Le père, le fils.

J’ai hésité avant de lier cette série d’articles de Se non è vero, car ce qu’il a livré là est tellement fort, touchant et aussi saisissant qu’intime. Je me sens un peu racoleur de faire cela, mais mon but est tout autre. Il s’agit aussi de quatre posts à la rédaction d’une énorme qualité et dont l’émotion et la justesse ne peuvent laisser personne insensible. Alors lisez-les… un, deux, trois et quatre.

2 Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages