Week-end à Clohars-Carnoët

J’adore les noms de patelins bretons ! Là je suis donc parti quelques jours près de Quimperlé avec une poignée d’amis et coxxien(ne)s*. Nous sommes vraiment là pour nous reposer et nous marrer entre potes et copines. Et ça a bien commencé, quand avec Alex nous sommes allés chercher la voiture à l’agence de loc à Montparnasse. Déjà nous sommes rentrés dans un local qui sentait le sperme à plein nez. Un truc dingue ! On aurait cru que quinze mecs avaient juté dans tous les coins pour nettoyer le sol. Ensuite, on a appris qu’on aurait une voiture de la catégorie inférieure car c’était tout ce qu’il restait. J’ai alors imaginé cinq personnes dans une C2 avec les bagages. Et puis la fille nous a indiqué le chemin pour aller chercher la voiture : traverser le hall, passer derrière les portes automatiques, monter les escalier à droite, traverser la passerelle, prendre l’ascenseur pour descendre sur le trottoir (!!), puis entrer dans le parking et aller au cinquième. Là on a commencé à rire, et on s’est rapidement pissé dessus avec la fille de l’agence. Je n’en pouvais plus de me bidonner, et cela présageait un week-end des plus décalés.

Mais nous sommes arrivés à bon port, dans la nuit de vendredi à samedi, après avoir galéré dans les embouteillages. Le samedi était très agréable, et on en a profité pour se balader dans le coin.

Plage bretonne

Eglise Quimperlé

Et puis bien sûr, vous me connaissez, il fallait que j’aille à la découverte des coins pédés de la région. ;-) Nous sommes donc allés visiter un bar gay de Lorient, « le drôle de… ». L’endroit est assez sympa et typiquement provincial, dans le sens où on trouve de tous les genres (gays, lesbiennes de tous les styles et âges) et où l’ambiance est bon enfant, à 180° de l’attitude hautaine parisienne traditionnelle. Alex nous a ensuite mené en plein coeur de la Bretagne, à Gourin, où nous avons vécu une soirée de boite de samedi soir au « Starman », LA boite de Bretagne. Walalalalala !

La boite me fait beaucoup penser au « Club 18 » parisien, dans le côté très convivial, petite boite qui rameute des gens très différents, une musique de boite classique pas géniale mais pas nulle à chier, et une ambiance festive plutôt sympathique. Là on reconnaît bien la touche Province avec des gens qui ne font pas la gueule, autant dans les clients que le personnel. Et puis c’est la boite où tout le monde va dans la région, donc on y trouve forcément des gens de tous horizons, et on peut facilement discuter avec des personnes sans oeillade hautaine ou moue dédaigneuse. :mrgreen:

Les mecs étaient pas mal du tout en tout cas, et la backroom est bien vaste pour une petite boite comme ça. Hu hu hu. On s’est vraiment bien amusé, et je rigole toujours autant lorsqu’on est dans une soirée en boite avec un concours des « Plus belles fesses de l’Ouest » avant une « danse du tapis ». Oui, oui, oui ! Donc d’abord plein de tapis qui circulent et des gens qui se font des bisous. MOuaaarf. Et puis un concours de fesses des plus désopilants, gagné par un olibrius au (joli) trou du cul curieusement dilaté. Mais c’est Seb qui a eu la réponse, puisqu’il avait entendu ce même mec parler à ses amis dans les chiottes : « Viens sentir mon poppers, je ne comprends pas, il est super bizarrement dosé ?! ». Ceci expliquait probablement l’ouverture assez stupéfiante de son cul offert aux regards des clients attentifs.

Nous avions aussi la présence d’un participant à « Vis ma vie », celui qui avait échangé sa vie d’éleveur de porcs contre celle d’un drag-queen à Paris… Evidemment c’est un coxxien* qui a reconnu le type. :ok:

Et suivez bien l’actualité Coxxienne* car ces jours prochains, je subodore que des clichés et vidéos vont être relâchés dans la nature blogosphérique.

Nous avons vraiment passé un bon moment dans cette boite. J’ai juste eu un petit coup de barre, coup de pompe, coup de calgon. Je me suis alors éclipsé pour m’isoler un peu, et quel meilleur endroit qu’une backroom ? Donc j’ai foncé dans le noir, et je suis entré dans une petite pièce plongée dans une noirceur presque complète. Je me suis assis tranquillement, au calme, entre un mec qui en suçait un autre, et deux qui se tripotaient. La musique battait à mes oreilles, et je pouvais enfin relâcher mon « stress ». Caché comme cela, dans l’endroit le plus incongru qui soit, j’ai pu un peu réfléchir à ce qui s’était passé quelques heures avant. Comme je l’ai toujours dit, et je le pense, le plus délicat dans une rupture c’est la période qui précède le moment même de la rupture. Je suis alors en proie à des angoisses et surtout au « déséquilibre » émotionnel de ce que je ne maîtrise pas. Ensuite, c’est dur évidemment, et j’accepte ma tristesse, ma déception, mon ire parfois, mais au moins je reviens à un état stable et connu. Le processus est enclenché.

J’adore vraiment aller comme cela dans une backroom, et avoir l’impression d’être transparent, d’être irréel, et de « badtriper » en solo en décalage complet avec l’atmosphère ambiante. Contraste des contrastes.

23 Commentaires

  1. dingue, moi aussi j’étais à clohars ce samedi, mais au fest-noz ! jamais mis les pieds au starman (bien qu’hercule habite à 500m), mais on m’en a raconté de belles sur cet endroit ! :langue:

  2. Rien de tel qu’une backroom pour déstresser ! Il devrait y en avoir partout : au bureau, à la fac, dans les cafés, les trains, les avions, … :ok:

  3. Je file aujourd’hui même en Bretagne. Voiture de location, gîtes, les plages, les monts, les landes, la langue…etc (la quête des lieux gays « provinciaux » comme « parigots » m’emmerdent).
    Désolé pour la descente post-rupture.
    Mais là-bas j’aime y trouver ce que je n’ai pas au pied de mon chez-moi…

  4. Intéressant, ça. Et toujours aussi décalée, ta fascination des backrooms, mon Matoo. Décalée et étonnante. Y aurait une analyse à faire, je trouve. Pas forcément une psych-, hein. Une analyse tout court. Un truc de philosophie dans le boudoir. Pardon ! De comptoir ! De comp-toir ! :gene:

    Un brin tristounet pour tes histoires de rupture, dans tous les cas. :roll:

  5. (excuse, je dépose un commentaire supplémentaire pour mettre à jour mon URL qui est « bloquée » depuis deux semaines sur la même URL de trackback. Si je ne la change pas maintenant, je vais encore et encore oublier de le faire. Retour à l’adresse normale, hop !) :boulet:

  6. Tiens Matoo t’étais chez moi ce week–end (j’habite, enfin je viens, précisément (d’) entre Quimperlé et Gourin :o) ). Tu voulais faire concurrence parce que j’envahi ton pays ou quoi ? ;op

    Bon pour ce qui est des boîtes en provinces, je les aimes pas beaucoup, mais alors à Paris, je vais les haïr encore plus… Marre de me sentir moche, c’est déprimant.

  7. Eh beh ! quel we cousin ;-)
    t’as façon de gérer le spleen est curieuse, mais ça a au moins le mérite de réguler les tensions et cgacun fait avec sa boîte à outils.
    l’expédition en province est amusante, le côté safari pour touristes et bien veillant est jubilatoire, et la narration des détails jubilatoires (sperme, pipi dessus, trou dilaté…:eek:) j’adooooooore.
    Marcel

  8. Rhoooo !! C’est super d’avoir d’autres commentaires sur le Finistère. Je m’empresse de faire un lien vers ton post sur mon blog ! Quand je pense que tu étais à 30 minutes de Quimper :))

  9. Ce que tu dis sur les bars et boîtes en Province est juste. J’ai vu des choses et des gens dans les bars ici à Toulouse que je n’avais jamais vu à New York — des légionnaires en uniforme, une trans qui chantait à propos de seins en silicone, un fisting à l’entrée d’un bar ….

    Bon, désolé pour la rupture et oui, les backrooms peuvent fonctionner comme une sorte de thérapie à condition de ne pas devenir dépendant!

  10. moi je retiens que l’agence de loc puait plus le sperme que la backroom bretonne, et ça quand même c’est très fort :eek: :-)
    ( désolée itou pour la rupture, remarque, ça peut être aussi un commencement, relativité, tout ça … :kiss: )

  11. Encore une rupture gras du bide ? Ah! Ah! Ah! Décidemment, c’est fou comme t’es stable ! Tu lui as annoncé comment que c’était finit ? Par mail ou par texto ? T’es tellement courageux et tellement sincère dans tes relations que ça peu être que comme ça ! Et après tu viens nous parler de mariage gay sur ton blog ? Reste dans les bas fonds des back-rooms avec la pisse et la merde c’est là où est ta place !

  12. :hum: Encore une fois un abruti courageux, A.P pour ne pas le pseudo-nommer, est insultant ! tellement facile derrière son petit clavier bien à l’abri, pour envoyer sa connerie. ca me donne envie de gerber :berk:

  13. Oh mon Dieu, toute ma jeunesse en quelques lignes, j’y ai passé des heures et des week-end au Drôle et au Star’ comme on dit par chez nous… et j’étais pas à Lorient ce week-end. Moi qui rêve de te rencontrer (véridicte). désolé pour ta rupture. Mais il est vrai que les backrooms ont des vertues insoupçonnée et insoupçonnable. On devrait y envoyer AP, ça lui ouvrirait peut-être l’esprit… ou du moins autre chose plus sûrement.
    Allez, gros bisou mon chat, à une prochaine…

  14. Et j’espère qu’après ce séjour, tu nous aideras à changer la mentalité des parisiens (clichés et sarcasmes) en indiquant bien qu’il ne pleut pas sans arrêt en bretagne! et oui, il y fait très souvent beau! en vous remerciant!

  15. ça me rappel des souvenir le CLUB 18 à PARIS ET LES BACKROOM également, j’ai été au starman il y’ 15 ans c’était très sympa j’aimerais bien y retourner mais j’ai pas de voiture, j’ai une 125 mais ça fait un peut loin, je préfère un mec sous ma couette car je suis aussi en séparation depuis 1an , sinon bonne soirée à vous tous!!!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages