Publicité mensongère

Nicolas, vous savez celui qui a du bleu dans son ciel et qui écourte les adieux dans les aéroports, m’envoie cette publicité à la fin du Monde des Livres (01/12/2006).

Publicité Monde des Livres (01/12/2006)

Publicité Monde des Livres (01/12/2006)

Edifiant non ?

:ben:

Je vous mets la suite qui est pas mal aussi.

Publicité Monde des Livres (01/12/2006)

Ah ça, il a le mérite de répondre d’une « manière claire au multiples questions posées » !!! Ce mec affiche une certaine crédibilité (toute relative… ce texte est avant-tout promotionnel et ne révèle rien de transcendant), et le Monde lui en donne une encore plus importante en l’imprimant dans ses encarts publicitaires. Eurk.

39 Commentaires

  1. Encore un énergumène qui veut se la jouer. Horrible et dire que des pédés en déprime tombe sur des psys comme ça en vrai dans la vraie vie. « Non môssieur vous êtes un sale momosexuelleuh ». J’vous jure. :boulet:

  2. Ce que dit Farid Ben je l’ai déjà lu dans… le guide marabout de la sexualité édition de 1968…. L’homosexualité est considéré comme une perversion et l’homosexuel comme une personne mythomane, méfiante, dissimulatrice bien évidemment sans tenir compte de l’environnement de la personne. Cette pensée est encore très largement répandue dans les administrations (armée, administrations)et chez une grande partie de la population. Pour cette derniere on peut mettre ça sur le compte de l’ignorance. Pour un psychanalyste c’est tout simplement dans la connerie, un manque total de réévaluation de ses connaissances voir un blocage psychologique qui influe sur son raisonnement.

  3. Ouai …
    Après lacan, il me semble qu’il a été dit qu’en définitive Freud considérait qu’il y avait de la perversion dans toute forme de sexualité. Autrement dit, au sens freudien du terme, il n’y aurait pas davantage de perversion dans l’homosexualité qu’il n’y en aurait dans l’homosexualité.
    En revanche, si l’on fait référence à la « comptabilité anale-éthique », on pourrait légitimement se poser des questions…
    N’est-ce pas là un argument en défaveur des homosexuels concernant le droit à l’adoption et le droit au mariage ? A moins que l’on ne considère que se marier et avoir (ou adopter) des gosses pousse la libido à la baisse …?

  4. je ne comprends pas comment de nos jours on peut laisser passer ce genre de propos..comme si l’homosexualité n’était pas déjà assez dure pour certains jeunes, on les bombarde avec de pareilles inepties… dire qu’il existe des lois anti homophobie.et bien il serait temps d’éditer des livres où on explique aux femmes qu’elles sont inférieures à l’homme et leur répéter que ce n’est qu’une perversion de leur esprit que de vouloir se hisser à leurs côtés…histoire de voir si les associations de protection de la femme n’arriveraient pas en courant..mais bon, c’est différent me direz vous..alors je me contenterai de penser que ce mec est un con, puisque les raccourcis les plus simples sont parfois les plus satisfaisant..:doute:

  5. Ben d’un côté tu as la connerie du mec, et de l’autre son droit d’expression. Dans une démocratie, on peut laisser les cons parler et faire de la publicité, et les gens devraient être assez éduqués pour discerner si ce qu’il dit est con ou pas.
    Si on dit que les gens sont trop cons et qu’il faut donc penser à leur place et interdire l’expression des cons, c’est un peu élitiste et totalitaire …

  6. Rien de nouveau à l’ouest. C’est des handicapés, une dégénérescence de l’espèce, une menace pour la jeunesse, un danger pour la morale … Heureusement, il y la punition de Dieu pour les chatier et nous débarasser définitivement de tous ces salopards !

  7. Incroyable. Sacrée boulette de la part du Monde à mon avis.
    Matoo, tu devrais ajouter un lien indiquant le mail du courrier des lecteurs du Monde, ça vaut tout de même une vague de protestations massive.

  8. Ne nous emballons pas. Le terme « perversion » a un sens précis en psy, qui n’est pas celui du langage courant.
    En psy la perversion désigne toute pratique « sexuelle » dont la finalité n’est pas le coït « visant à obtenir l’orgasme par pénétration génitale avec une personne du sexe opposé ».
    Du coup toutes pratiques différentes se voient qualifiée de perversion. et la liste est longue.
    Alors si on considère que seule une sexualité à visée hétérosexuelle et génitale (c’est à dire dans une perspective de reproduction) serait « normale » on voit bien que la perversion est inhérente au fonctionnement humain. La masturbation étant considérée comme une perversion.

    En revanche Mr Ben continue d’entretenir un discours homophobe en rangeant l’homosexualité dans la pathologie… c’est malheureusement le cas de nombreux psys (cf Annatrela) qui confondent psychologie et conservatisme moral.

  9. J’ajouterai à ce que dit Psykokwak qu’on ne trouve nulle trace de « l’association de psychanalyse freudienne » dans google ; ni de M. Farid Ben. Il est psychanalyste, autrement dit il n’a aucune formation ni en psychologie ni en psychiatrie (‘tention, c’est pas bijectif : ya des psychologues psychanalystes, et des psychiatres psychanalystes). M’étonnerait pas que la maison d’édition soit de celles qui publient « à compte d’auteur ».

    Et puis, à la base, un « psychanalyste » qui se propose « de répondre d’une manière claire », c’est un peu une contradiction interne, non ?:rigole:

  10. Psykokwak > une question de vocabulaire, certes pour « perversion » mais le reste, tu en conviens n’est pas qu’une question de vocabulaire, alors peut-on parler « seulement » de problème de vocabulaire pour le terme perversion ? Car si ce que veut dire ce terme (ie perversion de l’utilité première biologique) est admissible, sa traduction en langage psychanalytique n’est pas aussi neutre moralement et éthiquement que ce que tu sembles signifier.

  11. Le jour où mon analyste me dit que je suis perverse, je partirai je pense d’un grand éclat de rire.

    Bon, il faut quand même resituer les choses là. Freud a d’abord considéré l’homosexualité comme une perversion sexuelle, c’est vrai. Mais il a modifié tout au long de sa vie ses théories, et il y a quelques textes de lui qui affirment (sur la fin) que l’homosexualité n’est pas à « soigner ».

    Le concept de la perversion qui se situe entre névrose et psychose ne s’applique qu’aux perversions sexuelles actuelles (c’est à dire dont l’homosexualité a été exclue). Entre la névrose et la psychose il y a tout un tas de trucs (et notamment ce que l’on appelle aujourd’hui « l’état limite » ou trouble « borderline », mais sûrement pas l’homosexualité ! Le dr Ben ferait bien de continuer ses lectures psychanalytiques, il ne faut pas s’arrêter au 19ème siècle pour prétendre être analyste…

  12. Commentaire de l’expert :book:
    -l’homosexualité a été retirée de la classification internationale des maladies depuis presque (seulement?) 20 ans.
    -quant à la définition psychiatrique de la perversion, elle ne se limite pas aux pratiques sexuelles. Un psychiatre normalement cortiqué vous dira donc qu’un coït non hétérosexuel ne conduit pas automatiquement au diagnostic de perversion, d’autres éléments sont à prendre en compte comme l’instrumentalisation du partenaire comme un simple objet sexuel et l’absence de recherche de jouissance réciproque.
    Ce mec est juste un farfelu homophobe à oublier rapidement.

  13. On peut laisser les cons à leurs libertés d’expression, mais quand le jeunot (ou la demoiselle) dans son village du Cantal qui ne sait pas où placer son état d’âme, s’en va se tirer une balle dans la tête, parce que non décidement il/elle ne peut plus supporter sa différence, sa perversion, on pourrait demander à l’auteur de faire un peu gaffe au vocabulaire employé. L’érudition qui permet de décoder n’est pas souvent au rdv chez tout le monde. C’est quand même dingue qu’on en arrive à détourner le droit à vivre vers un pb de vocabulaire !! 3615 code j’hallucine:help:

  14. Melie > J’ai transmis cet encart à Matoo et j’ai écrit illico à l’éditeur et au Monde pour protester contre cette manière de faire qui consiste à balancer une citation sans autre explication qu’une présentation fumeuse de l’ouvrage. On pourra discuter, débattre, critiquer sur la question de savoir si le terme « perversion », en effet, est à prendre au sens freudien, ou bien lacanien, sadien, jardinien – euh non, chez Alexandre Jardin, tout le monde est normal. N’empêche : l’adolescent que j’invite à ne pas traiter son pote de pédé ou cet autre que je rassure en lui rappelant qu’être pédé, ma foi, ce n’est pas le bagne non plus, que pensera-t-il ? Que des psychanalystes en herbe écrivent n’importe quoi, cela peut se comprendre, mais qu’un journal, sous couvert de rentrées publicitaires, manque à son devoir de responsabilité, cela ne se comprend pas. Cela réduit à néant tous les efforts de beaucoup pour ne pas faire d’une différence une anomalie. Allez, une petite citation pour la route : « cependant, on rencontre déjà, dans le processus sexuel le plus normal, des germes dont le développement mènera à des déviations que l’on décrit sous le nom de perversions » (Sigmund Freud, Trois essais sur la théorie de la sexualité). Ouf.:love:

  15. :shock: c’est n’importe quoi… Mais merde!!! On est en 2006!!!!!! J’entendais encore quelqu’un dire l’autre jour que l’homosexualité était due à une blessure d’enfance… Y’a pas à dire, Freud a fait des ravages. :hum:

  16. L’homosexualité est réellement classée parmis les perversions sexuelles, au même rang que la nécrophilie et que la pédophilie.

    Ce qui ne veut pas dire qu’il s’agisse de la même chose.

    C’est pas lui qui le dit, c’est « la psychiatrie internationale », en quelque sorte.

  17. Hep, rien d’étonnant : ce mec est un « membre de l’association de psychanalyse freudienne ». C’est-à-dire que c’est un « freudien pur et dur ». Donc un psychanalyste qui reste sur une théorie que lui et ses pairs vont considérer comme l’atome ultime de la pensée de l’homme pour comprendre l’homme.

    Si la perversion psychanalytique n’est pas celle du langage du vulgaire, il n’en demeure pas moins que considérer l’homosexualité comme une perversion (même au sens psychanalytique) est fondé sur un critère moral qui se défend de l’être : la psychanalyse freudienne. Parce que la psychanalyse freudienne est une totalité mentale qui se veut capable de tout expliquer sur la réalité des hommes dans sa totalité.

    Si l’on en retient la définition de Arendt – ce qui est déjà pas mal – la psychanalyse de Freud stricto sensu est un totalitarisme. Un totalitarisme intellectuel.

    On ne peut dès lors décemment se retrancher derrière ce totalitarisme pour affirmer sur l’homosexualité les pires choses sous prétexte que Freud l’a présenté ainsi.

    (merci de ne pas rentrer dans un troll stalinien ou dans un point godwin hitlérien).

  18. :gne:

    punaise mais il est grave celui là :eek:

    le plus terrible c’est que le langage écrit lui confère une espèce de tranquillité dans le propos,
    un aplomb qui fait froid dans le dos à notre époque… ça me rappelle les déclarations entre inquiète et écoeurée d’edwige antier (pas sure de l’orthographe) sur les « dangers » de l’homosexualité :croa:

    n’importe quoi :hum:

  19. « L’homosexualité est à classer dans le tableau des perversions car c’est, ne l’oublions pas, une perversion sexuelle. »

    Wow… puissance du raisonnement et de la rhétorique.

    Essayons avec un autre sujet, au hasard…

    « Farid BEN est à classer dans la catégorie des imbéciles car c’est, ne l’oublions pas, un imbécile patenté » :langue:

    Comme quoi le service pub du Monde n’est pas forcément très regardant sur la qualité des encarts. Quelques neuros qui rentrent dans la caisse, c’est bon à prendre en ces temps de diète :berk:

  20. Bonjour à toutes et à tous, je viens me prendre connaissance de ce blog, je suis l’auteur en questions, je ne peux m’expliquer par mail, j’espère avoir la chance de m’exprimer et d’aller jusqu’ au bout de mon explication, bonne et heureuse année à tout les blogeurs

  21. salut je suis en retard sur c critique mais c pas grave je vais dire c ke je pense
    certe c propos sont dur envers les homosexues mais en mm tps c k’un esait , et faut t’il vraiment
    juger osi séverement ? c la liberté expression il a été franc é honet il a pas menti sur c k’il pensé
    nefodré t’il pas laisé une chance a kelk’un ki c planté parck’il a di c ki pensé ou vs préfére tous félicité ce ki écriv e ss vraiment pensé se k’il disent tous sa pr vendre…
    bein c mon avis il é en retard
    a je tené a dire ke je défend pas cet personne mé tous les gens ki se plante dns la vie é ki on droit de doné leur explication é le droits a une seconde chance

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages