David Nolande

J’étais invité par Heaven hier soir avec une vingtaine de blogueurs pour découvrir un tout petit peu avant la diffusion nationale une nouvelle série : « David Nolan ». Ce n’est pas non plus la méga-avant-première vu que la série a déjà été diffusée à la RTBF, et que les divers prix qu’elle a remportés au festival de Saint Tropez a déjà fait couler pas mal d’encre dans les journaux et (des zéros et des uns) sur les sites spécialisés. Il s’agissait d’une réunion qui ressemblait un peu sur la forme à celle d’Albin Michel/Werber, donc formée en partie d’influenceurs (avec plein d’italiques, de guillemets et de bémols) et en partie de téléphiles, et puis sur le fond plutôt analogue à l’avant-première de « Clara Sheller » (même si je n’étais pas alors invité en tant que blogueur).

En effet, « David Nolande » n’est pas une série comme les autres, et elle a en fait deux (étranges) points communs avec « Clara Sheller ». D’abord elle bénéficie d’une production beaucoup plus importante que d’habitude pour un scénario résolument nouveau et (donc) audacieux (pour notre PAF gaulois), ensuite pour son rôle principal tenu par Frédéric « Rhaaa lovely ! » Diefenthal.

Et en effet, la série a pas mal d’avantages pour elle. « David Nolande » sort manifestement de l’ordinaire, propose une image léchée et une photo digne d’un long-métrage, met en place une histoire assez palpitante, à base d’épisodes qui peuvent se regarder séparément, mais qui distillent une intrigue sur toute la saison. On sent que les moyens sont beaucoup plus conséquents que pour les productions françaises dont on a l’habitude.

David Nolande est un espèce de yuppie parigot créa pub (oui je sais c’est pléonastique) qui sort d’un pot un peu bourré, et qui perd le contrôle de son véhicule, quitte la voie, et termine finalement sa route dans la caravane d’une cartomancienne. Elle meurt sur le coup. Dès lors, David est maudit par un vieux gitan (à la trombine fabuleuse !) qui lui dit qu’il devra sauver beaucoup de vie pour celle qu’il a détruite, et que s’il échoue c’est l’un de ses proches qui mourra. En effet, David commence à avoir des cauchemars, il rêve notamment d’un de ses collègues qui tombe accidentellement d’une fenêtre. Or c’est ce qui arrive, et immédiatement sa petite fille tombe dans un coma étrange.

Du coup, il se met à rechercher les victimes de ses songes… autant pour les sauver, que pour rétablir la santé de sa fille. Mais il n’a peut-être pas exactement et accidentellement tué cette gitane…

Le schéma de la série est donc limpide. A chaque épisode, il va avoir une prémonition et il va chercher à déjouer cette mort (genre « Code Quantum »), et sur la saison, on va en découvrir un peu plus sur cette malédiction et comment le héros peut s’en délivrer. Apparemment il s’agit aussi d’une intrigue qui fait penser à un bouquin de Stephen King…

D’abord on peut saluer le talent de Frédéric Diefenthal. Vraiment ce type a le chic pour se dégoter de bons rôles (heuuuu… je ne parle pas de « Taxi » évidemment), mais surtout il est crédible et joue bien. J’ai été beaucoup moins convaincu par sa femme (Elsa Kikoïne), et la petite fille n’en parlons pas… Le détective privé est très bien (Jean-Louis Foulquier) autant dans son jeu que sa voix et son charisme « physique ». Ils ont dégoté des personnages à « gueules » pour interpréter les gitans, et ça fonctionne terriblement bien (visages parcheminés, ambiances ésotériques…). Edouard Montoute est assez drôle et se débrouille bien, mais je regrette qu’on il ait des apparitions aussi monolithiques. En général d’ailleurs, les personnages sont extrêmement stéréotypés et « étiquetés ». On a vraiment une structure narrative très apparente et donc sans grande surprise, ce qui est dommage pour le genre en question.

Et le genre d’ailleurs ne me plait pas spécialement. C’est dommage car j’ai énormément accroché avec l’intrigue et l’aspect fantastique de « David Nolande », mais moi les histoires gothiques et ésotériques, avec des envoûtements et des sorcières… arghhh j’ai du mal. Et là on a une surenchère constante, et parfois ridicule, des effets de réalisation : mouvements de caméra erratiques, effets « Matrix », musiques tonitruantes (et les musiques arabisantes pour les gitans… space !), filtres etc. Bref, un peu trop précieux, un peu trop « Mystères » et « X Files » pour moi. J’aurais été beaucoup plus conquis par une série aux effets un peu moins chiadés, et à l’écriture un peu plus ciselée.

Mais je dois reconnaître que la qualité de l’ensemble est plutôt bonne, et surtout l’originalité d’une telle production. En outre, comme je n’ai vu que les épisodes 1 et 6, j’ai raté tout le cheminement et la montée en puissance de la série (c’est aussi peut-être ce qui m’a empêché d’adhérer à l’épisode 6, qui est très mystique), tandis que j’avais vraiment envie de voir le 2. J’ai aimé par contre le mélange polar/fantastique, et vraiment l’idée de base du scénario me parle et m’enchante. Et je ressors avec l’envie de voir la série, ce qui est positif, malgré tout mon pinaillage. ;-)

Nous avons pu un peu discuter avec l’équipe à la fin de la projection, et c’était vraiment très agréable. Les gens de la série sont très cool, et on sent un véritable esprit d’équipe avec une belle motivation. Frédéric Diefenthal était donc là aussi, et on a pu échanger avec Ronichou quelques propos sur la série, et surtout sur « Clara Sheller ». Ouai je pensais que c’était sympa de lui donner les divers échos que j’avais eu de son personnage (des familles, des pédés, des hétéros etc.). Sa démarche (et ses choix) est chouette et habile, donc c’est à saluer.

L’avis des copines : Gregory, Parce que elle.

David Nolande

32 Commentaires

  1. Pour avoir vu quelques épisodes sur la RTBF, je peux aussi témoigner de cette série. Je n’ai pas accroché avec cette série non plus. Le scénario rappelle d’ailleurs une série américaine, « The Dead Zone » aussi diffusée sur la RTBF précédement. Bah le paranormal à la côte apparemment !

  2. Attendez de voir la serie entiere car je vous trouve un tout petit peu durs et negatifs sur ce blog.

    Et la comparaison avec « Dead zone », pas vraiment.

  3. Ravie de t’avoir rencontré (même si commme à toutes les soirées « blogs », on n’a jamais le temps de parler avec personne !).

    Marrant que tu fasses une analogie entre David Nolande et Clara Sheller : c’est exactement la réflexion que je me suis faite… Pas du tout le même style de séries mais toutes les deux sont « osées » pour un public français. Enfin des séries qui osent – j’adore !!!

    ps: t’as vraiment été à l’avant-première de Clara Sheller ??? Suis JALOUSE !!!!

  4. En tant que Belge, j’ai déjà eu droit à David Nolande. Au début, j’ai vraiment accroché, mais au bout de deux épisodes, on se lasse, c’est toujours la même chose (et il faut le faire pour avoir envie de dire ça d’une série comportant 6 épisodes). De plus, le début d’explication du 6ème épisode est décevant et inabouti. Bref, un Dead Zone de plus, avec une belle image, un bel acteur, mais c’est tout. Et tout le fric qu’il a fallu dépenser pour en arriver là…

  5. J’aime bien les séries à la con, c’est parfait pour bloguer en même temps (elle devrait le faire alors ?). Clara Sheller c’était impec.

    Aparté : ta photo du moment sur le blog me fait hurler de rire à chaque fois. Je me demande toujours ce que tu étais en train de faire (surtout ne me réponds pas, les différentes possibilités de réponse me font peur).

  6. Ah ouai Dead Zone, c’est le côté « une vision par épisode » et je le sauve à la fin. C’est vrai !! Mais bon ça c’est le côté « série » avec une trame identique, tout en ayant l’histoire sous-jacente. Et là alors, en effet, apparemment c’est très proche de « Thinner » de King. Mais bon à priori le dénouement est lui bien original, même si ce 6eme et ultime épisode rend la série vraiment peu aboutie (au niveau de cette fameuse intrigue majeure).

    Sinon pour être invité, faut rien faire, faut juste bloguer, et pis hop un jour ça vient, tout seul. (Pour Clara, c’est pas pareil j’avais été convié par le scénariste qui lisait mon modeste blog !)

  7. heureusement qu’il y a un peu de sous ou meme beaucoup pour produire des films ou series et que des producteurs et realisateurs prennent des risques pour que tu puisses comme ca les voir et les critiquer un peu facilement.

  8. En réponse, je ne vois pas en quoi ma critique est facile.J’adore les séries, j’en suis assez bien pour en connaître l’univers et je suis assez facile à séduire de ce côté-là. J’ai regardé David Nolande jusqu’au bout, bien que cette série m’ait lassée dès le 3ème épisode. Je me suis donc fais mon opinion par moi-même tout en laissant à cette série sa chance. J’espérais beacoup de cette série suite aux diverses publicités qui ont été faites à son sujet et j’ai été déçue. Et alors? On a encore le droit d’avoir un avis, j’espère…

  9. Hello
    Moi aussi j’etais invité par Heaven, mais j’ai vu les films 205564 fois…normal puisque j’en suis le compositeur. »Musiques arabisantes pour les gitans » nous dis-tu.
    Sache que pour avoir travaillé plus de 6 mois sur cette serie, j’ai fait des recherches musicales sur les origines des musiques d’Europe de l »Est. Il s’avere que les racines sont les memes que celle de la musique arabo-andalouse, c’est a dire celle que tu appelles « arabisante ».Les immigrants juifs arrivés en espagne, en passant par la perse ont amenés dans leurs sacs les bases de ces musiques.D’ou un vrai travail d’ethomusicologie, avec des melanges techo et orchestraux pour cette bande son.
    Cordialement
    CLP

  10. j’ai aussi vu nolande sur la rtbf en octobre et j’ai trouvé cette série très bien fouttue. on est très loin des médiocres séries et tvfilms à la française où tout est gentillet et convenu. nolande tire plus du côté de la production américaine avec une intrigue récurente en plus de l’intrigue de l’épisode en lui même. bref c’est de quoi il faut s’inspirer pour sortir la production frnaçaise de la médiocrité. la série n’est pourtant pas sans défaut comme les répétitions à outrance du message du gitan et le coup du proche qui est en danger. mais la série se laisse regarder et diefenthal est impeccable et presque effrayant à certains moments.

  11. salut
    1ier épisode vient de passer sur France2. Me suis forcé pour rester jusqu’à la fin. C’est long et assez cousu de fil blanc. Je pense pas regarder la suite. Cordialement !

  12. Je suis étonné que personne ne relève le racisme anti-gitan qui est le moteur de la série. A en croire l’équipe de création, les gitans sont des gens qui peuvent jeter des sorts, s’allier aux forces diaboliques, condamner à mort et exécuter des innocents (une fillette dans le premier épisode). Autant d’obscuratisme ne vous dérange pas ?

  13. Ouh lala…..ça va loin là…..je ne vois aucun racisme dans cette serie !Ils sont plutot montrés comme des gens vivant parmis nous et parlant mieux le Français que nous ! ( dixit David dans le camp gitan)
    ce n’est que mythologie scenaristique.Tu verras la force du dernier episode qui devoile certaines choses quant aux « sorts » et alliances diaboliques…Et Batman, il est pas un peu pedophile dans la BD de Miller ?
    Ce n’est que du divertissement de qualité, pas d’obscurantisme à l’horizon….
    DNL

  14. Pourquoi ? Tu as vu Batman commettre des actes répréhensibles sur des mineurs de 15 ans ? Dans Nolande, on affirme qu’un gitan a des pouvoirs surnaturels lui permettant de tuer une fillette ! Il est des « mythologies scénaristiques » auxquelles il est urgent de tordre le cou. En quoi le sujet serait-il moins fort si celui qui profèrait la malédiction était un citoyen lambda, fou de chagrin, après l’accident qui a tué sa femme ? Pourquoi pointer du doigt une communauté particulière ? Parce qu’elle est habituée à être calomniée ?

  15. Euh beaucoup de monde a fait le lien avec la série américaine Dead Zone pour le côté visions, personnellement, je trouve ça bien plus proche de la série (américaine encore) Médium, ou le personnage principal voit ses visions en rêve justement ;) Cela dit, il y a des différences importantes tout de même (malédiction, mort des proches de DN, etc)
    Mais j’ai beaucoup aimé cette série. Vivement la suite, à condition que les épisodes mettent en avant les points qui justement la distingue des autres séries américaines existantes.

  16. Bien que je ne puisse critiquer le feuilleton, actuellement diffusé sur TV5 asie, que je trouve pour ma part pas trop mal réussi je me permettrai
    tout de meme de crier au plaggia. Meme si le développement est différent dans les différents feuilletons, l’idée de départ de ce feuilleton est carrément copié d’un roman de Stephen King « La peau sur les Os » et je suis offusqué de ne trouver aucune référence à ce livre sur l’ensemble de la toile.
    Les Européens,donneurs de leçon pour ce qui est de la sauvegarde des droits intellectuels des auteurs et autres artistes seraient-ils aussi des copieurs???

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages