Poséidon

Bon, je dois avouer que je n’y suis allé que par curiosité. En fait, uniquement parce que je suis un gigantesque fan de la version originale, celle de 1972, qui reste un chef d’oeuvre du genre pour moi. Là évidemment, c’est beaucoup moins bien, mais ce n’est pas non plus un navet intégral.

Autant dans l’original, le tout était traité dans la veine des films catastrophes dont le Poséidon n’était que la version nautique, autant là c’est un blockbuster bien de chez nous. Il ne récupère absolument aucun bout de scénario de l’ancien film, et nous offre donc une toute nouvelle brochette de survivants, tous aussi insupportables les uns que les autres.

Dans sa version moderne, le Poséidon diffère par l’inexplicable vague qui frappe le bateau, et le retourne donc sans qu’on sache pourquoi ou comment… Nous avons aussi droit à beaucoup plus de macchabées et des morts bien tristes et horribles, comme le pauvre serveur (« Rico » de SFU) qui se fait sacrifier très injustement ! Il y a un môme dont on voudrait qu’il y reste dès les premières minutes, mais évidemment on se le coltine jusqu’au bout. Et Richard Dreyfuss fait un très bon vieux pédé qui vient de se faire larguer (un personnage homo est un trait de modernité de premier ordre évidemment !).

Je n’ai pas été bluffé par les décors, alors que je m’attendais à être épaté par le côté « inversé », par contre les effets spéciaux sont assez bons.

Boaaaa, c’est regardable. Mais on peut s’en passer, et on se repassera plutôt la version de 1972 avec une Shelley Winters en « pleine forme », et un génial Gene Hackman en pasteur héros.

Poséidon

2 Commentaires

  1. Le truc que j’adore dans la version de 1972, c’est que comme les décors sont à l’envers, les éclairages qui sont normalement au plafond se retrouvent au sol. Donc tous les acteurs sont éclairés par dessous, et ça leur fait des tronches de zombies pas possibles…

  2. Juste un petit pot pour te dire que nous aimons beaucoup ta ManaMana. Pour le film, j’ai vraiment hésité à me casser en plein milieu. Nous venons de trouver le DVD d’un film encore plus hazardous « Octopus II, la revanche de la pieuvre géante qui tue »:mrgreen:

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages