Les Fils de l’Homme

J’avais entendu parler de ce film quand j’étais à Londres, et il était déjà annoncé comme un grand film anglais. En effet, ce scénario d’anticipation tient bien la route, et est flippant à souhait. J’ai retrouvé aussi un peu de l’esprit anglais de « 28 jours plus tard » que j’avais tant aimé, ou même du génial « V pour Vendetta ». Et comme pour « Soleil Vert », ce qui est le plus angoissant c’est le caractère crédible de tout cela, c’est vraiment de se persuader que cela pourrait arriver.

Nous sommes en 2027, et depuis une vingtaine d’années aucune femme n’a accouché. L’humanité est devenue stérile, et le plus jeune garçon du monde « Baby Diego » qui a 18 ans, vient d’être tué dans une rixe à Buenos Aires. Le monde est à feu et à sang, la guerre civile sévit dans toutes les villes, et la Grande-Bretagne tient d’une main de fer une nation sur le bord du gouffre. Les réfugiés arrivent de tous les pays en guerre, et l’Angleterre ne pouvant y faire face, elle organise une gigantesque répression contre ces immigrants clandestins (camp de concentration, et autres joyeusetés). Dans ce chaos, une toute jeune femme, une réfugiée black, est enceinte (une première depuis 18 ans !!). Elle est prise en charge par un groupe de dissidents qui doivent l’emmener saine et sauve sur la côte. C’est finalement à Clive Owen que cette tâche échoit.

Le film est une vraie réussite au niveau des décors, de l’atmosphère et de tous les petits détails qui rendent l’anticipation réaliste et crédible. Là je tire mon chapeau ! Jusqu’au ticheurte des Jeux Olympiques de 2012 à Londres de Clive Owen ou bien la montre Fossil Starck customisé d’un jeune gars… j’ai adoré toutes ces références plus ou moins discrètes. Et puis on a là un scénario qui repose sur une idée originale et qui arrive à tenir en haleine jusqu’au bout. Avec en plus quelques bons comédiens dont Clive Owen, Julian Moore et Michael Caine, le film sort de l’ordinaire, et remplit merveilleusement bien son office.

Je pense que la même version hollywoodienne aurait été un désastre, ils n’auraient pas pu s’empêcher de refaire les mêmes conneries que sur « The Island », mais là du coup, on est dans un registre bien plus dramatique et ça fonctionne. Les effets spéciaux et cascades ne sont là que pour souligner et servir l’intrigue, mais sans jamais prendre le pas sur l’aspect narratif.

Il y a malgré tout quelques longueurs, et le film tarde un peu à démarrer. Mais mon regard était tellement happé par toutes ces images que je n’en ai pas trop souffert. J’ai aussi beaucoup aimé la mise en scène et en particulier la manière dont la caméra évolue entre les personnages, et dans ces décors apocalyptiques.

Il s’agit d’un excellent film, dont je ne comprends pas qu’il soit si peu distribué. Pour des oeuvres de ce genre, en outre, qui donnent habituellement tellement de navets, celle-ci sort des sentiers battus et mérite qu’on s’y attarde.

L’avis des copines : Orphéus, Nij, Buzenval, Patrick, Earthling, In the stars, Jarod_.

Les Fils de l'Homme

3 Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages