Le Diable s’habille en Prada

Autant je pense que le bouquin doit se lire assez facilement, et faire sourire par quelques bons traits et personnages grinçants, autant le film donne un résultat bien fade. J’ai trouvé cela d’un facile et d’un gentil, d’un classique à toute épreuve, une somme de clichés plus éculés les uns que les autres, et ce, autant dans le fond que dans la forme. Voilà, c’est juste un blockbuster comme on pourrait en pondre des centaines, un truc assez plaisant à regarder, un divertissement correct, mais on en a déjà tellement vu des identiques. A quoi bon continuer cette même recette, ces scénarii qui se suivent et se ressemblent, avec les mêmes manières de filmer et d’écrire les dialogues…

Du coup on reconnaît les inspirations à droite et à gauche, ce qui fait de ce film un « chick movie » (littéralement un « film de gonzesse ») avec quelques morceaux de « Bridget Jones », un bout de « Working Girl », un soupçon de « Pretty Woman » et un bon bouillon de « Sex and the City ». Alors je ne peux pas dire que ce soit mauvais, mais c’est juste plat et ça ne laisse aucun souvenir. Il n’y a aucune aspérité, ça ne remue rien en soi, le film passe, on sourit, on soupire, on attend les ruptures exactement où et quand elles arrivent, et puis on repart du ciné.

L’histoire est donc celle d’une jeune fille, Anne Hathaway, qui débarque à la rédaction d’un grand magazine de mode pour devenir l’assistante de l’assistante de la menaçante et sadique rédactrice en chef : Meryl Streep. La jeune fille est pure et ne connaît rien à la mode, qui est un milieu professionnel auquel elle n’aspire même pas (elle veut être journaliste), mais elle s’accroche pour ensuite trouver un meilleur job. La rédactrice est simplement immonde et inhumaine, et le milieu est plus pourri que pourri, un panier de crabes avec des gens hautains et qui se tirent allègrement dans les pattes. Evidemment la petite innocente, candide et ingénue change, et son petit ami ne le prend pas très bien, et elle devient très bonne et elle apprend à devenir une facheune victime etc. etc. etc.

Meryl Streep est excellente dans ce rôle, elle crache ses répliques avec une vilenie et une attitude snob assez terrifiante, tandis qu’Anne Hathaway a vraiment un rôle de cruche caricaturale. Le tandem fonctionne tout de même assez bien, et on arrive à accrocher un peu à l’histoire, au moins pour avoir envie d’en connaître la fin. De plus, le film est saupoudré de quelques saynètes qui arrivent à déclancher un rictus positif. Il y a aussi cette description du monde de la mode qui part d’une bonne volonté et qui a du potentiel, mais qui se retrouve trop caricaturée et qui perd du coup de sa contenance.

Mais bon… tout ça pour ça ! Cela reste un film très décevant, et vraiment vraiment trop déjà vu et « gentil ».

L’avis des copines : SLB, Curudin, [Elle], Pouxi, RCerise, Juju (le bouquin).

Le Diable s'habille en Prada

20 Commentaires

  1. « mais c’est juste plat »
    « Plat » est un euphémisme. :hum:

    Ce film est m-é-d-i-o-c-r-e. L’idée était pourtant bonne et très prometteuse. Et puis fin trop trop politically correct, à vomir :mur:

  2. J’ai passé un bon moment. Mais la fin me fait hurler. Encore une histoire où une fille laisse tomber son job pour trouver le bonheur en suivant son mec (qui lui sait bien sûr mieux qu’elle ce qui lui convient). Et pour aller à Boston en plus (quelle idée saugrenue) ! Comme si un mec valait qu’on laisse tomber son job pour lui ?!!?

  3. je suis assez d’accord avec toi, autant j’ai vraiment aimé le bouquin (oh oui!! andreâââââ!!!!! mdr) autant le film m’a un peu déçu.
    meryl streep joue bien, je trouve, elle a fait mieux chui d’accord, mais elle est quand même une sacrée garce… sinon le reste est fade appart deux ou trois bonnes répliques (ce n’étais pas une question^^) la fin est changée à la « happy end », le portier prise de tête aux oubliettes, quant aux saloperies que andrea lui fait on en voit aucunes, bien dommage. :roll:
    au passage mon blog est pas bien interessant mais je peux tjs faire ma pub lol :afro: (:boulet:)

  4. donc non seulement je fais des fautes, je voulais dire « ce n’etait » evidemment :P, mais en plus j’ai mal copié l’adresse:mur:, je me cache juré…

  5. j’ai adoré Meryl…

    l’ensemble du film est somme toute plaisant,non ?

    n’ayant pas lu le livre, j’avoue que j’ai envie de le faire aujourd’hui pour en vérifier la teneur, qui est certainement plus corrosive que le film.

    mais d’une manière générale, pour ne pas se prendre la tête au ciné, je dis pourquoi pas.:afro: (ce smyley n’a rien à faire là et n’a aucune cohérence avec ce que je viens de dire…mais je l’aime bien…)

  6. Bien tien, j’ai passé un bon moment moi. Je l’achèterais peut etre en DVD pour le ranger entre Britget Jones et Pretty Woman c’est mon coté midinette :-) Et puis j’ai bien aimé la bande son surtout

  7. Trop de bande son justement… je trouve que le film oscille entre une pub pour une l’Oreal et une pub pour mac. Entièrement d’accord pour les 24 clichés par seconde. Genre : « elle est moche parce qu’est mal coiffée et elle un gros pull bleu ». Ni dans la critique, ni dans le modèle, ce film ne raconte pas grand chose sinon une énumération de clichés avec beaucoup de bruit pour compenser peut-être le manque de propos. Par contre, chapeau à Meryl Streep qui n’a même pas besoin de bons dialogues éventuels entre les chansons de la b.o., elle assure comme souvent, avec des moues et des regards justes et bien vus.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages