Amour d’un jour, Amour toujours

Je sors du cinéma, je me retrouve au bas des escalators qui mènent à la colonne Médicis. Je me retourne, et je le vois. Lui. Mon amour d’il y a cinq ans, entourées de quelques amies, qui devisent gaiement. Je vais vers lui, mon plus beau sourire en proue, et quelques mètres nous séparant, son visage s’éclaire, il me reconnaît. Salutations.

Cela fait quelques années que nous ne nous sommes vus, et en fait quasiment pas depuis notre rupture, voilà cinq ans et quelques mois… Nous nous étions retrouvés à une même soirée via un ami commun une fois, mais sinon nous n’étions jamais devenus nous-mêmes amis. Après quelques échanges usuels, il me dit « Fin mai, c’était ton anniversaire non ? ». Eh oui, j’ai eu 30 ans. « Non !? » Si, si ! « Naaaaan !? » Si, si, et cela te fait donc 24 ans si je compte bien.

Ouai, dingue.

J’ai raconté quelques posts plus bas, la manière inquiétante que j’avais de ressentir des sentiments très forts pour des garçons que j’avais aimés. Eh bien j’ai encore pu l’expérimenter hier. Pourtant nous ne sommes pas restés longtemps ensemble, cinq ou six semaines tout au plus. Il était tout jeunot, et j’ai rapidement senti qu’il s’était leurré, et qu’il m’échapperait vite. Cela m’avait d’abord peiné, et puis beaucoup moins, puisque quelques jours avant la fin (que j’ai provoquée en fait), j’avais un peu transformé mes rapports avec M. Et la suite n’a pas démenti qu’M. n’était pas une passade sans importance dans ma vie. Malgré tout, j’étais amoureux de l’autre petit loulou, et la transition ne fut pas sans heurt.

Hier, je n’ai pas hésité à aller vers lui. Ses amies sont allées voir un truc, et nous ont laissé quelques minutes. Quelques minutes tous les deux, pour discutailler, pour mettre les pendules à l’heure, et échanger quelques unes de ces informations aussi primordiales qu’inintéressantes. Que deviens-tu ? Qu’est-ce que tu as pensé du film ? T’as un mec ?

Je retenais difficilement mon coeur de battre la chamade, tandis qu’il apparaissait toujours aussi détendu, souriant et diablement attirant qu’il y a cinq ans. Autant j’ai très bien réussi à cacher mon émoi, autant s’il y a une chose que je ne sais pas voiler c’est mon regard. Nicolas m’en avait aussi fait la remarque, de ce regard qui en exprime plus que tous les mots, et dont je ne peux maîtriser la portée, l’émotion ou l’intensité. Mon regard était planté dans le sien, et je n’arrêtais pas de m’abreuver de lui…

Je ne me rappelle pas vraiment de quoi nous avons discuté, tant je le scrutais et que me revenaient les souvenirs de lui. Ses yeux bleus/verts dans lesquels je me plongeais lorsque nous faisions l’amour, l’odeur de son cou, son sourire sans fin, son petit nez mutin, ses poignets, sa taille, sa manière de bouger… Sa manière de bouger sous moi, nos étreintes sans fin, les baisers sur son corps, et lui qui n’arrête pas de sourire. Rhaaaaaaaaaaaaaaaaaaa !

Bon voilà, je suis bel et bien taré, oui bon bah j’assume. Je m’appelle Mathieu B. et j’ai un problème avec les hommes. :mrgreen: Quand je tombe amoureux, je crois bien que c’est à vie ! :love:

Nous ne nous sommes pas demandés nos numéros car cela ne servirait à rien, et nous ne sommes pas du genre à simuler comme ça. Ses amies sont revenues, je lui ai fait un bisou sur la joue, et j’en ai profité pour l’humer, et conjuguer ainsi le toucher, la vue, l’ouie, et l’odorat (pas le goût… dommage) dans le plus exquis des contacts sensuels. (Bon ok, je suis un peu excité comme une chienne en chaleur en ce moment…)

19 Commentaires

  1. Pour éviter les regards éloquents, fais comme moi, opte pour les lunettes noires. :cool:
    A moins que tu ne sois comme Isabelle A. (« Et je n’aurai plus qu’à
    Mettre des verres fumés Pour montrer tout ce que je veux cacher »)

  2. « Bon voilà, je suis bel et bien taré, oui bon bah j’assume. Je m’appelle Mathieu B.
    et j’ai un problème avec les hommes. »

    Arf, et si c’était toi qui n’avait pas
    de problème et que le monde ne tournait pas rond autour ? hmm ? :mrgreen:

    ça doit être bon de ne pas être aigre en repensant aux amours terminées,
    mais au contraire de se souvenir surtout des bons moments comme s’ils s’étaient finis
    la veille, en profitant de l’instant ou ils repassent dans ta tête. je t’envie ;-)

    quand je cesse d’aimer, je connais toujours un grand vide qui se remplit d’acide ou
    de douleur ( Alien sors de mon corps :hum: ) , je ne cracherais pas sur du
    shamallow à la place :langue: .

  3. Et quand on a ce même genre d’émoi, même des années après… pour des mecs avec lesquels on n’est même pas sorti? Comment ça s’appelle? Ah oui, du fantasme, un mensonge à soi-même ou bien de la bêtise!
    :croa:
    Je vais me pendre et je reviens!!

  4. juste comme ça… « Amour Toujours », ce serait pas le titre de la série dont monsieur Girard était scénariste… le papa de Justine… dans Premiers Baisers?
    Raaah… ce que c’est bon, la hoooonte :rigole:

  5. J’allais fair eun commentaire comme quoi c’était touchant et beau puis je suis tombé sur le commentaire d’Evan qui s’applique à moi aussi.
    Attends moi Ivan, on va se pendre à ! :croa:

  6. Pour Evan, oui je crois bien aussi que « Amour toujours » était le titre du feuilleton dont M.Girard était le scénariste !!!
    Sino, moi je me demande comment je réagirait si je retombais sur un ex’… ça ne m’est jamais arrivé. J’ai toujours que si je venais à croiser mon premier mec, je lui foutait une grande claque… mais quand j’y pense, je crois que je serais dans le même état que Matoo !

  7. je voulais témoigner de mon soutien à Evan. je ne sais pas ça fait combien de temps ce genre d’émoi peut durer et avec le temps on essaye de relativiser mais il y a toujours un moment où on pense à lui alors qu’on voudrait l’avoir oublié pour toujours, mais l’empreinte qu’il a laissé est tellement profonde qu’on désespère de l’oublier un jour.
    enfin bref, il faudrait trouver un transfert!
    lol!

  8. Mais au fait tu as eu combien d’amours dans ta vie ? Imagine que tu les rencontres TOUS au même endroit : lequel ferait battre ton coeur ?

    Ce n’est pas de l’amour, c’est de la nostalgie. Et aussi le plaisir très physique d’embrasser un beau garçon sur la joue. :langue:

  9. oui la nostalgie joue beaucoup mais ce que j’aimerais comprendre, c’est pourquoi à notre age (on est encore jeune…allez si!on n’est pas si vieux quoi!) on a déjà tendance à regarder vers l’arrière, enfin le passé, alors qu’on devrait foncer? on aura tout le temps de penser à ce qu’on a ressenti quand sera cloué dans un fauteuil douillet à regarder les chiffres et les lettres (si si je vous assure, ça existera encore!lol).

  10. desolé pr le spam ce ke je suis tét en lair!!Sinon moi je ne pe pa voir 1 x ke G émé san replongé mem si je ne replonge k1 minute.la vi ce pourait étr 1 amoncellmen de parf1 on ouvr D flacon on se repé dé éfluves ki en emane pui on lé referme pr en ouvrir dotr ms ça ne ve pa dir kon ne pe pa réouvrir cert1 kon a aimé just pr ce rapelé kon a émé.dc mon grd T normal et ça ve dire ke ta 1 peti coeur et ken plus tu c ten servir alor félicitation gro bisous et désolé pr ce crakage de dramaqueen(queer?)star

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages