeur et aux tripes. Non seulement il est de très bonne facture, il est un excellent divertissement, il possède ce qu’il faut d’actions, de sentiments, de personnages attachants, mais il donne aussi à réfléchir sur une anticipation de la réalité bien sagace.

NB : Et on y voit aussi une très belle histoire de goudous (goudou powaaaaa !), en plus d’une explicite lutte contre l’homophobie à travers plusieurs personnages (clap, clap, clap !).

L’avis des copines : Orphéus, Niklas, Olichou, Ruxor, Urobore et Smeagul.

V pour Vendetta

12 Commentaires

  1. enfin !! depuis le temps que j’attendais ta critique sur ce film =) merci m’sieur. ps. tu pourrais aller voir C.R.A.Z.Y. et en faire un billet (comment ça j’abuse là ?:ok:)

  2. Juste un truc, en ardent défenseur de la bd US:
    « Là-dessus, je crois que le film arrive à garder son sang froid jusqu’au bout, malgré l’approche « super héros » toujours aussi manichéenne. »
    Bon, j’ai trouvé le film pas mal du tout comparé aux grosses daubasses décérébrées qu’on nous sert d’habitude mais l’approche « super-héros manichéenne », ça fait depuis belle lurette que nombre d’auteurs Us s’en sont affranchis ou l’ont dépassé mais par contre Hollywood abreuve le public de produits tirés de comics qui 95% du temps d’un manichésime primaire alors queleurs homologues de papier ont eu bien souvent évolué.
    Donc je pense pas qu’on puisse mettre le manichéisme sur le dos de la bd de super-héros, qui est aujourd’hui variée et globalement de bonne qualité (surtout en ce qui concerne V pour vendetta dont la bd est tout sauf manichéenne).
    Voila, c’était juste une légère gueulante parce qu’alors qu’avec plein d’autres regroupements divers (associations, festivals, dessinateurs, scénaristes, vendeurs…), on se bat pour la bd US soit connue pour ses qualités, Hollywood inonde les cinés d’adaptations honteuses et peu futées qui font croire aux gens que la bd Us est un ramassis de clichés manichéens…:hum:
    Voila donc (page de pub pour ma crémerie) Lisez [url=http://othierry1.free.fr/index.htm]Scarce[/url] (fin de la page de pub), vous aurez une meilleure vision de la bd Us qu’en regardant les films tirés des comics (mais bon, là, V pour Vendetta, c’est plutot sympa donc ça va:p).

  3. Bon, désolé pour les fautes sur le précédent commentaire (je ne suis pas habitué à ne pas pouvoir éditer mes messages), ainsi que pour le lien qui marche pas.
    Tiens, je joins le geste à l’action: si l’illustre Matoo le désire, je peux lui envoyer gratis un exemplaire du dernier numéro de Scarce, pour cela, merci de me filer une adresse postale en utilisant mon adresse mail.
    Et c’est valable que pour le Matoo, ça coûte cher à imprimer….:book:

  4. Entre nous, je crois que la « digression sorkosienne » va être présente dans plus d’un esprit, dans les salles diffusant ce film… et c’est tant mieux! :pompom:

  5. « On est obligé de faire le lien avec notre propre société, avec la manière dont les climats de terreur influencent les élections »

    Moi, je retiens que les coupables sont surtout les citoyens qui sont prêts à échanger leur liberté contre la sécurité — en fermant les yeux sur ce dont ils ne veulent pas être au courant et en regardant les mêmes infos et la même chaîne télé, tiens tiens…

    « People should not be afraid of their government, governments should be afraid of their people! »

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages