4 Commentaires

  1. La vérité, c’est que son billet est bouleversant. On a beau connaître plusieurs copains qui ont chopé le virus, décroché le pompon, gagné le gros lot, dites comme vous voulez… cette façon de parler de sa maladie est tout simplement bouleversante. « Rions un peu en attendant la mort », disait le génial (et cancéreux) Pierre Desproges. Ce soir, grâce à lui et à toi, j’ai ri un peu en attendant sa guérison…

    là, il manque un smiley « j’ai envie de poser ma tête sur ton épaule »

  2. Aux US, le 311 est le numero de telephone qu’on compose lorsqu’on veut deposer une plainte contre n’importe qui : le manager de son immeuble qui ne fournit pas de chauffage a ses locataires, la rue qui est sale, un gap d’un metre entre le quai et le train a certaines stations de metro de New York. De toute facon c’est bien simple, les choses evoluent (et en particulier la securite) a grands coups de proces.

  3. au début, j’ai pensé qu’il s’agissait d’un billet en rapport avec le 311 dont parle vincent. et arriver avec cette idée en tete et decouvrir le billet sur la maladie de polymorphe, le cynisme et la façon dont il en parle, hmmm.. c’est dur et pourtant, on est pas sur la plus mauvaise chaise.. et pourtant….., ca nous pend tellement au bout du nez en faisant les cons. alors jouons pas à faire de notre vie une roulette russe….et protégeons nous ! [la leçon du jour est fini :mrgreen:]

Répondre à Vincent Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages